Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
ONG avec statut consultatif spécial auprès de l'ONU
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version

Ecrivez-nous : 117, rue de Charenton, 75012 Paris

contact@coordiap.com
 
 
shim  
 
ACTUALITÉS SUR LE GRILL
 


Sommaire des actualités

avril 2011

Grand orient : le mystère des convictions à géométrie variable

La franc-maçonnerie ne se mêle pas de politique selon la théorie officielle. Or, comme nous l’apprend le blog « La lumière », le Grand Orient de France s’est impliqué dans la campagne électorale en prenant à partie la consigne du « ni-ni » de l’UMP à l’occasion des cantonales, et il menace ses membres frères qui auraient prêché le « ni-ni » vis-à-vis du vote Front National. En particulier, le frère Gérard Contremoulin, le M. sectes du Grand Orient, s’en prend au frère Xavier Bertrand, Ministre du travail, pour sa position lors des cantonales. Rappelons que le Grand Orient se dit champion de la « liberté de conscience absolue », et qu’il ne fait pas de politique. A l’appui, le Grand Orient de France rappelle certains articles de leur engagement au sein de la confrérie :

« ne pas être ou avoir été adhérent ou sympathisant d’une association ou d’un groupement appelant à la discrimination raciale, à la violence envers une personne ou un groupe de personnes en prétextant de leur origine, leur appartenance à une ethnie ou à une religion déterminée et qui propagerait ou aurait propagé des idées et des théories tendant à justifier ou à encourager cette discrimination, cette haine, cette violence.

Fort bien. Mais alors comment le Grand Orient justifie-t-il sa participation à la Miviludes, à certaines commissions parlementaires et ses déclarations répétées visant à priver les membres des minorités de conviction en France de droit d’expression, voire de leurs droits civiques ou droits de parents, en raison de leurs appartenances ? Dans la mesure où les campagnes dites « anti-sectes » visent essentiellement à créer une discrimination envers certains citoyens du fait de leurs convictions, provoquant ainsi certaines violences policières ou civiles – raids, bombes, assassinats -, que le Grand Orient de France possède son « M. Sectes » et a fourni d’imposants bataillons de militants, responsables et notables actifs sur ce terrain, il faudrait qu’il se mette en cohérence avec ses nobles principes et joigne les actes à la parole.

-------------------------------------- actualités sectes 092010--------------------------------------

Les Raëliens demandent la dissolution de la Miviludes

Plus que jamais, les Raëliens sont déterminés à faire respecter leurs droits fondamentaux de croyance et de prosélytisme garantis par la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme et à dénoncer l'existence d'un organisme d'état qui n'a pas lieu d'être dans une république digne de ce nom.

C'est la raison pour laquelle ils manifestent silencieusement ce lundi 21 mars à partir de 13h devant les bureaux de la Miviludes, organisation gouvernementale de lutte contre les minorités religieuses financée par les pouvoirs publics français avec les impôts des membres de ces mêmes minorités. Des membres d'autres minorités et d'association de défense de la liberté de croyance seront aussi présents.

« La Fance, pseudo berceau des Droits de l'Homme, affiche sur les frontons de ses institutions la devise ‘’Liberté, Egalité, Fraternité’’ et a créé un organisme d'état liberticide qui lutte contre les minorités spirituelles... Cherchez l'erreur.» a déclaré Kimbangu Mundele Piffer, porte-parole et responsable du Mouvement Raëlien en France.

lire la suite : http://fr.raelianews.org/news.php?item.320.9

-------------------------------------- actualités sectes 092010--------------------------------------

Vers la mort de l’AFFSAPS ?

L’agence aura du mal à se relever après le rapport remis au président de la République par les deux professeurs Bernard Debré et Philippe Even, deux personnalités qui ne passent pas pour des contestataires rêveurs.

Suite au scandale du Médiator, précédé par le retrait du di-antalvic, ce médicament franco-français consommé uniquement par les français mais interdit ailleurs, la procédure de contrôle et de suivi des médicaments devrait en effet être revue. Ce premier rapport dénonce l’approche mercantile de la santé qui met sur le marché 2000 molécules sous 4500 dénominations différentes, alors que 72% auraient une efficacité contestable. Le système d’information du personnel de santé est également dénoncé, pour son côté désinformation chronique frisant l’endoctrinement.

On attend encore deux autres rapports, mais les deux auteurs préconisent dès maintenant la disparition de l’AFFSAPS et son remplacement par une Agence du médicament qui reposerait sur des bases entièrement différentes. Actuellement, selon eux, le choix des experts, dont ni "la compétence", ni "l'indépendance" ne sont à la hauteur de la tâche, recrutés "selon des procédures mal définies", basées "sur la cooptation, le relationnel", doit être modifié. Les intéressés visés ont publié une lettre ouverte, et certains menacent d’une démission collective.

Félicitons tous les pionniers de l’information alternative qui, par leur travail dévoué et persistant, ont fortement contribué à faire tomber cette Bastille. Mais il reste peut-être d’autres Bastilles à prendre !

-------------------------------------- actualités sectes 092010--------------------------------------

conscience et libertéLe dernier Conscience and Liberty est disponible depuis quelques semaines en kiosque. La Revue est également disponible en français. Editée par l'AIDLR, la revue Conscience et Liberté consultée par les décisionnaires dans de nombreuses organisations internationales (Conseil de l'Euorpe, Cour Européenne des Droits de l'Homme, Assemblée Générale de l'ONU...). Le dernier numéro est d'actualité et s'inscrit dans l'histoire de l'AIDLR. Son titre Defamation of Religious and Freedom of Expression pour la version anglaise et La diffamation des religions et la liberté religieuse pour les lecteurs francophones.

-------------------------------------- actualités sectes 092010--------------------------------------

Chasse aux sorcières dans le Nord

Comme le relate le site web de Nord-Eclair, une conférence est prévue dans un hôtel de Villeneuve d’Ascq sur le thème « une vie spirituelle, pour quoi faire ? », organisée par une association qui promeut entre autres les ouvrages de Bernard Montaud, créateur de la psychanalyse corporelle et de la psychologie nucléaire.

George Fenech, président de la Miviludes a un avis sur la question : « Depuis 2004, nous exerçons une vigilance sur ce mouvement. Nous n’avons jamais reçu de plaintes ou de signalement de dérive sectaire, mais beaucoup d’interrogations de personnes sollicitées. Il n’en demeure pas moins qu’il s’agit de pratiques non conventionnelles à visée thérapeutiques. Il peut donc y avoir un risque de rupture avec la médecine traditionnelle. A partir du moment où l’on touche à la psyché d’un individu, on peut craindre une emprise mentale. » Nous reconnaissons bien là l’éloge de la méfiance « à priori » et le travail « en amont » de l’ex-juge (pas de plaintes), ainsi que la défense de la médecine « traditionnelle » - il s’agit bien sûr d’un lapsus.

La journaliste continue en interrogeant l’Adfi Nord. Là, pas de nuances. « Ils dépassent la ligne blanche en rendant les personnes dépendantes à leur système commercial, on achète de plus en plus de bouquins, et peu à peu on descend les marches », assène péremptoirement Charline Delporte, qui entend probablement parler de ce mouvement pour la première fois de sa vie. Pour résumer cette riche philosophie, qui dit lecture dit risque !

-------------------------------------- actualités sectes 092010--------------------------------------

La justice ouvre la porte des prisons
aux aumôniers Témoins de Jéhovah

Le tribunal administratif de Lille (TA) a statué lundi contre l'administration pénitentiaire qui refusait d'accorder à des aumôniers Témoins de Jéhovah l'autorisation de visiter en prison les détenus qui en font la demande.

En avril 2008, la Direction interrégionale des services pénitentiaires (DISP) de Lille avait rejeté les demandes d'agrément d'aumônier bénévole déposées par des ministres du culte jéhovistes pour les centres de détention de Bapaume (Pas-de-Calais), Rouen (Seine-Maritime) et Laon (Aisne).

L'administration pénitentiaire justifiait son refus au motif que les détenus susceptibles de faire appel à des aumôniers Témoins de Jéhovah sont en trop faible nombre pour justifier un agrément semblable à celui accordé aux représentants des grandes confessions.

Le TA a estimé que cet argument "ne suffisait pas" à refuser l'agrément. "Conformément à la loi de séparation des Eglises et de l'Etat du 9 décembre 1905 "La République (...) garantit le libre exercice des cultes", les juges ont décidé d'annuler les décisions contestées", indique-t-il dans un communiqué.

Des décisions semblables ont été prises par d'autres juridictions en France, notamment par le tribunal administratif de Paris en 2010.

La Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité (Halde) avait par ailleurs statué en 2010 en faveur du détenu qui a présenté sa requête à Rouen, estimant que la position de l'administration pénitentaire portait "atteinte au droit à la liberté de conscience et d'opinion des détenus".

Elle demandait au ministre de la Justice "d'organiser les pratiques cultuelles en milieu carcéral sur des critères objectifs et de les mettre en oeuvre de façon effective au sein des établissements pénitentiaires".

Les Témoins de Jéhovah sont environ 150.000 en France. Nombre de leurs branches locales ont le statut d'"association cultuelle".

-------------------------------------- actualités sectes 092010--------------------------------------

Médecine sans conscience

A la demande du président des États-unis Barak Obama, une commission fédérale va se pencher sur les essais médicaux non éthiques sur les humains. Cette initiative fait suite à une étude historique de l’Associated Press qui révèle que des centaines d’expérimentations ont été effectuées aux États-Unis durant le XXè siècle sur des prisonniers, handicapés mentaux ou vieillards, de façon volontaire ou à leur insu, pour des études fédérales ou privées. En 1973, les représentants des labos expliquèrent au parlement que prisonniers coûtaient moins cher que des chimpanzés. Les médecins américains ignorèrent du code de Nuremberg promulgué en 1947 suite aux horreurs « médicales » des camps nazis, car « cela s’appliquait aux horreurs nazies, pas à la médecine américaine ». Et pourtant, ces études US incluaient l’injection ou contamination de grippe, hépatite, paludisme, syphilis, gonorrhée ou cellules cancéreuses. Un certain nombre de ces cobayes mourraient ou étaient affectés à vie.

Suite à l’interdiction des essais sur cobayes humains sur le territoire des États-unis, la pratique s’exporta, à tel point qu’aujourd’hui, 40% à 65% des études US seraient conduites à l’étranger, en Amérique du Sud mais aussi bien sûr en Afrique, ce qui permet de contourner la loi. Voir l’excellent film « The Constant Gardener » sur ce sujet. Les labos US ont d’ailleurs dû débourser des sommes importantes récemment pour dédommager des centaines de victimes, notamment au Nigéria. Seules 1% de ces études sont contrôlées ou inspectées par les instances de régulation. La commission bioéthique devra également faire des recommandations sur ces études conduites à l’étranger. Les conclusions seront remises au président en septembre.

-------------------------------------- actualités sectes 092010--------------------------------------

Appel contre la nuit sécuritaire

Le Collectif des 39 alerte l’opinion publique française contre le traitement de plus en plus sécuritaire desdits malades mentaux qui vise à répondre à quelques faits divers médiatisés ces dernières années. Déjà en déc 2008, il fustigeait l’assimilation de la maladie mentale à la délinquance, pour en faire un simple problème de sécurité publique. Aujourd’hui, caméras de sécurité, grillages et chambres d’isolement, neutralisation physique font déjà partie du quotidien des hôpitaux psychiatriques. Un projet de loi sera discuté le 15 mars prochain à l’Assemblée, qui se focalise sur le trouble à l’ordre public et institue au passage un fichier national pour toute personne ayant passé ne serait-ce qu’un jour en institution. Selon le collectif, en prétendant « améliorer ‘l’accès aux soins’ et leur ‘continuité’, ce projet propose uniquement un accès à la contrainte sans limite de durée. Il détourne la fonction des soignants vers une orientation de dénonciation, de rétention, de "soins" sous contrainte et de surveillance... Il institue un mensonge en laissant penser que seuls les médicaments psychotropes administrés sous contrainte suffisent à soigner les patients gravement atteints : enfermés chez eux, malgré eux. »

Fustigeant l’utilisation publique du mot ‘schizophrène’, jeté en pâture à la vindicte populaire, ce nouvel appel regrette que le projet de loi « risque de s’opposer frontalement à toute réforme sanitaire digne de ce nom, qui aurait pour principes élémentaires de reposer sur une fonction d’accueil, une logique ouverte et dé-ségrégative, des thérapeutiques diversifiées centrées sur le lien relationnel et la confiance, dans la durée. ». Et pour conclure : « Nous rejetons les réponses démagogiques qui amplifient délibérément l’émotion suscitée par des faits divers dramatiques. Ces réponses ne font qu’accroître et entretenir la peur de l’autre. »

-------------------------------------- actualités sectes 092010--------------------------------------

Les autres religions ne posent pas de problème

Au milieu de la controverse qui s’élève face un nouveau débat national sur l’Islam et la laïcité, le Post interroge Thierry Mariani, Ministre des transports, l’un des promoteurs les plus zélés de ce débat :

Le Post : Pourquoi lancer un débat centré uniquement sur l'islam ?

TM : « Pourquoi l'islam ? Cela relève d'une politique de clarté. Les autres religions ne posent pas de problèmes. »

Dont acte. Pouvez-vous dissoudre la Miviludes s’il vous plaît ?

-------------------------------------- actualités sectes 092010--------------------------------------

Partager



Sommaire des actualités

CAPLC - CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction - liberté thérapeutique