Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience
Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version
CAP LC 2012
www.coordiap.com

Ecrivez-nous : 37, rue St Léonard 44000 Nantes

contact@coordiap.com
 
 
shim  
 
ACTUALITÉS SUR LE GRILL
 


Sommaire des actualités
mai 2009
--------------------------------------------------------------------

Déclaration de la présidente de l'Adfi Provence

Dans le journal La provence, du mardi 19 mai, Mme Burguière, présidente de l’Adfi Provence répondait aux questions du journal.

La présidente saluait dans cette interview la parution du rapport de la Miviludes et l’accent qui était mis sur les psychothérapeutes. Elle se dit confrontée à un éclatement des mouvements « sectaires » mais voici sa réponse que le journaliste lui demande : « Vous traitez donc plus de cas ? »

Réponse de la présidente de l’Adfi. : « Non et c'est ce qui nous inquiète. Le nombre de personnes venant vers nous a été en nette progression pendant un certain nombre d'années et est maintenant en régression. » Mais Mme Burguière explique pourquoi cette régression : « cela ne veut pas dire qu'il y a moins de victimes mais que l'individualisme croissant les isole et que certains se renseignent plutôt sur internet, ce qui est voué à l'échec. »

La présidente continue dans l’imprécision et le manque de certitude sur la réalité du terrain quand le journaliste la questionne pour savoir si la région (PACA) est particulièrement touchée. Voici sa réponse : « Les chiffres de 1995 nous plaçaient parmi celles ayant les plus fortes densités, exception faite des Alpes de Haute-Provence et des Hautes-Alpes. C'est certainement toujours le cas. »

Ceci est un exemple de la situation en France, pas de cas, pas de chiffres précis et objectifs.

On peut donc s’interroger sur la pertinence des fonds publics que reçoivent régulièrement les Adfi et l’Unadfi.

-------------------------------------- Haut de page--------------------------------------

Non à la Miviquisition !

 

-------------------------------------- Haut de page--------------------------------------

Ethique au Canada

"Le 21 mars 2009, 33 leaders religieux du Québec se sont réunis pour prendre connaissance de l’essence du nouveau programme d’éthique et culture religieuse (ÉCR) enseigné obligatoirement depuis le mois de septembre 2008 dans tous les établissements d’enseignement primaire et secondaire au Québec."


"Cette conférence a été organisée sur l’initiative du secteur francophone de la Fédération pour la paix universelle du Canada en partenariat avec le Centre canadien d’œcuménisme et le Conseil des leaders religieux de Montréal-Nord."

Une fois de plus donc, le Canada ouvre des perspectives nouvelles en matière de liberté religieuse et de laïcité ouverte.

En France par contre nombreux sont ceux qui voudraient reléguer le religieux au fin fond des habitations et lui interdire tout accès dans le domaine public.
Ceci est-il seulement possible ou même souhaitable ?
L'Histoire nous enseigne que ceci est impossible: même bridé et interdit, le religieux finit toujours par resurgir parce qu'il est l'essence la plus intime de l'homme.
L'actualité brûlante nous montre que quand la religion modérée et aimante ne peut plus s'exprimer, ce sont alors les fanatiques qui occupent la place restée vacante pour propager leur message de haine et semer la terreur. Par contre un véritable message religieux a la capacité de lutter efficacement contre toute forme de violence.
Pour toutes ces raisons, nous invitons les reponsables politiques français à prendre en compte que le religieux et le spirituel ne sont pas qu'une affaire privée, ils sont aussi et surtout un facteur important pour la cohésion et la paix sociales.

-------------------------------------- Haut de page--------------------------------------

Visite de l’OSCE à la Miviludes

Ce lundi 18 mai, l’AFP rapporte que la Miviludes a fait l’objet de la visite de trois experts en religion, membres du bureau des Droits de l’Homme de l’OSCE.

Ces trois experts sont venus « à la suite de récrimination de certaines ONG qui accusent la France d’atteintes aux droits de l’homme dans le cadre de la lutte contre les dérives sectaires. »

Effectivement au mois d’octobre 2008 lors du colloque de l’OSCE à Varsovie, CAP Liberté de Conscience, ainsi que de nombreuses autres ONG avaient mis en garde contre la politique militante de la Miviludes.*

Alors que cette politique avait déjà été condamnée par la Rapporteuse Spéciale des Droits de l’Homme de l’ONU, Asma Jahangir, qui déclarait dans son rapport de mars 2006 suite à une inspection de la situation française de : « Néanmoins, d’autres améliorations s’imposent pour faire en sorte que le droit à la liberté de religion ou de conviction de tous les individus soit garanti et pour éviter la stigmatisation des membres de certains groupes religieux ou communautés, y compris les groupes dont les membres n’ont jamais commis de délit selon la loi française » et que « les actions à venir de la Miviludes devront aller dans le sens de la liberté de croyance et de religion et éviter les erreurs passées ». Et pour finir, Mme Asma Jahangir, termine en écrivant qu’ « elle continuera de suivre de près les différentes actions qui sont entreprises par la Mission interministérielle. »

Liste des interventions à l’OSCE :

CAP Liberté de Conscience

Omnium des Libertés

Mouvement Raëlien Européen

FOREF

HRWF

Rapport de l’ONU

-------------------------------------- Haut de page--------------------------------------

Les Témoins de Jéhovah reconnus comme religion en Autriche

Le 7 mai dernier, le mouvement des Témoins de Jéhovah a obtenu le statut officiel de religion en Autriche.

Cette décision est la mise en application d'un jugement de la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH), a annoncé le ministère de l'Éducation et des Cultes. Cette annonce fait du mouvement la quatorzième religion officiellement reconnue par l'Etat autrichien.

Le nouveau statut donne aux Témoins de Jéhovah, comme aux autres religions reconnues, notamment le droit de lever un impôt du culte, d'enseigner la religion dans les écoles et de disposer d'aumoniers hospitaliers et militaires.

Le mouvement a salué "un pas positif pour la liberté de culte et le respect des droits des minorités", et assuré ne pas vouloir recourir à l'impôt ni au droit de dispenser des enseignements dans le cadre scolaire. Présents en Autriche depuis le début du 20e siècle, les Témoins de Jéhovah y ont été persécutés par les nazis pour leur refus de porter les armes.

-------------------------------------- Haut de page--------------------------------------

Franc-maçonnerie, Miviludes et Unadfi

Le 12 mars dernier, M Fenech, était l’invité du Grand Orient de France (voir le document) sur le thème « dérives sectaires et droits fondamentaux ».

Cette intervention au Grand Orient n’a rien de surprenant.

En effet, en 2006, l’ex-présidente de l’Unadfi, Mme Tavernier, a dénoncé l’entrisme de la franc-maçonnerie au sein de l’Unadfi et de la lutte anti-sectes. Dans un article du Monde du 17 novembre 2006, l’ancienne présidente déclarait : « Petit à petit, beaucoup de franc-maçons sont entrés dans l’Unadfi, lui donnant une coloration qu’elle n’avait pas à l’origine. »

En 2007, le président de la Miviludes, M. Roulet, recruté parmi les maçons et la Grande Loge de France, entrait au sein de la Miviludes (voir journal de la Grande Loge).

En 2008 le Grand Orient nommait un Monsieur Secte en la personne M. Gérard Contremoulin. Avec cette nomination, la lutte « anti-sectes » au sein du Grand Orient devenait une affaire de famille. En effet, M. Contremoulin est à la ville le compagnon de l’actuelle présidente de l’Unadfi : Mme Picard, elle-même franc-maçonne.

Les nouveaux courants spirituels et thérapeutiques semblent être un « problème » pour certains membres de la franc-maçonnerie, alors que les chiffres officiels présentés dans la dernière brochure de CAP LC montrent que ce problème est surtout un « non-problème ».

-------------------------------------- Haut de page--------------------------------------

Georges Fenech, le Grand Entremetteur

Il y a Georges Fenech, ami désintéressé de Pierre Falcone dans l'Angolagate...
Il y a Georges Fenech, l'homme de la Tolérance zéro (Grasset, 2001),...
Il y a encore Georges Fenech, ancien député UMP du Rhône, dont l’élection est invalidée en mars 2008...
Il y a Fenech sur cour, atypique, magistrat mondain et président des Echanges franco-tunisien (EFT).
Il y a enfin l'ex-magistrat et ex-député Georges Fenech, devenu sous Sarkozy grand patron de la Miviludes,....**

Voir la totalité de l'article:
http://www.bakchich.info/Petit-Fenech-devenu-grand,07494.html

-------------------------------------- Haut de page--------------------------------------

Pour M. Fenech les enfants ne sont pas la propriété des parents

M. Georges Fenech espère remettre lui-même en mains propres à M. François Fillon, Premier ministre, le prochain rapport de la Miviludes. C’est ce qu’il explique dans une interview au journal en ligne Backchich.info du mercredi 29 avril 2009. Par ailleurs, voici ce qu’il a tenu particulièrement à dévoiler en avant-première de ce futur rapport: « Par exemple, cette année l’axe fort sera la liberté d’enseignement. La priorité sera donnée à l’Éducation. Les enfants n’ont pas à être sous la coupe réglée des parents. L’enfant n'est pas leur propriété. »

Les enfants bientôt « Propriété inaliénable de l’État » ?

 


-------------------------------------- Haut de page--------------------------------------

"Petits Chanteurs à la Croix de Bois"

Le 29 avril, le choeur des "Petits Chanteurs à la Croix de Bois" a été interdit de concert le mercredi par la préfecture de l'Oise et les futures tournées sont été suspendues. L'administration exige que les enfants (CM 1 à 3è) soient rémunérés, ce que refuse l'association ainsi que les parents, considérant qu’il s’agit d’un projet éducatif non lucratif incluant formation et scolarisation, dont les concerts ne sont que le prolongement. « Nous n'avons pas les moyens de les payer » proteste le vice-président de l’association. Face à cette décision normalisatrice peu appropriée qui risque de mettre fin à une activité plus que centenaire, on pourrait conseiller aux autorités impliquées de s’inspirer du principe canadien de « l’accommodement raisonnable » visant à aménager les us et pratiques qui ne posent pas de problème à la société, et de réserver leur énergie à la résolution des vrais problèmes – qui, eux, sont légions.

-------------------------------------- Haut de page--------------------------------------

« La Miviludes, l'office de répression anti-sectes »

« La vérité sort de la bouche des enfants » dit le proverbe, elle peut aussi sortir de la bouche des militaires. Ainsi, selon un article paru le 16 avril dans le journal « Le Bien public, les dépêches », le colonel en retraite Pierre Boucher-Doigneau a qualifié la Miviludes d’office de répression anti-secte. Nous remercions donc ce militaire de haut-rang de confirmer ce que nous dénonçons depuis toujours.

Le colonel Pierre Boucher-Daigneau et d’autres personnes ont porté plainte contre le groupe de prière Amour et Miséricorde et s’appuient sur la loi About-Picard qui réprime l’abus de faiblesse. L’article du journal ne précise en rien ce qui est véritablement reproché aux membres de ce groupe. Une fois de plus, nous devons déplorer le flou total des accusateurs, dès lors qu’il s’agit de « sectes », comme si ceux-là avaient perdu tout sens logique et toute rationalité.

Nous rappelons également que la loi About-Picard a souvent été invoquée mais n’a été mise en application qu’une seule fois dans des circonstances très controversées. En effet, toute personne sensée comprend immédiatement que le délit « d’abus de faiblesse » n’a aucune réalité objective. Comment imaginer en effet qu’une même personne puisse être en « état de faiblesse » quand il s’agit de vivre ses croyances religieuses, mais soit cependant apte à participer à la vie sociale et politique lors d’une élection présidentielle par exemple ? Il s’agit là d’une incohérence de plus, mais il est vrai que le lobby anti-sectes ne s’embarrasse ni du bon sens ni de la logique quand il veut lutter contre les croyances religieuses. Son arme de prédilection est avant tout la rumeur dévastatrice.

Quant à la Miviludes, que peut-elle apporter de positif dans cette affaire ? L’article cité ne donne aucune définition de ce que serait une « secte » ou une « dérive sectaire ». La Miviludes reste toujours aussi silencieuse sur ce sujet. Et pourtant, il s’agit là de sa fonction première. Egalement, nous ne trouvons nulle part des mots tels « écoute, dialogue, médiation, conciliation ». En matière de supposées « sectes », nous connaissons plusieurs groupements prompts à jeter de l’huile sur le feu, mais nous ne connaissons aucun organisme officiel en charge de promouvoir le dialogue impartial entre les membres d’une minorité religieuse et leurs parents et amis bien déboussolés.

Et la Miviludes n’a certes pas la capacité de jouer ce rôle de médiation pourtant indispensable.

-------------------------------------- Haut de page--------------------------------------

Information médicale transparente ?

On sait que le marché des médicaments représente de gros enjeux. Ainsi, on estime que la vente du nouveau vaccin contre le cancer du col de l’utérus permettrait d’engranger environ 4 milliards de dollars en trois ans. D’où une certaine méfiance envers les publicités, sites web « éducatifs » et conférences vantant les mérites de tel ou tel nouveau médicament, spécialistes à l’appui. Selon le New York Times, des dizaines de médecins auraient touché plus de 4000 dollars par jour pour participer à des séminaires de lancement d’un nouveau vaccin.

Le collectif Formindep (Pour une formation et une information médicales indépendantes) et UFC-Que Choisir estiment que la loi qui oblige les professionnels de santé à déclarer leurs éventuels conflits d'intérêts avec les firmes pharmaceutiques lorsqu'ils s'expriment publiquement sur un produit de santé « n'est pas respectée ». UFC-Que Choisir vient de porter plainte le lundi 27 avril, contre neuf médecins pour non-respect de l'article L.4113-13 du code de santé publique. "Nous avons, symboliquement, choisi des leaders d'opinion pour susciter un électrochoc, mais il ne s'agit que des arbres qui cachent la forêt", explique Christophe Leguehennec, chargé de mission santé à l'UFC.

L'association réclame la création "d'une base de données publique recensant les déclarations d'intérêts des médecins".

-------------------------------------- Haut de page--------------------------------------



Sommaire des actualités

CAPLC - CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction