Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience
Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version
CAP LC 2012
www.coordiap.com

Ecrivez-nous : 37, rue St Léonard 44000 Nantes

contact@coordiap.com
 
 
shim  
 
ACTUALITÉS SUR LE GRILL
 


Sommaire des actualités


mai 2009

La Miviludes planche au GODF

Le 13 mars dernier, le frére Henri-Pierre Debord, conseiller de la Miviludes, présentait la planche sectarisme, symbolisme, humanité, devant les frére de la loge liberté (GODF)

-------------------------------------- Haut de page--------------------------------------

La notion de "dérives sectaires".

L'article,ci-dessous référencé, écrit par un juriste belge entend interroger à partir de la situation française les implications que pourrait occasionner en Belgique le recours à la notion de « dérive sectaire » dans le dispositif régulatoire visant à lutter contre les agissements répréhensibles de groupements communément qualifiés de « sectes ». Il soutient à cette fin l’hypothèse selon laquelle cette transformation lexicale au niveau de l’appréhension et de la spécification des groupements n’est pas neutre au sens où, implicitement, elle promeut non seulement une certaine programmation politique susceptible de le réguler mais aussi une représentation particulière de l’individu contemporain.

Et pour conclure :"

Si la notion de « dérive sectaire » acquiert un jour une existence légale, elle nous paraît à tout le moins nécessiter une circonscription claire ainsi qu’une explicitation précise de son opérationnalisation. Nous pensons personnellement qu’il est préférable de parvenir à identifier les excès de certaines pratiques sans avoir à les spécifier comme telles tout en veillant à éviter autant que possible la généralisation ou l’extrapolation des situations particulières mises en cause."

Comme quoi nous ne sommes pas les seuls à demander une définition précise de ce que signifient les termes "sectes" et "dérives sectaires". Mais sûr que ceux qui n'arrêtent pas d'en parler sont ceux-là même qui ne savent pas de quoi il s'agit.

Lire l'article complet

-------------------------------------- Haut de page--------------------------------------

Importantes nouvelles en provenance de Suisse

Le 17 mai 2009, les Suisses ont voté en faveur d'un amendement constitutionnel soutenant l'utilisation de la médecine complémentaire (CAM en anglais). 67 % de la population ont voté en faveur de cet amendement. Ainsi, la Suisse devient le premier pays en Europe à introduire dans sa constitution une directive s'appliquant au gouvernement fédéral et aux cantons pour prendre le CAM en considération dans ses services de santé. C'est une victoire étonnante qui pourrait également servir de modèle à d'autres pays.

Pour en savoir plus

-------------------------------------- Haut de page--------------------------------------
DERNIER RAPPORT DE LA MIVILUDES
BONJOUR LES « TARTARIN »

Tartarin de Tarascon et ses amis se sont illustrés pour leurs admirables qualités de chasseurs de…casquettes. Certes, la faune ne pouvait que se réjouir quant au dévolu jeté sur des cibles aussi peu dangereuses qu’insolites.

La Miviludes, héritière de structures aux noms variés et dont le commun dénominateur a toujours été l’inutilité, fait preuve de la même « bravoure » (sic) en se gardant bien d’aborder les véritables dangers qui menacent la société française : l’intégrisme quel qu’il soit, les bandes organisées qui sévissent dans les grandes agglomérations, pour ne citer que ces deux phénomènes contemporains.

LIRE LA SUITE DE L'ARTICLE

-------------------------------------- Haut de page--------------------------------------
Le scandale de l’industrie pharmaceutique

Des voix se lèvent : un professeur de médecine qui n’a pas froid aux yeux.

Après avoir co-écrit un livre en 2004, préfacé en 2005, l'édition française du livre de Marcia Angell (ancienne rédactrice en chef de New England Journal of Medicine) « La vérité sur les compagnies pharmaceutiques », accordait un entretien au magazine Books pour son dossier du mois d’avril 2009 : « le scandale de l’industrie pharmaceutique ». Le professeur Philippe Even persiste et signe dans l’article de l’Express du 3 juin 2009 « certains représentants de l’Etat sont corrompus ».

Le propos : combattre l’industrie pharmaceutique ? Non.

Exiger plus de transparence, un service rendu des médicaments plus approprié, inoffensifs pour la santé humaine (« d’abord ne pas nuire » disait Hippocrate), des instances de décision transparentes et réellement autonomes, des dépenses de sécurité sociale allégées ? Oui.

L’enjeu : d’un côté des chiffres colossaux, des industries cotées en bours ; de l’autre, la santé des patients et l’équilibre des organismes de sécurité sociale. Les solutions : à trouver et à mettre en oeuvre.

Le problème n’est pas nouveau. En 1996, Edouard Zarifian avait déjà pointé exactement les mêmes problèmes dans un rapport demandé et destiné aux politiques, resté sans suite. Maintenant, une autre sommité dénonce, le débat est à nouveau sur la place publique.

Il va être de plus en plus difficile, tant pour les instances dirigeantes que pour les professeurs de médecine, médecins, et patients de dire « je ne savais pas ». Dans ce débat, il est aussi bon de rappeler que si la maladie devient un objet de consommation, la santé, elle, se mérite. A nous de jouer .

-------------------------------------- Haut de page--------------------------------------

« La Miviludes, police des esprits »

Entretien paru sur le journal Rue89 du jounaliste Dominique Albertini avec Olivier Bobineau, sociologue.

Journaliste : La Miviludes estime que les sectes se multiplient et prône une politique plus répressive. Comment jugez-vous son action ?

Olivier Bobineau : Elle entend mener une politique publique moderne, mais elle est pourtant la seule à ne pas en respecter les trois critères fondamentaux :

Une définition de l'objet de son travail : la Miviludes amalgame secte, phénomène sectaire et dérive sectaire, sans en donner aucune définition. Ces termes sont des coquilles vides appliqués à tout et n'importe quoi, ce qui a pour effet majeur de faire passer le nombre de sectes en France de 200 à 607. Une multiplication par trois qui tient au fait que la Miviludes a jeté son dévolu sur la psychanalyse.

L'exposition d'une méthodologie, c'est-à-dire l'existence d'un débat public, le croisement des sources, une véritable réflexion sur le sujet… mais la seule logique de la Miviludes est la recherche de boucs émissaires, elle-même fondée sur une autre logique, celle de l'inquisition. Le discours de la Miviludes, c'est "on n'a aucune preuve, c'est donc qu'ils les dissimulent, c'est donc qu'ils sont bien une menace".

Une véritable évaluation de son action : il n'y a aucun outil pour cela, ni de discussion autour des conclusions de la Miviludes : lorsque l'OSCE et l'ONU se risquent à critiquer son travail, elle répond que ces deux institutions sont infiltrées par les sectes.

Lire l'article de Rue89

-------------------------------------- Haut de page--------------------------------------


Sectes : contre quoi lutte-t-on ?

extrait de l'émission :

Question: Y a-t-il de bonnes sectes ?

M. Georges Fenech: C'est probablement la majorité, grâce à Dieu.

Question: Mais vous dans votre activité, en avez-vous rencontré ?

M. Georges Fenech : Bien sûr.

Question: Est-ce que vous en parlez dans votre rapport ?

M. Georges Fenech: Mais celles-ci ne m'intéressent pas. Puisque je suis là, comme vous dites, pour châtier. En réalité, je ne châtie personne. On essaie de protéger des familles et des victimes. Mais les sectes en tant que telles, quand elles ne posent pas de problèmes, elles peuvent être très drôles.

Vidéos à voir:
Ce soir ou jamais

Vidéo : Fenech et les enfants :

 

 

-------------------------------------- Haut de page--------------------------------------

Le titre de psychothérapeute

Le vote du Sénat vient d’intervenir, vendredi 5 juin après-midi. Il sera éventuellement suivi d’un arbitrage de la Commission mixte paritaire (CMP), comprenant 7 députés (dont M. Bernard Accoyer) et 7 sénateurs. La loi pourrait être promulguée cet été.…

Voir l'éditorial de la FF2P de juin 2009

-------------------------------------- Haut de page--------------------------------------

Indépendance de l'information médicale

La loi du 04 mars 2002 sur la démocratie sanitaire a fait l’objet d’un décret du 27 mars 2007, premier pas vers l’indépendance de l’information médicale. Ce décret exige en effet que, lors de communications écrites ou orales, les professionnels de santé et les membres des agences sanitaires et gouvernementales déclarent leurs liens avec des entreprises et établissements produisant ou exploitant des produits de santé, ou avec des organismes de conseil intervenant sur ces produits.*

Le Formindep, qui vise à promouvoir une information et une formation médicale indépendante dans le seul intérêt des patients et des professionnels de santé, associé à UFC Que choisir, viennent d’obtenir une victoire à l’issue d’une procédure de concertation du conseil de l’ordre de Paris. Cette procédure visait neuf médecins en vue pour non respect de leur obligation de déclaration d’intérêts, lors de communication aussi bien dans les organismes officiels que dans les revues médicales ou grand public. La plupart ont plaidé leur méconnaissance de la loi.

Dans le document signé par les représentants des consommateurs et les médecins, ces derniers s'engagent à respecter la loi et à en faire la promotion auprès des médecins dont ils assurent la formation. Selon Nicolas Godfroy, juriste à UFC-Que Choisir, "Ce qu'on a obtenu est plus intéressant qu'une simple sanction disciplinaire, sous peine de réactivation des poursuites."

Le Formindep quant à lui œuvre pour une publicité plus générale de ces liens d’intérêts et la création d’un organisme indépendant chargé de faire respecter cet aspect de la loi.

-------------------------------------- Haut de page--------------------------------------

Menace sur sur les médecines alternatives

Une nouvelle directive de l'Union européenne doit être mise en place au 31 décembre de cette année.

Il s'agit d'un "Codex Alimentarius" qui limiterait considérablement les substances autorisées dans le domaine des médecines alternatives et des suppléments alimentaires, si la directive était votée.

Ceci aurait pour effet que pour les remèdes que nous achetons aujourd'hui (Homéopathie,Fleurs de Bach, sels de Schlüssler, minéraux et vitamines) le nombre des substances actives autorisées serait si limité que ces médicaments perdraient leur efficacité. Pire encore ces médicaments pourraient disparaitre du marché parce qu'ils n'auraient pas reçu d'autorisation de vente du fait des nouveaux critères d'autorisation de mise sur le marché extrêmement restrictifs.

Cette information est d'autant plus alarmante que cela signifierait pour nous tous la fin d'une thérapeutique et aussi la fin de tous les métiers qui utilisent ces substances (naturopathes, phytothérapeutes, homéopathes, herboristes ainsi que les laboratoires produisant ces remèdes).

En Grande-Bretagne les "Health Stores" comme "boots" font actuellement campagne dans tout le pays en demandant aux clients de faire pression auprès de leurs députés pour stopper le vote de cette directive. Le sujet est débattu officiellement et publiquement. Malheureusement les médias en France et en Allemagne ont très peu ou pas publié cette information qui nous concerne tous.

Il est à noter d'ailleurs que les pays qui ont pris l'initiative de cette nouvelle directive sont l'Italie, l'Allemagne ... et la France.

Vous trouverez si après l'accès (en français) du site anglais de "Consumers for Health choice" qui a mis en place une pétition européenne.

Ce site vous propose de signer une pétition, mais aussi d'écrire à votre député à Bruxelles.

Une telle directive inspirée par les lobbies de l'industrie pharmaceutique, limiterait au maximum la commercialisation de remèdes naturels au profit de médicaments allopathiques.

Je vous remercie pour votre attention et espère que vous serez nombreux à signer cette pétition. Merci de faire connaitre cette information à votre entourage !

Barbara Thielmann Association "Die Alternative"

-------------------------------------- Haut de page--------------------------------------

Grippe A : 100 millions de doses pour les Français ?

Les médias ont fait état de la possibilité d’une vaccination obligatoire de tous les français à l’automne concernant la fameuse grippe A, pour un coût de 1 milliard d’euros représentant 100 millions de doses. Selon les statistiques françaises et européennes de mortalité de la grippe, on constate que pour l’instant, le taux de cas mortels (décès / cas déclarés) de la grippe A est peu supérieur à la moyenne annuelle pour les grippes classiques (0,3 % de cas mortels habituellement en France, contre 0,6% dans le cas de la grippe A actuelle).

Cas remarquable, 36 000 personnes meurent de la grippe dite « saisonnière » aux États-Unis chaque année, contre 2 morts par la grippe A jusqu’à présent (c’est le deuxième pays au monde en nombre de cas recensés de grippe A – source ATS mai 2009).

En France, le nombre de cas recensés de grippe A stagne à moins d’une cinquantaine – soit 5 000 fois moins que lors d’une grippe « normale ». Toujours selon les organismes officiels, les personnes vaccinées contre une grippe ont deux fois moins de chances de contracter ce type d’infection. Cependant, force est de constater que la grippe A est en passe de disparaître du Mexique sans aucune vaccination.

Tout cela rend la politique de vaccination obligatoire discutable et l’on peut s’attendre à une polémique croissante d’ici l’automne entre les organisations ou les scientifiques, qui exercent une pensée critique sur les politiques de vaccinations, d’une part, et les autorités médicales françaises.

-------------------------------------- Haut de page--------------------------------------



Sommaire des actualités

CAPLC - CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction