Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience
Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version
CAP LC 2012
www.coordiap.com

Ecrivez-nous : 37, rue St Léonard 44000 Nantes

contact@coordiap.com
 
 
shim  
 

ACTUALITÉS SUR LE GRILL 2014 CAP Liberté de Conscience

 


Sommaire des actualités

novembre 2014

Campagne contre les médecines parallèles.

Le 3 novembre 2014 s'est déroulé à la mairie de Paris le lancement d'une campagne contre "les dérives sectaires dans le domaine de la santé", terminologie hypocrite pour désigner les thérapies alternatives de soin et de prévention qui pourraient rogner un tant soit peu sur les méga-bénéfices de Big-Pharma.

Le lancement a eu lieu en présence de M. Serge Blisko, président de la Miviludes (Mission Interministérielle de Vigilance et de Lutte contre les Dérives Sectaires), et du premier adjoint de la Mairie de Paris. Celui-ci a particulièrement insisté sur la préoccupation de Mme Hidalgo, maire de Paris, concernant les dérives sectaires. Nous le croyons sur parole vu que Mme Hidalgo, alors adjointe à la mairie, s'était à l'époque illustrée dans ce domaine en diffusant une carte des sectes à Paris.

C'est la section Ile de France du Ccmm (Centre Contre les Manipulations Mentales) qui sera en charge de cette campagne. Dans son dossier de presse celle-ci écrit:"

Triste réalité, jamais les soins dits alternatifs, n'ont eu autant de succès auprès de nos concitoyens".

A l'évidence, le Ccmm Ile de France estime que les français usagers des soins alternatifs sont des personnes vulnérables sous emprise mentale et qu'il convient de les protéger malgré elles contre leurs propres décisions. Et il appelle tous ceux qui seraient convaincus par cette thèse, à collaborer avec lui.

Pour rappel, malgré le battage médiatique à ce sujet, les nombreux discours et déclarations, il n'existe toujours pas de définition officielle de ce que "dérives sectaires" veut dire. De quoi se poser bien des questions!

A chacun de se prémunir contre les délateurs à l'affut!

-------------------------------------- actualités sectes 092010--------------------------------------

Inde: un ministre du yoga

Le Premier ministre indien, Narendra Modi, a nommé un ministre du yoga. Plus précisément, un ministère chargé des médecines traditionnelles et pratiques telles que l'ayurveda, le yoga, l'unani, le siddha et l'homéopathie.

Article complet

-------------------------------------- actualités sectes 092010--------------------------------------

La laïcité selon Mme Najat Vallaud-Belkacem

Le 21 octobre 2014, la ministre de l’Éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, Mme Najat Vallaud-Belkacem, avait été auditionnée par l’Observatoire de la laïcité.

Son discours a été principalement axé sur la place de l'islam au sein de la société française. Mais la laïcité n'est ni divisible ni à géométrie variable suivant les groupements concernés. Les principes énoncés par la ministre s'appliquent donc de façon égale à tous les groupements religieux et spirituels, quels que soient leurs tailles, leurs croyances et leurs us et coutumes."

La laïcité, ce n’est pas une conviction ou une opinion mais le cadre qui les autorise toutes. C’est un principe qui permet le vivre ensemble : que l’on soit croyant ou non, on est laïque en ce sens où on accepte que chacun croit ou ne croit pas, l’exprime ou ne l’exprime pas."

Article sur le Nouveobs

-------------------------------------- actualités sectes 092010--------------------------------------

Le "contrôle des naissances" par le vaccin contre le tétanos

L’association des médecins catholiques du Kenya a désormais la preuve que le vaccin antitétanique administré au Kenya (et ailleurs) par l’OMS et l’UNICEF contient un antigène qui provoque des fausses couches et la stérilité.

Alertés par les médecins, les évêques du Kenya avaient déjà dénoncé la campagne de « vaccination », début octobre, par une déclaration de leur commission de la Santé. Ils trouvaient bizarre que cette campagne se fasse de façon discrète, et non avec l’intense publicité habituelle. Ils trouvaient encore plus bizarre que cette vaccination contre le tétanos ne s’adresse qu’aux femmes entre 14 et 49 ans, soit uniquement aux femmes en âge de procréer, comme si les autres, et comme si les hommes, ne pouvaient pas attraper le tétanos… Ils trouvaient bizarre, enfin, qu’on privilégie la lutte contre le tétanos alors qu’il y a bien d’autres priorités sanitaires en Afrique.

Et la commission soupçonnait fortement les vaccins de contenir des béta-HCG, l’hormone normalement sécrétée par la femme enceinte au début du développement de l’embryon. Or, soulignait la commission épiscopale, « quand elle est injectée comme un vaccin à une femme qui n’est pas enceinte, la béta-HCG combinée avec l’anatoxine tétanique développe des anticorps contre le tétanos et l’HCG, de sorte que si un ovule de femme est fertilisé, son HCG naturelle sera détruite, la rendant infertile. Dans cette configuration, la vaccination contre le tétanos est utilisée comme une méthode de contrôle des naissances. »

Cette déclaration fut naturellement accueillie par une salve de démentis officiels, tous les acteurs jurant que le vaccin était exempt de toute autre substance que le vaccin contre le tétanos.

Mais les médecins catholiques du Kenya ont fait analyser six vaccins prélevés dans six régions différentes (ce qui n’a pas été si facile car, autre particularité, le vaccin n’est administré que par des agents gouvernementaux escortés de policiers, qui remportent tout quand ils s’en vont). Or les échantillons, analysés par quatre laboratoires différents, au Kenya et à l’étranger, contiennent tous de la béta-HCG.

D’où une nouvelle déclaration des évêques du Kenya : « Nous désirons annoncer que tous les tests démontrent que le vaccin utilisé au Kenya en mars et en octobre 2014 est en effet contaminé par l’hormone Beta-HCG » affirment-ils. Cette substance « cause l’infertilité et des avortements multiples chez les femmes », rappelle le document qui s’achève en dénonçant les intimidations perpétrées à l’encontre des médecins qui ont confirmé les informations relatives au vaccin, demandant aux Kenyans d’éviter la campagne antitétanique parce que « nous sommes convaincus qu’il s’agit d’un programme occulte de contrôle de la population ».

LifeSiteNews affirme avoir un rapport de l’ONU d’août 1992 sur une réunion à Genève entre 10 scientifiques et 10 « militantes de la santé féminine » où l’on discuta de l’utilisation de « vaccins régulant la fertilité », pour conclure que le « vaccin anti-HCG » comme le plus avancé…

Lequel « vaccin » aurait déjà été aussitôt administré au Mexique en 1993 puis au Philippines en 1994.**

Sources : Jeanne Smits, LifeSiteNews, Radio Vatican, Fides

-------------------------------------- actualités sectes 092010--------------------------------------

Partager



Sommaire des actualités

CAPLC - CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction - liberté thérapeutique