Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience
Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version
CAP LC 2012
www.coordiap.com

Ecrivez-nous : 37, rue St Léonard 44000 Nantes

contact@coordiap.com
 
 
shim  
 
ACTUALITÉS SUR LE GRILL
 


Sommaire des actualités

decembre 2009

La Turquie libère la leader raëlienne iranienne

Après 10 jours de détention dans un établissement d’Istanbul, Negar Azizmoradi a été relâchée hier par le gouvernement turc. Sa libération est survenue le lendemain des manifestations massives tenues par des centaines de raëliens devant les ambassades et consulats de par le monde.

L’endroit précis où se trouve Mme Azizmoradi, en Turquie, est tenu secret pour sa sécurité.

« Negar est actuellement dans un endroit tenu secret, sous la protection des autorités turques, afin d’éviter que des commandos iraniens puissent essayer de la supprimer » disait Brigitte Boisselier, la porte-parole du Mouvement Raëlien. « Elle restera à cet endroit jusqu’à ce qu’un pays occidental l’accepte comme réfugiée politique. Le bureau turc de l’UNCHR (bureau des Nations Unies pour les réfugiés politiques) s’occupe activement de son cas afin qu’elle obtienne rapidement un tel statut. »

Raël, fondateur et leader du Mouvement Raëlien International, a fait parvenir ses félicitations écrites au gouvernement turc pour avoir accéléré la libération de Mme Azizmoradi et pour lui avoir fourni une excellente protection.

Lire le communiqué : http://fr.raelpress.org/news.php?item.346.1

-------------------------------------- Haut de page--------------------------------------

Nouvelle reconnaissance religieuse de la Scientologie en Espagne

Les services de l’Église sont désormais exemptés de TVA suite à l’attribution par l’administration fiscale du statut d’organisation sociale à but non lucratif.

Le 14 décembre dernier, l’Église de Scientologie d’Espagne a reçu une lettre du Ministère espagnol de l’Economie l’informant que le statut d’ « organisation sociale à but non lucratif » lui avait été accordé.

Cette reconnaissance est obtenue quand tous les critères de la loi sur la TVA (loi 37 de 1992) concernant l’exemption sont remplis. Elle permet à l’Eglise d’être exemptée de TVA pour les services procurés à ses paroissiens.

« Nous sommes particulièrement heureux du fait que nos activités aient été finalement reconnues pour ce qu’elles sont : des activités qui contribuent à l’amélioration de l’ensemble de la société en partant de l’individu et en lui permettant de retrouver ce qu’il est vraiment. » a déclaré Ivan Arjona, le porte parole de l’Église de Scientologie d’Espagne.

Lire le communiqué :
http://scientologuescontreladiscrimination.com/2009/12/22/nouvelle-reconnaissance-religieuse-de-la-scientologie-en-espagne/

-------------------------------------- Haut de page--------------------------------------

La Miviludes en "mission"...

Sans commentaire (17/12/09)

georges fenech

Source : http://ia-ora-te-fenua.over-blog.com/article-17-12-09-rencontre-avec-g-fenech-president-de-miviludes-41432788.html

-------------------------------------- Haut de page--------------------------------------

L'emprise mentale selon M. Fenech

Voici ce que M. Fenech avait déclaré lors du dernier colloque de la Miviludes dans la Ville de Lyon: "Mesdames et Messieurs, il ne se passe pas une semaine sans que l’actualité nous interroge sur des phénomènes d’emprise mentale, qui conduisent certains de nos concitoyens à abandonner une part de leur liberté, voire tout ce qui fait leur vie, à un individu ou à un groupe, voire à l’extrême leur propre vie." Nous nous réjouissons de cette bonne nouvelle, car quand M. Fenech parle "d'emprise mentale", il s'agit en fait de choix librement consenti, d'engagement à servir. Quant à parler d'abandon de "leur propre vie", c'est déjà le lot de tous ceux qui ont choisi des métiers à risque pour servir leurs concitoyens. Mais comment comprendre ces engagements pour une planète plus propre, pour le respect de notre terre et pour tous ses habitants, pour une société plus fraternelle, pour le respect de toutes les croyances, pour le droit à choisir son mode vie, la manière de s'alimenter et de se soigner? L'ultra-conservateur M. Fenech n'est pas capable de le comprendre. De toutes ses forces il refuse l'évolution du monde. Alors il parle d'emprise mentale alors qu'il ne s'agit que de choix de vie personnels et d'engagements librement assumés. Il parle de sectes et de sectaires alors qu'il ne s'agit que de groupes et d'individus engagés dans la sauvegarde et l'évolution positive de notre humanité.

Mauvaises nouvelles selon M. Fenech. Bonnes nouvelles selon nous !

-------------------------------------- Haut de page--------------------------------------

Tamiflu : substance encadrée en Corée du Sud et au Japon

Selon le site Swissinfo, les bureaux du laboratoire Roche à Séoul ont été perquisitionnés en novembre dernier par des inspecteurs du Ministère public sud-coréen. Le groupe suisse est soupçonné d'avoir fourni illégalement du Tamiflu à des multinationales locales. En effet, en Corée du Sud, il est interdit de prescrire du Tamiflu sans qu'un patient soit examiné et suivi par un médecin. Les violations sont sujettes à des peines légales et administratives.

Pour mieux comprendre, il faut savoir que, dès mars 2007, le ministère japonais de la Santé, du Travail et de la Sécurité Sociale avait décommandé de prescrire du Tamiflu aux adolescents : on soupçonnait alors ce médicament d’être à la source de troubles psychiques ayant entraîné des suicides. Dans la foulée, les autorités sanitaires de Corée du Sud ont décidé de suspendre également la prescription du Tamiflu chez les adolescents et restreint les conditions de prescription de Tamiflu. Le site Wikipedia lui-même fait état de possibles effets secondaires psychiatriques potentiellement mortels, affirmant que, depuis 2004, « 15 adolescents japonais ont eu un comportement suicidaire pendant le traitement, notamment par défenestration ». Les effets secondaires recensés comprendraient maux de tête, vomissements, déshydratation, réactions cutanées sévères, encéphalites ou encore des hallucinations ou des cauchemars. La Food and Drugs Administration américaine elle-même a noté en 2005 des effets indésirables neuropsychiatriques chez des enfants et adolescents sous traitement : délires, hallucinations, convulsions et troubles du comportement.

Quant à l’Europe, après avoir été pourtant averti de ces cas de troubles psychiatriques, le Comité des spécialités pharmaceutiques à usage humain (CHMP) auprès de l'EMEA (Agence Européenne du Médicament) a donné un avis favorable à l'extension de l'indication de Tamiflu® en traitement préventif aux enfants âgés de 1 à 13 ans, en décembre 2005. En juillet 2009, l’autorisation a été étendue aux enfants de 6 mois à 1 an, et le cas des enfants de moins de 6 mois est actuellement à l’étude face à l’épidémie de grippe A.

-------------------------------------- Haut de page--------------------------------------

L'emprise mentale selon M. Fenech

Voici ce que M. Fenech avait déclaré lors du dernier colloque de la Miviludes dans la ville de Lyon : « Mesdames et Messieurs, il ne se passe pas une semaine sans que l’actualité nous interroge sur des phénomènes d’emprise mentale, qui conduisent certains de nos concitoyens à abandonner une part de leur liberté, voire tout ce qui fait leur vie, à un individu ou à un groupe, voire à l’extrême leur propre vie. » Nous nous réjouissons de cette bonne nouvelle, car quand M. Fenech parle « d'emprise mentale », il s'agit en fait de choix librement consenti, d'engagement à servir. Quant à parler d'abandon de « leur propre vie », c'est déjà le lot de tous ceux qui ont choisi des métiers à risque pour servir leurs concitoyens. Mais comment comprendre ces engagements pour une planète plus propre, pour le respect de notre terre et pour tous ses habitants, pour une société plus fraternelle, pour le respect de toutes les croyances, pour le droit à choisir son mode vie, la manière de s'alimenter et de se soigner ? L'ultra-conservateur M. Fenech n'est pas capable de le comprendre. De toutes ses forces il refuse l'évolution du monde. Il parle d'emprise mentale alors qu'il ne s'agit que de choix de vie personnels et d'engagements librement assumés. Il parle de sectes et de dérives sectaires alors qu'il ne s'agit que de groupes et d'individus engagés dans la sauvegarde et l'évolution positive de notre humanité.

-------------------------------------- Haut de page--------------------------------------

Marianne condanmé pour diffamation

L’acharnement médiatique contre le Dr Guéniot continue malgré la décision de la cour d’appel de Douai du 17 février 2009.

La cour d’appel, dans son jugement de 87 pages, a repris tous les éléments afin de faire toute la lumière de cette histoire.

Ainsi, comme le déclare son avocat le travail de la cour d’appel de Douai n’innocente pas seulement son client mais réhabilite le Dr Guéniot de 13 ans de procédure.

C’est ainsi que le journal Marianne a été condamné pour diffamation à la suite d’un article intitulé « le procès d’un gourou ».

Le journal a dû publier dans ses colonnes la déclaration suivante :

Par jugement en date du 21 octobre 2009, le tribunal de grande instance (chambre de la presse) statuant en matière civile, a condamné Maurice Szafran en qualité de directeur de la publication du magazine Marianne, pour avoir dans ce magazine, daté du 23 février 2008, publié un article intitulé « le procès d’un gourou » comportant des imputations diffamatoires à l’encontre de Gérard Guéniot, lequel a été définitivement relaxé des faits faisant l’objet de l’article par arrêt de la cour d’appel de Douai en date du 17 février 2009 ».

Document

-------------------------------------- Haut de page--------------------------------------



Sommaire des actualités

CAPLC - CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction - liberté thérapeutique