Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
ONG avec statut consultatif spécial auprès de l'ONU
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version

Ecrivez-nous : 117, rue de Charenton, 75012 Paris

contact@coordiap.com
 
 
shim  
 
ACTUALITÉS SUR LE GRILL
 


Sommaire des actualités

décembre 2011

Un nouveau créneau pour la psychothérapie

Lors du retrait de deux somnifères européens en octobre dernier, le Noctran et le Mépronizine, pour risques d’effets secondaires graves, l’AFSSAPS a conseillé d’accompagner psychologiquement les patients lors du sevrage progressif de ces « hypnotiques » (sic), du fait des phénomènes de manque et d’effets rebond. D’habitude, on se plaint que les personnes ayant besoin de psychothérapies soient orientés vers la médication comme substitut. Maintenant, ce sont les psychothérapeutes qui devront aider les patients à résoudre les problèmes psychologiques causés par les médicaments. La « confusion mentale » constitue d’ailleurs, selon les assurances maladies, l’un des effets secondaires les plus fréquents des médicaments en général.

-------------------------------------- actualités sectes 092010--------------------------------------

Police de la pensée : la France en tête ?

A l’occasion de la récente proposition de loi pénalisant la négation d’un génocide reconnu par la loi, de nombreuses voix se sont élevées émanant de chercheurs ou d’hommes politiques pour critiquer cette gestion et mainmise de la « Vérité » par l’État. Parmi eux, l’ancien Garde des sceaux Robert Badinter, qui a estimé que cette loi était anticonstitutionnelle, tout comme la loi de 2001 reconnaissant le génocide arménien. « Ce n'est pas aux parlementaires de dire l'histoire » a-t-il ajouté. D’autres hommes politiques ont invoqué une violation des principes de la République.

Histoire, médecine et santé, religions, il semble que la France soit l’un des pays développé les plus fâchés avec la liberté de conscience et d’expression, et qu’elle veuille à tout prix instaurer une vérité d’État, une police de la « bonne » pensée.

Déjà, les zélateurs de la loi About Picart s’étaient ouvertement appuyés sur une loi de Mussolini visant à interdire certaines idées, le Piaggo, pour se justifier.

-------------------------------------- actualités sectes 092010--------------------------------------

 

Partager



Sommaire des actualités

CAPLC - CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction - liberté thérapeutique