Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience
Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version
CAP LC 2006
www.coordiap.com
 
 
 
 
shim  
 
Commission d'enquête relative à l'influence des mouvements à caractère sectaire et aux conséquences de leurs pratiques sur la santé physique et morale des mineurs
 


Sommaire des actualités

Retour aux auditions

Mardi 16 septembre 2006 à 14 h 30
Audition de :   Madame Sonya Jougla, psychologue clinicienne

Extrait

Intervention compléte

Extraits essentiels

 

 

Sonya Jougla

Jusqu'à aujourd'hui, les enfants victimes de sectes étaient vraiment les grands oubliés de la société et des professionnels chargés de la protection de l'enfance en danger.

Alors, ils étaient oubliés et peut-être parce qu'il est plus difficile de préserver un enfant de la croyance de ses parents que de leurs coups ou de leur sexualité incestueuse.

Mais peut-être aussi parce que la contrainte qu'imposent les parents en immergeant leurs enfants dans une secte est parfaitement légale. Dans ma pratique de psychologue clinicienne psychothérapeute, depuis une trentaine d'années d'exercice, je reçois des victimes de sectes que ce soient des adultes ou des enfants et en trente ans d'exercice, je n'ai jamais reçu la demande en psychothérapie d'enfants de sectes émanant de parents adeptes, de parents dans une secte.

Ces parents là, victimes eux-mêmes de manipulation mentale et d'emprise sectaire, ne peuvent avoir conscience de la souffrance de leur enfant, et ça j'y reviendrai ultérieurement parce que ça me semble être quelque chose de très important.

[…]

… désenclaver un enfant d’une secte, c’est difficile parce que, d’abord, l’enfant ne veut pas sortir de l’influence sectaire par ses propres moyens ; il est bien évident que c’est un enfant, il est tout petit, il peut pas le faire.

Deuxièmement, parce que le parent adepte est sous emprise et il n’a pas conscience de nuire à la construction psychologique de son enfant.

[…]

D’autre part, il n’est pas compris dans l’importance de la maltraitance qu’il dénonce et là, je crois que s’il y a quelque chose que je peux vraiment apporter c’est que l’existence de cette maltraitance au niveau de tous les enfants, chaque enfant qui est dans une secte est un enfant en danger, que la secte soit coercitive ou non l’enfant est en danger, pas seulement lorsqu’il y a des maltraitances physiques ; les maltraitances psychiques sont toujours existantes.

[…]

Pour voir les choses telles qu’elles sont, quand dans un divorce ou dans d’autres circonstances, vous avez, vous accordez, par exemple, l’autorité parentale à un adepte d’une secte, ça veut dire qu’on donne l’autorité à la secte elle-même.

C’est très important ça, c’est-à-dire que c’est pas au parent qu’on va donner l’autorité, c’est au gourou, et il y a toujours un déséquilibre de force entre le parent adepte qui bénéficie, lui, de toute la puissance quasi-mafieuse de la secte et le parent non adepte qui, lui, est complètement isolé.

[…]

Il y en a d’autres qui conditionnent dès la vie fœtale la galvanoplastie spirituelle, avec la 6ème race des élus des verseaux, avec le clonage et… Y en a qui commencent beaucoup plus tôt

[…]

D’abord il y en a plusieurs, il y en a 11, des causes.

La première c’est le besoin du gourou, les enfants ils sont nécessaires au gourou, ce sont les adeptes de demain et ils sont encore plus intéressants que les adultes parce qu’ils vont pouvoir être programmés dès l’enfance, ils vont pouvoir être formatés exactement selon les fantasmes du gourou, selon les fantasmes délirants du gourou et ce qu’il y a d’intéressant, c’est que ces enfants pourront, par la suite, faire un petit cheptel de robots complètement formatés dans lequel il va pouvoir puiser pour assouvir ses fantasmes.

On voit des enfants très, très calibrés, très formatés, on dirait des petits poulets batterie, ce sont des enfants qui sont tous pareils, selon une secte, ils sont comme ça, selon une autre, ils sont d’une autre façon ; comme je les vois à la sortie de la secte, je peux vous dire si l’enfant vient de telle ou telle secte.

[…]

Il y a beaucoup d'instits  qui se permettent comme ça de signaler gentiment les enfants parce que cela ne peut pas se faire de façon officielle. Quelquefois, les parents viennent en psychothérapie, d'autres pas.

Quelquefois, ils viennent une fois, et ne reviennent surtout pas et changent leur enfant d'école. Comme j'ai eu encore dernièrement avec un enfant d'une grande secte, les parents m'ont dit "oui, oui, oui, bien sûr.." très gentiment, la petite fille très bien élevée et tout ça "mais bien sûr Madame.." et ils ont changé l'enfant d'école et ils  ne sont jamais revenus.

[…]

Et je vous redis ce que je vous disais tout à l'heure, même quant y'a pas de maltraitance physique, il existe toujours une maltraitance psychique, tous les enfants des sectes sont des enfants en risque, des enfants en danger.

Alors je vais faire un certain nombre de propositions, c'est peut-être un peu prétentieux mais je le fais quand même, et … parce que je trouve que quand même la société elle a un devoir d'ingérence et de protection par rapport aux enfants, et je trouve que parfois elle remplit bien son rôle et parfois elle le remplit pas bien.

[…]

D'abord, la secte est considérée à tort comme une religion, ça, ça fait parti des idées qui reviennent continuellement, la secte n'est pas une religion. Et ça paralyse la réponse sociale, et ça interdit bien sûr même l'idée d'ingérence.

Deuxièmement, c'est l'hypocrisie qui consiste à penser que la liberté de croyance et d'éducation ne sont l'apanage que de la sphère parentale. …. J'ai entendu, ça fait trente ans que je travaille je vous l'ai dit, j'ai entendu vraiment des gens, encore dire « Oh mais c'est pas très grave, ce sont des doux dingues, ils sont gentils, dans les sectes y font pas de mal, mais les enfants, mais y sont bien, on s'occupe bien d'eux, bon etcetera, y'a rien, y'a pas de sévices.

[…]

Face à cette paralysie, il, il est urgent bon d'apporter des solutions concrètes, je vais vous en proposer un certain nombre, dans le prolongement de la loi de 1998, de renforcer les contrôles scolaires, ça serait intéressant, de, les mettre en place, peut-être d'une façon plus systématique, et surtout par surprise !

Moi j'ai eu des enfants sortant de sectes qui m'ont racontés, que, à partir du moment où on venait vérifier, euh, euh, le Ministère de l'éducation ou je ne sais qui, venait vérifier, contrôler la scolarité des enfants, l'assiduité et le contenu de la scolarité, euh, on se débrouillait , puisque c'était pas fait par surprise, on se débrouillait pour ne mettre que les enfants qui étaient capables de lire, d'écrire, etcetera, ceux qui étaient bons et on envoyait les autres à la campagne.

[…]

Mais, pour moi ces contrôles, devraient être faits systématiquement et préventivement, sans qu'il soit nécessaire qu'il y ait une plainte qui soit posée. Parce que le problème, il est là. S’il n’y a pas de plainte, il n’y a pas de contrôle. Autre proposition, c'est d’allonger le délai de prescription pénale pour les infractions. Je suppose que vous avez dû en parler souvent et même prévoir, même une non prescription, enfin ça, je suppose que vous avez dû en parler souvent.

[…]

Pour moi, en tant que psychologue, arriver à ce qu'un enfant garde ce lien avec un parent qui est complètement endoctriné, c'est quelque fois, c'est quelque fois assez, assez, c'est difficile, c'est quelque fois même la quadrature du cercle.

Par contre ce qui me semblerait important ce serait de poser l'interdiction de séjour de l'enfant dans la secte avec le parent qui est adepte. Et avec un contrôle de cette interdiction, parce qu'il y en a énormément, qui, les contrôles existent tous oui, oui, mais y'a les, les, les adeptes disent tous oui, oui, mais si le contrôle n'est pas fait, l'adepte ne va certainement pas obéir à une interdiction, puisqu'il va obéir à ce que dit le gourou et non pas à ce que dit la société.

[…]

La société se doit de mettre en place, un réseau de professionnels santé/justice, formé à la spécificité de cette dangerosité sectaire, pour que ils puissent être ensuite aptes à repérer dans leurs pratiques, dans l'exercice de leurs fonctions, à repérer les enfants qui sont des enfants qui viennent de sectes, parce que avec certains symptômes, ils pourront les repérer et les reconnaître, et ensuite de les envoyer à un réseau qui pourra les prendre en charge, sur un plan psychologique ou autre, parce que ces enfants sont vraiment, euh, en danger, et s'ils sont pas repérés par un, un réseau de professionnels formés, que ce soit les assistants sociaux, que ce soit les, les, euh, euh, les médecins euh, scolaires, que ce soient les avocats, que ce soient les magistrats, enfin etcetera, que ce soient les psychologues, les médecins, les, les pédopsychiatres, tous ces gens là, devraient pouvoir, dans l'exercice de leur profession, repérer si y'a des symptômes de, d'enfants qui sont dans une secte.

[…]

Moi, j'entends tout le temps des professionnels me dire qu'ils sont mal informés, qu’ils sont démunis, et je les entends aussi les professionnels santé et justice, et je les entends aussi me dire qu'ils ont peur des représailles, ils se font un monde des sectes, « les sectes et oh ! C'est pas … ! ». On peut quand même lutter contre les sectes ça va, on est assez fort, et ils ont peur de l'irrationnel, ça c'est beaucoup plus compliqué à … , plus difficile à … à régler, et ils ont peur surtout de ce qui connaissent pas.

Pensez que ces professionnels, ils aggravent le traumatisme d’une victime, en ne les croyant pas, en ne les écoutant pas, en ne les comprenant pas. Et le MIVILUDES l’a dit, cette mise en place d’un réseau formé à ce type de victimologie correspond à une attente du corps social, des institutions, et des associations d’aide aux victimes.

[…]

Et par contre un parent qui est dans la secte, va forcément, s’il a l’autorité parentale, va forcément immerger son enfant dans la secte. Il va l’élever selon les principes de la secte. Donner l’autorité parentale à ce parent-là, ça pose quand même problème.

[…]

Je pense qu’un magistrat, même s’il est très bon, très compétent, très adéquat, très honnête, etc. … quelqu’un de vraiment très bien, ne peut pas comprendre l’emprise sectaire s’il n’a pas eu quelqu’un qui lui a expliqué ça ou s’il n’a pas été formé à ça.

Alors on ne va pas former tout le monde on est d’accord, mais quand même, peut-être qu’au moment où le magistrat aura à faire à une histoire de secte, peut-être qu’il pourra demander quand même à des personnes qui sont spécialisées à ce moment-là sur les sectes.

[…]

C’est très spécifique, c’est très complexe, ça ne s’invente pas. C’est pour ça que j’en reviens à ce que je disais tout à l’heure, la formation de gens spécialisées, des gens qui repèrent dans leur quotidien, qui repèrent et qui ensuite envoie à des personnes spécialisées. Ça fait 30 ans que j’essaie de trouver d’autres solutions, je n’en ai pas trouvé d’autres, mais peut-être que …

Vuilque

C’est à dire selon vous, allons plus loin, selon vous à partir du moment où il y a une appartenance prouvée, selon vous le magistrat qui est en face de cette situation doit systématiquement donc considérer que la garde parentale va à l’autre parent qui n’appartient pas à la secte si finalement …

Jougla 

En tout cas, il doit demander, parce qu’il y a secte et secte ; il y en a qui sont plus ou moins coercitives encore une fois et plus ou moins dangereuses pour les enfants, mais s’il ne peut pas demander, s’il ne prend pas le temps de demander à quelqu’un qui est expert dans cette matière-là, comment voulez-vous qu’il le comprenne.

C’est très compliqué le problème de l’emprise, je ne sais pas si vous avez quelques victimes qui vont venir et qui vont vous en parler, vous allez les voir débarquer de Mars, vous allez être complètement ahuri en vous disant : « Mais comment les gens peuvent donc se faire embrigader par des sectes, ça n’est pas possible ». Tout le monde dit toujours ça. C’est à dire que c’est inconcevable, c’est inimaginable.

[..]

Le gros problème des gourous, pas tous mais certains sont très intelligents, ceux qui ont plutôt des structures perverses sont très intelligents, et ils sont tout à fait capables de manipuler les experts, les magistrats, les avocats, etc … les psys aussi et tout.

Les expertises psychologiques ou psychiatriques, il les manipulent complètement ; moi quand je vois des expertises psychiatriques de personnes que je connais ou de sectes que je connais, arriver avec ce que les experts, qui sont très bons par ailleurs, ont pu noté, c’est ahurissant, ils les ont roulés dans la farine. Ce sont des manipulateurs, c’est quand même leur fonction, il ne faut pas l’oublier.

[…]

Brard

Vous jurez de dire toute la vérité, rien que la vérité ...

Jougla

Je vous dis toute la vérité mais je ne vous donne pas le nom ... la secte Néophare par exemple. C’est une secte qui avait 20 personnes. Alors, parlons de la Secte Néophare, un mort, deux personnes qui étaient vraiment prêtes à mourir, vous vous souvenez de l’histoire de la femme qui passe par la fenêtre, avec la tulipe toute nue enfin, on l’a rattrapée par les pieds ... les enfants elle et son mari pareil, où est-ce qu’ils sont ses enfants, je ne sais pas si je peux dire leur nom ... mais ces 2 enfants là qu’est-ce qu’ils sont devenus ... est- ce qu’il y a un contrôle par rapport à cela ... moi j’au eu en psychothérapie des enfants de cette secte, du gourou de cette secte, du frère du gourou de cette secte ... j’aimerais bien que ce soit pas ....

[…]

Oui alors maintenant il y a plein de petits groupuscules qui sont énormément, il y en a partout, ils sont partout. J’habite dans l’Hérault, j’habite à coté de Montpellier, c’est à foison, n’importe quel médecin, même des médecins diplômés se retrouvent avec des petits groupes comme ça de ....

pseudo thérapie, de ... pseudomachins et le bien être, l’épanouissement personnel, la rencontre de soi ... et ça fait un grabuge exactement équivalent aux très grandes sectes qu’on connaissait avant, un petit peu moins les grandes, il y en a encore quelques unes ... beaucoup d’enfants dont je vous ai parlé c’était des Témoins de Jéhovah puisque je vous les cite maintenant .... ces enfants là .... et puis il y en a si je vous dis pas leur nom vous saurez pas qui c’est, parce que ils ne sont pas répertoriés et par contre ils font partie de la mouvance new Age ou de Bouddhisme ou de .... d’autres  .....

[…]

… j'ai continuellement dans ma clientèle, alors pas forcément des gens de sectes, mais dans ma clientèle des gens qui débarquent, parce qu'ils ont été complètement abîmés par des pseudo-psychothérapeutes.

Les médecines alternatives alors y'en a qui sont très très bonnes, enfin quand même attention, n'importe qui soigne avec n'importe quoi.  La santé, j'vais pas rentrer dedans, mais, c'est quand même euh, faut quand même qui y'ait des contrôles, tous ces parents qui soignent leurs enfants de, de, de, comme ça, parce que tout d'un coup la mère elle a envie de guérir alors elle va chercher trois plantes, trois machins, elle a fait une formation pendant deux jours et puis elle va soigner ses enfants, bon et puis elle emmène bien sûr ses enfants dans le groupe après, bon.

[…]

Brard

Vous avez beaucoup insisté sur la nécessité de la formation donc comment au niveau public peut-on envisager la formation de professionnels de la santé et de la justice? Qui doit assumer selon vous la formation des formateurs ?

Faut-il envisager une formation universitaire, moi je partage votre avis, que là, y'a le problème principal, même s'il arrive que des magistrats soient eux-mêmes dans des sectes, on se rappelle tous l'affaire de Lyon...

[…]

…de la cour d'appel de Lyon, où l'un des trois magistrats de la Cour d'appel était membre de l'Office Culturel de Cluny nous le savions, et ça a été attesté par l'un des deux autres lors d'un module de formation de l'Ecole Nationale de la Magistrature, mais ça c'est l'exception ...

[…]

Vous avez parlé de formatage des enfants et d'après le formatage vous pouvez identifier la secte.

[…]

Jougla

Alors, y'a plusieurs choses différentes, je reprends la dernière chose que vous avez dite, euh, ces instituteurs qui de temps en temps me disent « voilà j'ai un problème avec un enfant », alors c'est euh, je pense à cet enfant Témoin de Jéhovah, … qui ne joue pas en classe, en en salle de récré, en cours de récréation, qui fait du prosélytisme continuellement avec ses, ses petits copains, … qui va pas aux anniversaires, enfin le coup classique quoi. Hein ? Il va pas en classe verte … y va pas aux anniversaires … il est habillé différemment … il pense différemment … il a dans la cour de récréation toujours ses petits bouquins …. machins pour les enfants, pour essayer de les accrocher, et donc, une, une maîtresse, ou d'autres maîtresses me signalent et me disent voilà il se passe ça, est-ce que vous pouvez voir l'enfant ?

[…]

Vuilque

Si vous avez des documents Madame, sur la typologie par rapport à votre expérience, ça nous intéresse beaucoup.

Jougla 

C’est peut-être un petit peu systématique mais quand même, j’ai beaucoup de bouteille, ça fait 30 ans que je travaille, je le sens quand un enfant arrive ou quand un parent arrive qu’il fait partie d’une secte. Parce qu’il y a toujours un détail vestimentaire. Alors quelque fois il y a bien sûr une grande croix, mais même sans ça, on le voit quand même. Des enfants qui viennent de chez Raël, ils ont pas du tout la même attitude qu’un enfant qui vient de chez les Témoins de Jéhovah, il va au contraire être habillé de façon très marrante, très fantaisiste, un petit peu sexy, un petit peu comme ça, des petites filles avec des grands cheveux, des nœuds dans les cheveux etc. et elles vont être au contraire assez exubérantes et très dans la séduction, une petite fille Témoin de Jéhovah elle va pas être dans la séduction, du tout. C’est un peu ça si vous voulez que je peux vous dire. Mais il y a toujours par contre l’obéissance, cette espèce d’obéissance et de réserve quand même.

[…]

Brard 

Sur le plan universitaire, ça concerne plus la santé et la justice et les signalements donc, ils sont pas obligatoires les signalements quand un enseignant repère quelque chose… ?

Jougla 

[…]

… J’ai vu quand même des avocats ou des magistrats ou des psys dans tous les domaines dirent : « non, moi je veux surtout pas m’en mêler parce qu’à partir du moment où on touche aux sectes, c’est une source à problèmes. On va avoir des ennuis alors surtout n’y allons pas, ne mettons pas un petit doigt là-dedans. Il va y avoir des représailles » et il y a la peur, une peur qui est un petit peu ancestrale, la peur que les sectes fassent, je ne sais pas quoi contre eux, c’est possible, mais aussi comme on ne sait pas ce qu’il s’y passe exactement, c’est l’inconnu.

Qu’est-ce que je vais pouvoir faire, pouvoir dire, pouvoir répondre, c’est pour ça qu’il faut qu’il y ait cette formation. Alors, comment faire la formation, c’est une formation, il y en avait une qu’on avait faite à Lyon et qui marchait très très bien, universitaire, avec toutes les disciplines confondues c’est-à-dire qu’il y avait des juristes, des assistants sociaux, des infirmiers, des enseignants, des médecins, des psychologues, des psychiatres enfin etc… qui étaient là dans cette formation. On a voulu déplacer la formation sur Paris, pour l’instant on a un petit peu de problèmes, vous imaginez pourquoi, nous avons quelques problèmes pour arriver à l’installer sur Paris, cette formation.

[…]

Parce que nous sommes, ça m’embête énormément de le dire, parce que le dire c’est donner raison aux sectes. On est barré par des sectes. Vous parliez tout d’un coup d’un magistrat qui était je sais pas quoi, puni, il y en a d’autres qui sont…, des doyens de fac qui sont Témoins de Jéhovah, vous en avez d’autres qui sont scientologues, vous en avez d’autres… et à chaque fois sur le plan universitaire, on est barré, alors qu’il est très important qu’il y ait un diplôme universitaire et que ce soit quelque chose de diplômant pour les gens qui vont faire cet effort.

[…]

Vuilque 

[.. ]

Madame, avez-vous déjà subi des pressions ?

Jougla 

Non

Vuilque 

Non ? Ni d’intimidations ?

Jougla 

Non, je vais vous dire pourquoi. Parce que moi, je ne m’occupe pas des sectes. J’allais dire, ça m’est complètement égal les sectes. Je ne m’occupe que d’aide aux victimes. Alors les pressions que je peux avoir, c’est du style de ce que je viens de vous dire, il y a 2 minutes. Comme par hasard quand on monte quelque chose, clac…, c’est compliqué, les dossiers qui se perdent, les gens qui retardent certaines choses, puis au dernier moment  … tout est monté, puis au dernier moment ah ! ben non, on va faire autrement, Voilà ! Ce ne sont pas des menaces.

[…]

Hugon

… Vous avez dit à un moment qu’une des façons de repérer des enfants qui étaient dans des sectes, c’était notamment dans le cadre du milieu scolaire, c’était des enfants qui étaient à part, qui étaient isolés, qui étaient plus ou moins des têtes de turc, avez-vous dit. Alors je voulais savoir s’il y avait au service des enseignants, est-ce qu’il y avait d’autres repères qui pouvaient être mis au service des enseignants notamment ça peut-être dans le cadre d’une formation pourquoi pas, on parle beaucoup d’une refonte de la formation des IUFM notamment, dans le cadre de cette réforme qui va venir, peut-être pourrions nous, nous avoir un rôle à jouer, là.

[…]

Jougla 

Vous avez certains enfants qui sont complètement dans un état de …., ils parlent pas, ils disent rien, ils font rien, ils répondent à peine et qui sont avec, ça se voit aussi souvent, avec une anémie, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de manifestation d’expression sur leur visage.

Pas toujours, quelquefois il y a ça. Quelquefois vous avez des enfants qui parlent énormément et qui passent leur temps, comme des représentants de commerce, passent leur temps à raconter, surtout les petits enfants Témoins de Jéhovah, la salle du royaume, le machin, le truc…

Il y en a d’autres qui se prennent presque pour le sauveur du monde et qui ont besoin d’aller sauver un petit peu tout le monde, ce qui est bien en soi mais qui sont là pour sauver celui qui est le plus oppressé, la veuve et l’orphelin, dans les cours de recréation, c’est-à-dire « non il faut faire le bien » même sans dire par exemple, « il faut faire le bien parce que un tel l’a dit, ou tel gourou l’a dit, ou le Christ l’a dit » ou tout ça mais il faut faire le bien parce que c’est le bien qui est bien et le mal qui est mal enfin etc…. une espèce de langage comme ça qui sont pas les langages d’un enfant … je sais pas d’un enfant …. surtout de maternelle.

 […]

Ca c'est quand même quelque chose qu'on rencontre tout le temps. Un enfant qui sort d'une famille d'accueil et qui a été adopté par un avocat et que cet enfant a mis le feu chez l'avocat, en disant … il sort de la famille ... des Témoins de Jéhovah, d'une famille d'accueil des Témoins de Jéhovah ; et il est allé mettre le feu chez cet avocat qui l'a adopté en lui disant "tu es le Démon, tu es le machin, tu n'as pas le droit d'exister, je te maudis"... etc. ... foutant le feu chez lui et etc. ... enfin c'est quand même un peu grave ... c'est quand même ... c'est quand même la preuve ... c'est un symptôme qui montre qu'il y a quelque chose qui ne va pas dans cette famille d'accueil qui par ailleurs était Témoin de Jéhovah … Je peux vous retrouver la date, mais je ne la sais pas de mémoire ... Je connais l'avocat qui vous le dira.

Vuilque 

....Sur la question de Mr BISCOT ? Sur le faux souvenir induit ?

[…]

Jougla 

[….]

Une école aussi de ...de...de Belgique ; je ne me souviens plus du nom de la personne. Ce qu'il y a d'intéressant, c'est que moi chaque fois que j'ai des personnes en psychothérapie, elles me racontent quand elles viennent de ce ... par rapport à un certain psychothérapeute qui induit ces faux souvenirs, quand moi j'ai cette personne là en psychothérapie après, parce qu'elle vient me voir : ils disent tous la même chose : tous qu'il y a eu à trois /quatre ans qu'ils ont été victimes d'inceste par le père bon etc. .... bon c'est tout de même un petit peu bizarre. Bon est-ce que ce n'est pas le fantasme du psychothérapeute là qui...qui débloque un petit peu. Les faux souvenirs il y en a très souvent avec toutes les écoles d'hypnose et bon ...... c'est de plus en plus fréquent. Ca il y a trente ans je n'avais jamais entendu et là je l'entends vraiment fréquemment.

[…]

J’ai pas beaucoup de collègues qui fassent ça. La réponse, elle est un petit peu rapide. Nous sommes très peu en France, à l’extérieur j’en sais rien à l’étranger, nous sommes très peu en France à travailler sur l’emprise.
J’en sais rien mais très peu, quand il faut que j’envoie quelqu’un chez quelqu’un d’autre, j'ai toujours énormément de mal, alors il y a les gens que nous avons formés hein, déjà, c’est déjà des gens qui fonctionnent et puis, il y a certaines personnes, le problème aussi c’est que les personnes avec qui on travaillait, moi j’ai 61 ans hein, et donc les personnes avec qui on travaillait depuis 30 ans qu’on travaille, ces personnes là arrivent elles aussi à un âge où elles commencent à prendre leur retraite où elles commencent à partir, y’a pas de relève, c’est dramatique.
[…]
J’ai à peu près on va dire, 10% de personnes qui viennent, sur ma clientèle, qui viennent uniquement pour des histoires de sectes, 10%, des familles ou des adeptes parce qu’en général dans les associations, on ne voit que les familles. Moi je vois beaucoup d’adeptes.
…. j’ai eu trois gourous en 30 ans quand même, 3 gourous, ils ne sont pas venus longtemps mais j’ai eu quand même 3 gourous, c’est assez drôle hein, ils m’ont dit que ça les dérangeait tellement que il fallait pas qu’ils continuent à venir parce que ça les faisait trop prendre conscience des choses et donc qu’il fallait bien qu’ils choisissent une voie, ce qui était tout à fait normal.
Par contre dans ma clientèle de tout venant, c’est à dire les autres, les autres personnes, les 80% de personnes autres, les 90% de personnes autres, je n’ai pas fait de statistiques, mais je me rends compte, je suis certaine que si j’en faisais, j’aurais à peu près 45% de ma clientèle, donc de gens qui n’ont rien à voir avec les sectes, 45% de ma clientèle qui a subi des conséquences par rapport aux sectes ou parce qu’ils y sont eux-mêmes allés quand ils étaient enfants ou parce qu’ils ont un conjoint dans une secte ou parce qu’ils ont un enfant dans une secte, 45% je me demande même si je ne suis pas un petit peu en dessous de la vérité.
Je sais pas si vous vous rendez compte, c’est à dire c’est une population normale, je suis une psy normale qui est en province normalement, j’ai bien 45% de ma clientèle qui touche, qui subi les conséquences d’une secte.
[…]
Il est bien évident que moi je les repère et que quand quelqu’un me raconte quelque chose, en travaillant avec eux un petit peu plus, ils me disent …. oui j’ai été dans un groupe quand j’avais, euh, de 5 ans à dix ans, j’ai été dans un groupe, j’ai vécu ça, mais les symptômes, moi je les ai encore, je vous dis, 10, 20, 30 ans après.
Martine David
La formation universitaire dont vous parler elle dure combien de temps?
Jougla
Alors ça durait, elle n’y est plus, ça durait 1 an.
Martine David: ha elle n’y est plus? Elle était où, sur quelle université?
Jougla: Lyon 2, en médecine légale, chez Mme Daligan, hein, qui était quelque chose qui avait très très bien marché. Voilà, et donc c’était sur un an, sur un an avec on avait, je sais plus heu...140 heures de...heu...voilà avec des auditions de victimes, des victimes qui acceptaient de venir ou des gens qui était filmés et avec des professionnels de tous horizons, c’est à dire des psys, des avocats, des enseignants, des enfants qui venaient parler aussi, des enfants grands évidemment, c’était des gens qu’on connaissait et on allait pas faire venir n’importe qui hein, voilà, mais c’était quelque chose de très costaud, qui a très bien marché mais qui est forcément dérangeant pour un grand nombre de personnes.
 
CAPLC - CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction