Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience
Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version
CAP LC 2006
www.coordiap.com
 
 
 
 
shim  
 
Commission d'enquête relative à l'influence des mouvements à caractère sectaire et aux conséquences de leurs pratiques sur la santé physique et morale des mineurs
 


Sommaire des actualités

Retour aux auditions

Mardi 3 octobre 2006 à 15 h 30
Audition de :   Madame Sonya Jougla, psychologue clinicienne

Intervention compléte

Extraits essentiels

Extrait

 

Le Président

Voilà Mesdames, Messieurs, mes cher collègues, nous nous retrouvons aujourd'hui pour entendre Mme Sonya Jougla, psychologue.

Je vous remercie Madame d'avoir répondu à la convocation de notre commission d'enquête. Je souhaite vous informer au préalable de vos droits et de vos obligations. Je vous rappelle tout d'abord qu'au terme de l'article 142 du règlement de notre assemblée, la commission pourra décider de citer dans son rapport, tout ou partie du compte rendu qui en sera fait. Ce compte rendu vous sera, bien entendu, communiqué. Les observations que vous pourriez faire seront soumises à la commission, par ailleurs en vertu de l'article 6 de l'ordonnance de 17 novembre 1958 modifiée, relative au fonctionnement des assemblées parlementaires, les personnes auditionnées sont tenues de déposer sous réserve des dispositions de l'article 226-13 du code pénal, réprimant la violation du secret professionnel, et de l'article 226-14 du même code qui autorise la révélation du secret en cas de privation, de sévices dont les atteintes sexuelles. Cette même ordonnance, exige des personnes auditionnées qu'elles prêtent serment, de dire la vérité et toute la vérité, rien que la vérité. Je vais donc vous demander de lever la main droite et de dire « je le jure ».

Sonya Jougla :

Je le jure.

Le Président

Merci Madame.

Je m'adresse aux représentants de la presse pour leur rappeler également les termes de l'article 39 quinquies de la loi du 28 juillet 1881 sur la liberté de la presse, qui punit de 15000 euros d'amende, le fait de diffuser des renseignements concernant l'identité d'une personne victime d'une agression ou d'une atteinte sexuelle. J'invite donc les représentants de la presse à ne citer, à ne pas citer nommément les enfants qui ont été victimes de ces actes. La commission va maintenant procéder à votre audition Madame, vous avez une vingtaine de minutes, et ensuite nous vous poserons un certain nombre de questions. Merci.

 Sonya Jougla :

Merci beaucoup.

Jusqu'à aujourd'hui, les enfants victimes de sectes étaient vraiment les grands oubliés de la société et des professionnels chargés de la protection de l'enfance en danger.

Alors, ils étaient oubliés et peut-être parce qu'il est plus difficile de préserver un enfant de la croyance de ses parents que de leurs coups ou de leur sexualité incestueuse.

Mais peut-être aussi parce que la contrainte qu'imposent les parents en immergeant leurs enfants dans une secte est parfaitement légale. Dans ma pratique de psychologue clinicienne psychothérapeute, depuis une trentaine d'années d'exercice, je reçois des victimes de sectes que ce soient des adultes ou des enfants et en trente ans d'exercice, je n'ai jamais reçu la demande en psychothérapie d'enfants de sectes émanant de parents adeptes, de parents dans une secte.

Ces parents là, victimes eux-mêmes de manipulation mentale et d'emprise sectaire, ne peuvent avoir conscience de la souffrance de leur enfant, et ça j'y reviendrai ultérieurement parce que ça me semble être quelque chose de très important.

J'ai reçu par contre de nombreux enfants amenés par des parents divorcés, ou mariés à un adepte de secte, ou des parents sortis de secte, qui assistent impuissants à la lente dégradation de leur enfant et qui viennent chercher des solutions auprès des professionnels de la santé et de la justice. Il est extrêmement difficile d'entreprendre une psychothérapie, avec un enfant qui est immergé dans une secte, qui est encore dans une secte, et qui a au moins un parent qui est adepte de secte.

Et la difficulté est encore plus aggravée lorsque le père ou la mère, est lui-même gourou de la secte. Ça m'est arrivé plusieurs fois d'avoir des enfants en psychothérapie qui avaient, ou un père gourou, ou une grand mère gourelle et qui se trouvait avec un héritage spirituel extrêmement important qui pesait sur lui, et avec bien sûr l'amour et la dévotion que porte un enfant à tout parent, mais là ce parent étant gourou, ça entravait encore plus la possibilité d'établir une alliance thérapeutique ou d'introduire un tiers médiatisant. L'enfant dans ces cas là, nie le vécu traumatique, pour pouvoir continuer à vivre avec son parent gourou, qui est, tout puissant, dont il dépend, et qu'il aime, qu'il aime comme un parent.

La psychothérapie est nettement plus envisageable lorsque les deux parents sont sortis de secte. Ça ne veut pas dire qu'elle soit facile. C'est toujours très très compliqué, mais le cas le plus adéquat, le plus facile peut être, c'est lorsque les deux parents sont sortis et qu'ils ont emmené leurs enfants hors de la secte. Je reçois fréquemment par contre d’anciens adeptes adultes qui ont séjourné dans une secte et qui gardent 20 ans, 30 ans après, encore d’énormes séquelles de ce qu’ils ont pu vivre dans la secte et qui ont encore des séquelles invalidantes.

Vuilque :

Vous pouvez nous en dire un petit peu plus sur ces séquelles invalidantes ?

Jougla :

Des adultes ?

Vuilque :

Oui, ils ont été enfants dans la secte et ils deviennent adultes ensuite.

Jougla :

Ce sont des adultes qui sont sortis parce que les parents étaient sortis et ça les personnes dont je parle en ce moment ce sont des personnes qui viennent longtemps après. Un enfant qui sort de secte et qui vient tout de suite en psychothérapie c’est pas du tout le même cas, tandis que là, il m’est arrivé souvent d’avoir des personnes qui venaient pour dépression, pour troubles pathologiques, psychiatriques ou autres et qui, au cours de la psychothérapie, au cours de leur anamnèse, je me rendais compte qu’il y avait eu un passage dans un groupe sectaire.

Eux-mêmes n’en avaient pas conscience mais par contre, ils disaient, au bout d’un moment, combien ils avaient été manipulés, ce qui reste comme séquelles à ce moment-là, je reviendrai par la suite là-dessus mais ce sont surtout une capacité à suivre les groupes, une difficulté à avoir un discernement propre et avoir un libre arbitre.

Alors là, nous recevons souvent des enfants victimes de secte à l’occasion de conflits conjugaux, de conflits familiaux au moment des divorces et il est important de voir que le projet groupal enfermant de la secte vient en opposition avec le projet sociétal qui est de socialiser l’enfant dans un réel objectif et une construction de sa citoyenneté. S’il est pratiquement impossible de protéger un enfant de la maltraitance liée à l’emprise sectaire en s’appuyant sur la prise de conscience du parent non adepte, du parent endoctriné, pardon, il est, par contre, essentiel de protéger l’enfant en s’appuyant sur le parent non adepte et non endoctriné, en aidant ce dernier dans ses démarches.

Les démarches sont extrêmement difficiles et ils ont peu de moyens pour arriver à sortir un enfant, leur enfant de la secte : désenclaver un enfant d’une secte, c’est difficile parce que, d’abord, l’enfant ne veut pas sortir de l’influence sectaire par ses propres moyens ; il est bien évident que c’est un enfant, il est tout petit, il peut pas le faire.

Deuxièmement, parce que le parent adepte est sous emprise et il n’a pas conscience de nuire à la construction psychologique de son enfant.

Troisièmement c’est là, peut-être que ça nous intéresse un peu plus parce que le parent non adepte est impuissant face, seul, tout seul, face au pouvoir de la secte.

D’autre part, il n’est pas compris dans l’importance de la maltraitance qu’il dénonce et là, je crois que s’il y a quelque chose que je peux vraiment apporter c’est que l’existence de cette maltraitance au niveau de tous les enfants, chaque enfant qui est dans une secte est un enfant en danger, que la secte soit coercitive ou non l’enfant est en danger, pas seulement lorsqu’il y a des maltraitances physiques ; les maltraitances psychiques sont toujours existantes.

Donc là, il n’est pas compris dans l’importance de la maltraitance qu’il dénonce et il est pas suffisamment appuyé ou soutenu par les intervenants institutionnels, alors les deux premières raisons n’étant pas susceptibles d’être modifiées, ce que l’on peut mettre en œuvre, c’est la prise de conscience de la réalité de la maltraitance et l’appui impératif qu’on peut faire à ce parent qui est non endoctriné.

Pour voir les choses telles qu’elles sont, quand dans un divorce ou dans d’autres circonstances, vous avez, vous accordez, par exemple, l’autorité parentale à un adepte d’une secte, ça veut dire qu’on donne l’autorité à la secte elle-même.

C’est très important ça, c’est-à-dire que c’est pas au parent qu’on va donner l’autorité, c’est au gourou, et il y a toujours un déséquilibre de force entre le parent adepte qui bénéficie, lui, de toute la puissance quasi-mafieuse de la secte et le parent non adepte qui, lui, est complètement isolé.

Il est vraiment important que la législation rétablisse un peu le rapport d’équilibre qu’il y a entre ces 2 personnes pour l’intérêt de l’enfant.

Vuilque :

Excusez-moi Madame, ça fera l’objet, je pense parce que vous venez de dire est intéressant pratiquement, donc peut être à la fin de l’intervention, vous pourrez peut-être développer ce point.

Jougla :

J’ai des propositions !

Vuilque :

Nous aurons effectivement l’occasion d’en reparler ou avec des propositions très concrètes de votre part. Excusez- moi de vous avoir interrompu.

Jougla :

J’ai des propositions concrètes que je vous dirai à la fin. Je voudrais reprendre rapidement la gravité des séquelles de la maltraitance sectaire. D’abord ça va dépendre de 5 paramètres que je vais rappeler rapidement, ça va dépendre de la dangerosité de la secte : toutes les sectes n’ont pas la même dangerosité, elles sont plus ou moins coercitives et elles n’entreprennent pas l’endoctrinement de l’enfant au même âge.

Certaines fois, des enfants qui ne sont entrepris qu’au moment de l’adolescence, donc toute la petite enfance est vécue tout à fait normalement par un enfant.

Il y en a d’autres qui conditionnent dès la vie fœtale la galvanoplastie spirituelle, avec la 6ème race des élus des verseaux, avec le clonage et… Y en a qui commencent beaucoup plus tôt

et toutes les sectes aussi ont une différence, c’est qu’elles sont plus ou moins closes.

Chaque fois qu’un enfant peut vivre quelque chose à l’extérieur de la secte, par exemple comme d’aller à l’école, simplement ça, d’avoir une scolarité normale, il est bien évident que ça change complètement les séquelles de la maltraitance, la maltraitance n’est pas la même puisqu’il y a un « dehors », il n’y a pas qu’un dedans de l’ordre de la secte. Ca va dépendre de l’acte maltraitant aussi, de la sévérité, de la fréquence, tout ça, ça va déprendre de l’âge de l’enfant, de l’âge auquel il est entré dans la secte, un enfant qui est né dans une secte est évidemment plus en danger qu’un enfant qui y entre vers 14-15 ans et qui a déjà pu vivre autre chose à l’extérieur de la secte. Ca dépend de l’âge auquel il en est sorti et de la durée de son séjour. Mais ça dépend surtout du niveau de développement psychique et affectif de l’enfant, l’importance du traumatisme va dépendre du niveau de construction du développement affectif, cognitif et social de l’enfant. Ca va dépendre de sa vulnérabilité, si l’enfant a eu ou non le temps de développer sa résilience. S’il est né dans une secte, il n'a absolument pas eu ce temps là ; et ça dépend de l’interprétation que l’enfant fera aussi de l’acte qui est commis sur lui.

On peut dire que si l’impact émotionnel dépasse les capacités d’intégration psychologique et affective de l’enfant, là, il y a maltraitance psychique, c’est ce qui semble important. Les capacités d’intégration psychologiques de l’enfant. Ensuite il y a un autre point, tout cela va dépendre aussi de l’implication sectaire de l’entourage : si vous avez 1 seul parent, 2 parent ou une famille entière dans la secte, si la famille entière est dans la secte, pour l’enfant, la secte reflète encore plus la normalité, s’il n’y a pas de dehors ressource pour l’enfant, s’il y a un grand-mère qui existe à l’extérieur, c’est pas du tout pareil que si il y a une grand-mère à l’intérieur de la secte. Alors qu’elles sont les causes ? Je vais peut-être aller assez rapidement mais je suppose que vous aurez des questions à me poser après, les causes de maltraitances psychologiques sectaires quelles sont celles qui vont faire qu’en tant que psy, j’aurais des difficultés par la suite, avec l’enfant lorsque je vais l’avoir en psychothérapie. D’abord il y en a plusieurs, il y en a 11, des causes.

La première c’est le besoin du gourou, les enfants ils sont nécessaires au gourou, ce sont les adeptes de demain et ils sont encore plus intéressants que les adultes parce qu’ils vont pouvoir être programmés dès l’enfance, ils vont pouvoir être formatés exactement selon les fantasmes du gourou, selon les fantasmes délirants du gourou et ce qu’il y a d’intéressant, c’est que ces enfants pourront, par la suite, faire un petit cheptel de robots complètement formatés dans lequel il va pouvoir puiser pour assouvir ses fantasmes.

On voit des enfants très, très calibrés, très formatés, on dirait des petits poulets batterie, ce sont des enfants qui sont tous pareils, selon une secte, ils sont comme ça, selon une autre, ils sont d’une autre façon ; comme je les vois à la sortie de la secte, je peux vous dire si l’enfant vient de telle ou telle secte.

Alors ça c’est le 1er point, les besoins du gourou.

Le 2ème point c’est que l’enfant est enfermé dans un monde complètement virtuel : le gourou a construit de toutes pièces une espèce de royaume virtuel, comme ça, dont il est le souverain, un souverain incontesté et qui ne peut en aucun cas être contredit, rien ne peut être vérifié de ce qu’il dit et il parvient à faire faire croire à l’enfant qu’il n’existe d’autre réalité que celle de ce monde virtuel : on voit des enfants qui sont un petit peu, je ne sais pas si vous connaissez, ces enfants, c'est les "outakous", ces petits enfants Japonais ..oh enfin ces adultes, ces jeunes adultes japonais qui passent leur temps devant des programmes virtuels, et qui vivent uniquement par procuration à travers ce monde ultra technologique virtuel ; ils tombent amoureux d'une.. petite.. d'une image virtuelle , ils vivent à travers une image virtuelle.

Ces "outakous",  Claude Allard en a parlé en parlant du syndrome  qui s'appelle le "syndrome d'imprégnation", ce sont ces enfants-là qui ne vivent que dans le virtuel. Quand je vois les enfants sortis de sectes, j'ai exactement les mêmes symptômes que chez ces petits enfants là qui ne font que des jeux de rôle ..  enfin etc.. cela n'a rien à voir avec les sectes mais qui sont complètement dans ce monde virtuel. C'est à dire que ce sont des enfants qui n'ont plus de contact avec la réalité réelle ; la nôtre là, bien solide.

Ce monde virtuel, il ne peut fonctionner qu'en vase clos : toute intrusion de la réalité, la comparaison, les points de repères extérieurs et tout, amènent le doute, le discernement et le choix. Donc pas d'intrusion. Les murs de l'enceinte de ce monde servent à la fois de protection contre les attaques du monde extérieur ; les attaques extérieures, c'est à dire l'intrusion du regard : la Justice, la Santé, les Droits de l'Homme, les Droits de l'Enfant etc... C'est peut-être là aussi qu'il faudra que l'on agisse, je vous en reparlerai dans les propositions que je vous fais.

Alors, ça sert de protection, cette enceinte, ces murs de l'enceinte, et ça sert aussi à retenir l'adepte, à le maintenir dans une illusion fantasmagorique et magique. C'est un monde virtuel mais il est complètement magique. En apparence bien sûr ils semblent libres d'aller et de sortir,  selon leur bon vouloir. En fait ils sont dans une véritable cage virtuelle. On a aussi des symptômes de personnes qui ont été prises en otages, des personnes qui ont été prisonnières ; on a les mêmes symptômes d'emprisonnement, alors que tout le monde est libre d'aller et de sortir dans une secte. Il y en a très très peu qui sont totalement closes. L'absence de triangulation : le Gourou crée une relation complètement fusionnelle et duelle avec l'enfant. La place du tiers limiterait son pouvoir, sa sacralisation et c'est pour ça qu'il diabolise toute intrusion, ce que je disais tout à l'heure. Le manque de triangulation fait que l'enfant est complètement à la merci du Gourou. On n'est que dans le "deux", on n'est pas dans le "trois".

Qu'est-ce que peut faire l'enfant pour arriver à sortir de cette situation? Il ne peut que nier l'agression ou il ne peut que s'identifier à l'agresseur. Il n'y a pas d'autre solution dans cette relation duelle. Cinquièmement, la privation du processus d'individuation et d'individualisation, on voit chez les enfants un comportement qui va d'une soumission, d'une dépendance chronique, d'une aspiration à la grégarité, d'être toujours dans des groupes, une absence d'autonomie en fait, une absence d'autonomie. On voit des enfants qui présentent des symptômes, des enfants qui vont de cette absence d'autonomie jusqu'à l'autre extrémité qui est d'en perdre le sentiment de sa propre réalité et du ressenti de son corps comme étant réel.

J'ai des enfants qui m'ont dit...qu'ils ne...des enfants qui m'ont dit "puisqu'ils faisaient partie de l'élite, puisqu'ils étaient tellement purs, maintenant ils n'avaient plus d'organes à l'intérieur d'eux".

Alors je ne sais pas si dans l'assistance il y a des gens qui sont psychiatres mais on trouve par exemple ce symp...ce syndrome de Cottard chez des patients qui nient totalement leurs organes. On voit exactement la  même chose chez ces enfants-là qui le nient mais alors que c'est n'est pas du tout une pathologie endogène qu'ils ont. C'est quelque chose qu'on leur a appris : ils n'ont plus d'organes,  ils sont très purs, ils ne sont plus qu'un pur esprit. La confusion des rôles due à la démission des parents, l'adulto-morphisme, la confusion des générations et des sexes amène chez l'enfant une difficulté à trouver ses repères et trouver les repères qui sont constitutifs de la lignée. C'est à dire qu'il n'y a plus de lignée.

Le seul représentant de l'autorité c'est le Gourou ; c'est lui qui détient tous les rôles : il a infantilisé les parents; donc les parents sont réduits à l'état de père....non plus de père et de mère mais de frère et de soeur. Il n'y a plus de générations : tu as été l'enfant d'un tel dans une vie antérieure, donc l'enfant ne peut pas comprendre ; tu es le fils d'un tel, tu es le frère d'un tel, etc.. cette confusion des rôles fait que les enfants sont complètement perdus et qu'ils n'ont plus du tout les repères de la lignée ; ils ne savent pas d'où ils viennent, où ils vont, qui ils sont et ça fait des perturbations qui restent souvent pendant très longtemps. Même les adultes quelquefois me disent moi j'ai été un tel dans une vie antérieure et mon mari en fait est mon fils et ma soeur est.

Après il y a le problème de la pensée unique, hein !  La Vérité absolue invérifiable qui empêche qu'il y ait tout esprit critique ou toute rationalité chez l'enfant cette vision unique du monde. Et s'écarter de cette Vérité pour l'enfant c'est se retrouver seul, abandonné de tous et ne plus s'inscrire dans une appartenance. C'est à dire s'il ne croit pas à ça, l'enfant est perdu. Il y a ça ou rien. Huitièmement, une difficulté d'accéder à une pensée abstraite ; le fait qu'il y ait cette pensée unique, magique et cette grille interprétative que l'on trouve dans les sectes ; ça enlève complètement, ça fait obstacle à la libération de la capacité d'abstraction de l'enfant, il n'a plus du tout cette capacité qui peut entrer en jeu.

Neuvièmement, le double langage : la distorsion entre deux types de conception du monde : celui d'un univers fantasmé, utopique, virtuel véhiculé à l'intérieur de la secte et celui de la réalité sociétale extérieure, ça crée chez l'enfant un écartèlement, un stress permanent qui débouche sur un état d'angoisse sidérant et paralysant.

Moi j'ai vu des enfants dans des états de  sidération comme ça : on leur posait une question : "Bon, est-ce que tu aimes les haricots ?" et comme ça ils ne pouvaient pas répondre, " tu.... préfères les petits pois ?" ils ne pouvaient pas répondre. C'est à dire qu'ils sont dans une espèce d'état de sidération qui est pathologique pour nous et qui montre combien la difficulté de choisir et la difficulté de se prononcer sur quelque chose, si on ne leur a pas dit "les haricots c'est bon il faut que tu en manges". Difficulté d'adaptation sociale professionnelle et familiale; Il y a une désocialisation et des troubles de l'adaptation sociale qui est due à un double rejet chez l'enfant. L'enfant rejette. Il est conditionné à rejeter la société qui est diabolisée et qui est un modèle de perdition, ça c'est une chose, mais quand l'enfant va à l'école, son inadaptation, sa différence et la supériorité qu'il affiche, parce qu'il fait partie des enfants...des élus, quand même ! Il n'est pas rien, hein ! Et c'est celui qui porte la Vérité, c'est celui qui doit transmettre tout ça. Ces enfants là sont souvent rejetés par tous les autres enfants, ils sont souvent la tête de Turc, la risée de tous les autres.

 

Et j'ai souvent des adultes qui me racontent combien ça a été quelque chose d'extrêmement douloureux pour eux d'être pendant la récréation montrés par tout le monde et que personne ne voulait jouer avec eux. Alors ce qu'il y a d'intéressant par contre c'est que souvent les instituteurs se rendant compte de ce genre de chose, de l'isolement de l'enfant, et du fait qu'il soit "tête de turc", se permettent à ce moment là, de faire un signalement, nous appellent, nous les psys et à ce moment là, on peut rentrer un petit peu en jeu pour essayer d'aider l'enfant.

Il y a beaucoup d'instits  qui se permettent comme ça de signaler gentiment les enfants parce que cela ne peut pas se faire de façon officielle. Quelquefois, les parents viennent en psychothérapie, d'autres pas.

Quelquefois, ils viennent une fois, et ne reviennent surtout pas et changent leur enfant d'école. Comme j'ai eu encore dernièrement avec un enfant d'une grande secte, les parents m'ont dit "oui, oui, oui, bien sûr.." très gentiment, la petite fille très bien élevée et tout ça "mais bien sûr Madame.." et ils ont changé l'enfant d'école et ils  ne sont jamais revenus.

Alors les séquelles psychologiques des enfants victimes de sectes, ça les fait fréquemment évoluer vers une structuration névrotique, obsessionnelle, phobique ou histéro-phobique avec tous les rituels qui sont imposés, avec toutes les phobies de la société, avec tous ces trucs là, il y a souvent cette structuration névrotique, un effondrement narcissique pratiquement tout le temps et puis il y a aussi très souvent des aspects psychotiques, des états dissociatifs qui sont induits par les expériences délirantes et hallucinatoires vécus dans la secte. On y reviendra peut-être si vous le voulez au sujet de questions...au cours de questions. Alors, ça, ça me semble important, l'enfant, il est pris dans un conflit de paradigmes. Le projet de la secte sur l'enfant est en conflit avec le modèle sociétal. Le projet de la secte prime sur l'intérêt de l'enfant. On est bien d'accord ? Le projet de la secte utopique. Face à ce conflit, la question est de savoir si la société contemporaine est capable de construire et de penser son propre avenir. La société moderne se doit d'avoir des valeurs, une éthique qui sont celles de la Démocratie.

Dans la perspective de ce projet, la laïcité où le respect des lois fondamentales de l'individu ne peut être synonyme de neutralité, sinon la laïcité, ou les droits fondamentaux, deviendraient un principe de décomposition de la société.

Il est question de libertés individuelles, en tant que garantes de la liberté, chaque fois qu'un enfant risque d'être mis en état de sujétion lorsqu'il appartient à une secte.

Et je vous redis ce que je vous disais tout à l'heure, même quant y'a pas de maltraitance physique, il existe toujours une maltraitance psychique, tous les enfants des sectes sont des enfants en risque, des enfants en danger.

Alors je vais faire un certain nombre de propositions, c'est peut-être un peu prétentieux mais je le fais quand même, et … parce que je trouve que quand même la société elle a un devoir d'ingérence et de protection par rapport aux enfants, et je trouve que parfois elle remplit bien son rôle et parfois elle le remplit pas bien.

                Alors, je me suis posée la question de savoir pourquoi la société se trouvait pas, ... vraiment, paralysé dans son devoir d'ingérence, et, et j'y répond en vous proposant trois raisons.

D'abord, la secte est considérée à tort comme une religion, ça, ça fait parti des idées qui reviennent continuellement, la secte n'est pas une religion. Et ça paralyse la réponse sociale, et ça interdit bien sûr même l'idée d'ingérence.

Deuxièmement, c'est l'hypocrisie qui consiste à penser que la liberté de croyance et d'éducation ne sont l'apanage que de la sphère parentale. Et troisièmement la méconnaissance ou la non reconnaissance et même la négation de l'existence d'une maltraitance psychologique sectaire spécifique subit par les enfants. Moi j'ai entendu, ça fait trente ans que je travaille je vous l'ai dit, j'ai entendu vraiment des gens, encore dire « Oh mais c'est pas très grave, ce sont des doux dingues, ils sont gentils, dans les sectes y font pas de mal, mais les enfants, mais y sont bien, on s'occupe bien d'eux, bon etcetera, y'a rien, y'a pas de sévices. Un enfant mort d'accord. Un enfant qui a des coups d'accord. Mais un enfant qu'à des problèmes psychologiques, non y'en a pas, y'a pas de problème».

Face à cette paralysie, il, il est urgent bon d'apporter des solutions concrètes, je vais vous en proposer un certain nombre, dans le prolongement de la loi de 1998, de renforcer les contrôles scolaires, ça serait intéressant, de, les mettre en place, peut-être d'une façon plus systématique, et surtout par surprise !

 

Moi j'ai eu des enfants sortant de sectes qui m'ont racontés, que, à partir du moment où on venait vérifier, euh, euh, le Ministère de l'éducation ou je ne sais qui, venait vérifier, contrôler la scolarité des enfants, l'assiduité et le contenu de la scolarité, euh, on se débrouillait , puisque c'était pas fait par surprise, on se débrouillait pour ne mettre que les enfants qui étaient capables de lire, d'écrire, etcetera, ceux qui étaient bons et on envoyait les autres à la campagne. Je l'ai entendu très souvent ça. Alors c'est quand même que ce soit fait par surprise. Ces contrôles doivent être faits aussi au niveau de la santé des enfants. On a quand même une possibilité ne serait ce que dans les, euh, dans les écoles, avec les médecins scolaires, une, une possibilité de contrôle.

Mais, pour moi ces contrôles, devraient être faits systématiquement et préventivement, sans qu'il soit nécessaire qu'il y ait une plainte qui soit posée. Parce que le problème, il est là. S’il n’y a pas de plainte, il n’y a pas de contrôle. Autre proposition, c'est d’allonger le délai de prescription pénale pour les infractions. Je suppose que vous avez dû en parler souvent et même prévoir, même une non prescription, enfin ça, je suppose que vous avez dû en parler souvent.

Ce que j'ai dit toute à l'heure, c'est à dire, encore une autre idée, c'est de protéger l'enfant, en s'appuyant sur le parent non adepte, non endoctriné, je sais bien qu'il y en a certains qui déraillent complètement, et qui imaginent qu'il y a des histoires de secte, souvent dans beaucoup de, de, euh, de divorce, on peut voir ça, je sais que c'est pas toujours vrai, mais enfin quand même, s’il y a 1 %, ou disons 5 % de personnes qui se trompent, y'en a peut être 95 % quand même qui disent quelque chose qu’il serait bon d'écouter. Je pense qu'il est important aussi d'aider l'enfant à garder un lien approprié avec le parent qui est dans la secte, et ça c'est extrêmement difficile.

Pour moi, en tant que psychologue, arriver à ce qu'un enfant garde ce lien avec un parent qui est complètement endoctriné, c'est quelque fois, c'est quelque fois assez, assez, c'est difficile, c'est quelque fois même la quadrature du cercle.

Par contre ce qui me semblerait important ce serait de poser l'interdiction de séjour de l'enfant dans la secte avec le parent qui est adepte. Et avec un contrôle de cette interdiction, parce qu'il y en a énormément, qui, les contrôles existent tous oui, oui, mais y'a les, les, les adeptes disent tous oui, oui, mais si le contrôle n'est pas fait, l'adepte ne va certainement pas obéir à une interdiction, puisqu'il va obéir à ce que dit le gourou et non pas à ce que dit la société.

Moi j'ai eu beaucoup d'enfants, qui étaient emmenés pendant un mois, dernièrement une petite fille de trois ans, un mois, immergée dans une secte, avec un père d'une secte qui est vraiment très très coercitive, très virulente et très nocive pour les enfants, une grosse secte avec en plus la prétention d'éducation qu'on peut connaître chez certains groupes, et cet enfant de trois ans immergé pendant un mois, quant elle est revenue avec sa mère, l'état de cet enfant était dramatique.

C'est à dire qu'elle était complètement déstructurée, elle était dans un état pathologique, psychiatrique, elle était dans, dans, dans une, euh, dans une sidération dont je vous parlais toute à l'heure, euh, de, de, avec encoprésie, énurésie, elle ne s'alimentait plus, elle avait arrêté de parler, enfin etc. c'était vraiment quelque chose qui était avec une souffrance absolument énorme, qui était témoigné par cet enfant là.

C'est long un mois pour un enfant de trois ans, je ne sais pas si vous vous rendez compte, bon déjà pour un enfant normal qu'est pas dans une secte, ça semble long mais alors là. Ce qui me semble aussi important c'est de contrôler les familles d'accueil, pour éviter qui y ait une récupération sectaire, vous avez certainement dû en entendre parler, y'a certaines sectes qui sont spécialisées là dedans, et puis ensuite autre chose aussi, qui m'est arrivé très fréquemment, c'est de suivre tous les enfants d'adeptes, lorsqu'il y a une secte qui fait l'objet d'un drame collectif. Des enfants d'adeptes même quand la secte n'existe plus, ces enfants sont laissés dans la nature, ils ne sont absolument pas suivis, et ce sont des enfants, alors quelquefois moi, je les récupère dix ans, quinze ans, vingt ans après, je les récupère évidemment pas tout de suite, ils viennent jamais me voir tout de suite, mais ça, dans des petites sectes ou des grosses sectes, c'est quelque chose que l'on voit souvent, quand y'a eu des drames euh, collectifs, des assassinats, des morts, etcetera et que ces enfants après vadrouillent dans la nature et que personne ne les aide, qu'y'a aucun contrôle, on ne sait pas ce qu'y sont devenus, je trouve que c'est quand même assez grave et que c'est de, de notre responsabilité.

Et le deuxième point qui me semble très important c'est, la formation, d'un réseau professionnel, d'un réseau de professionnels, l'information c'est très bien, l'information c'est très bien, mais faut pas la confondre avec la formation, à la spécifi...cité, spécificité sectaire et au processus d'emprise.

 

La société se doit de mettre en place, un réseau de professionnels santé/justice, formé à la spécificité de cette dangerosité sectaire, pour que ils puissent être ensuite aptes à repérer dans leurs pratiques, dans l'exercice de leurs fonctions, à repérer les enfants qui sont des enfants qui viennent de sectes, parce que avec certains symptômes, ils pourront les repérer et les reconnaître, et ensuite de les envoyer à un réseau qui pourra les prendre en charge, sur un plan psychologique ou autre, parce que ces enfants sont vraiment, euh, en danger, et s'ils sont pas repérés par un, un réseau de professionnels formés, que ce soit les assistants sociaux, que ce soit les, les, euh, euh, les médecins euh, scolaires, que ce soient les avocats, que ce soient les magistrats, enfin etcetera, que ce soient les psychologues, les médecins, les, les pédopsychiatres, tous ces gens là, devraient pouvoir, dans l'exercice de leur profession, repérer si y'a des symptômes de, d'enfants qui sont dans une secte.

Et cette formation elle doit être inter disciplinaire, pour être efficace, elle doit se dérouler sur plusieurs semaines, on peut pas faire ça en quatre jours, c'est pas possible, c'est utopique ça. Et y faut qu'y ait entre autre des témoignages de victimes de sectes pour que soit palpable le processus d'emprise. C'est compliqué à comprendre, le processus d'emprise, et si, si on voit ça comme ça d'une façon intellectuelle et survolée, on ne peut absolument pas le comprendre. Y faut que ce soit fait aussi par des intervenants, spécialistes des différents axes d'approche, pour cerner, le, le, le phénomène sectaire, sous différents axes. Moi, j'entends tout le temps des professionnels me dire qu'ils sont mal informés, qu’ils sont démunis, et je les entends aussi les professionnels santé et justice, et je les entends aussi me dire qu'ils ont peur des représailles, ils se font un monde des sectes, « les sectes et oh ! C'est pas … ! ». On peut quand même lutter contre les sectes ça va, on est assez fort, et ils ont peur de l'irrationnel, ça c'est beaucoup plus compliqué à … , plus difficile à … à régler, et ils ont peur surtout de ce qui connaissent pas.

Pensez que ces professionnels, ils aggravent le traumatisme d’une victime, en ne les croyant pas, en ne les écoutant pas, en ne les comprenant pas. Et le MIVILUDES l’a dit, cette mise en place d’un réseau formé à ce type de victimologie correspond à une attente du corps social, des institutions, et des associations d’aide aux victimes.

Alors je termine avec ça, les objectifs de la formation seraient d’apporter un élément, un complément de formation sur le phénomène sectaire aux praticiens, juristes, médecins, psychologues, travailleurs sociaux, pour qu’ils repèrent dans l’exercice de leur fonction, et les enseignants aussi. Et la deuxième chose, c’est de mettre en place un réseau de professionnels formés qui pourront prendre en charge ces enfants quand on leur aura envoyé ces enfants là. Voilà un petit peu ce que j’essaye de résumer, en ¼ d’heure, 30 ans de travail.

Vuilque : 

Merci Madame pour votre intervention. J’ai omis d’excuser tout à l’heure le président de notre commission Georges Fenech qui est retenu dans sa circonscription, donc voilà l’omission est réparée.

Merci Madame pour votre contribution, j’aurai un certain nombre de questions à vous poser avant de passer la parole à mes collègues. Comment qualifierez-vous aujourd’hui, puisque vous êtes une praticienne, la situation actuelle ? Première question, est-ce que ça s’est amélioré ? Est-ce que vous pensez que la situation est stable ? Ou est-ce que vous pensez qu’il y a un vrai souci spécifique aujourd’hui sur les enfants ? On nous a beaucoup parlé des psychothérapeutes …

Jougla : Oui.

Vuilque : Donc je voulais avoir votre avis en tant que praticienne puisque apparemment c’est un sujet d’inquiétude très important.

Jougla : Très important.

Vuilque:

Ensuite, mais vous y avez déjà un petit peu répondu, j’allais vous poser la question sur à votre avis pensez-vous que notre législation est suffisamment complète ?

Je voudrais aussi vous poser une question ; peut-être il est un peu difficile pour vous d’y répondre sur notre système général de lutte contre les organisations sectaires puisque nous avons une mission interministérielle, nous avons …

 

On nous a dit aussi que les associations ne travaillaient pas suffisamment ensemble, qu’il n’y avait pas de coordination entre l’ensemble des intervenants. Ca m’intéresserait, ça nous intéresserait d’avoir votre avis. Et puis dernière question, vous avez parlé du divorce, de l’autorité parentale. Je voudrais qu’éventuellement vous alliez un peu plus loin parce que vous nous avez indiqué qu’effectivement lorsque l’enfant était confié à l’un des parents membre de la secte, il était en fait confié au gourou de la secte, alors est-ce que vous aviez des propositions très concrètes à nous fournir parce que c’est quelque chose d’assez compliqué.

Nous savons que les magistrats abordent les problèmes sectaires d’une manière quelquefois un petit peu difficile soit par méconnaissance, soit parce que c’est aussi un sujet qui peut être avancé par l’un ou par l’autre dans les difficultés conjugales donc là-dessus si vous pouvez aussi nous éclairer. Voilà, ben je crois que c’est complet, je laisserai la parole à mes collègues ensuite.

Jougla :

Je n’ai pas marqué, je vais essayer de me souvenir de ce que vous avez dit. J’ai pas noté ce que vous avez dit mais on va y revenir probablement. Oui et vous aviez une question aussi ?

Vuilque : Jean-Pierre Brard, Jean-yves Hugo et Serge Bisco. Donc ce que je vous propose, c’est de répondre à ma première série de questions, …

Jougla : Oui, d’accord.

Vuilque : Et puis ensuite on passera à mes collègues. Merci.

Jougla : Je vous y ai répondu un petit peu par rapport au divorce déjà en vous disant que lorsque, il y a certaines fois où un des parents utilise l’alibi de la secte pour essayer de récupérer un enfant à tort, et c’est quand même très très peu souvent.

Et par contre un parent qui est dans la secte, va forcément, s’il a l’autorité parentale, va forcément immerger son enfant dans la secte. Il va l’élever selon les principes de la secte. Donner l’autorité parentale à ce parent-là, ça pose quand même problème.

Vuilque : Pardonnez-moi de vous interrompre, j’entends bien. Je me fais un peu l’avocat du diable, je me mets à la place du magistrat qui a devant lui 2 personnes qui exposent leurs arguments et aujourd’hui c’est vrai que beaucoup de témoignages nous reviennent, des difficultés familiales, des séparations, où manifestement le magistrat n’a pas pris en compte cette appartenance sectaire, peut-être encore une fois par méconnaissance mais aussi peut-être par, comment dirais-je ? Par confort, pour ne pas… parce que bien souvent le magistrat ne sait pas où il met les pieds et a du mal, a du mal à appréhender cette affaire. Et ensuite il y a un certain nombre de règles juridiques, et donc pour le magistrat ce n’est donc pas non plus forcément très facile d’attribuer l’autorité parentale parce que il y a cette situation. Donc là aussi je voudrais avoir votre avis d’une manière un petit peu plus précise.

Jougla :

Ma réponse à moi c’est …. Vous avez donné déjà le début de la réponse, c’est que les gens ne sont pas formés à ça.

Je pense qu’un magistrat, même s’il est très bon, très compétent, très adéquat, très honnête, etc. … quelqu’un de vraiment très bien, ne peut pas comprendre l’emprise sectaire s’il n’a pas eu quelqu’un qui lui a expliqué ça ou s’il n’a pas été formé à ça.

Alors on ne va pas former tout le monde on est d’accord, mais quand même, peut-être qu’au moment où le magistrat aura à faire à une histoire de secte, peut-être qu’il pourra demander quand même à des personnes qui sont spécialisées à ce moment-là sur les sectes.

Il y en a dans tous les départements, pourquoi est-ce qu’il ne fait pas appel à ce moment-là à des personnes qui sont spécialisées ou sur le plan juridique, ou sur le plan psychologique, qui sont spécialisées dans les sectes. Mais il ne peut pas lui, même si c’est quelqu’un de très compétent. Pareil, je vais vous dire quelque chose qui va vous paraître énorme, mais dans ma profession, un psy, un bon psychologue ou un bon psychiatre qui ne connaît pas l’emprise, ne peut aider, ne peut pas faire une psychothérapie de quelqu’un qui sort de secte et qui a été sous emprise ou qui a été manipulé.

C’est très spécifique, c’est très complexe, ça ne s’invente pas. C’est pour ça que j’en reviens à ce que je disais tout à l’heure, la formation de gens spécialisées, des gens qui repèrent dans leur quotidien, qui repèrent et qui ensuite envoie à des personnes spécialisées. Ça fait 30 ans que j’essaie de trouver d’autres solutions, je n’en ai pas trouvé d’autres, mais peut-être que …

Vuilque:

C’est à dire selon vous, allons plus loin, selon vous à partir du moment où il y a une appartenance prouvée, selon vous le magistrat qui est en face de cette situation doit systématiquement donc considérer que la garde parentale va à l’autre parent qui n’appartient pas à la secte si finalement …

Jougla :

En tout cas, il doit demander, parce qu’il y a secte et secte ; il y en a qui sont plus ou moins coercitives encore une fois et plus ou moins dangereuses pour les enfants, mais s’il ne peut pas demander, s’il ne prend pas le temps de demander à quelqu’un qui est expert dans cette matière-là, comment voulez-vous qu’il le comprenne.

C’est très compliqué le problème de l’emprise, je ne sais pas si vous avez quelques victimes qui vont venir et qui vont vous en parler, vous allez les voir débarquer de Mars, vous allez être complètement ahuri en vous disant : « Mais comment les gens peuvent donc se faire embrigader par des sectes, ça n’est pas possible ». Tout le monde dit toujours ça. C’est à dire que c’est inconcevable, c’est inimaginable.

Alors le problème de l’emprise est très compliqué, je vous dis, même les psys. Les très bons psychiatres font des confusions entre certaines pathologies et les pathologies que l’on retrouve dans les sectes et qui sont très semblables. Alors par rapport au divorce, ma réponse à moi, c’est la formation et de demander à des gens qui sont compétents.

Le gros problème des gourous, pas tous mais certains sont très intelligents, ceux qui ont plutôt des structures perverses sont très intelligents, et ils sont tout à fait capables de manipuler les experts, les magistrats, les avocats, etc … les psys aussi et tout.

Les expertises psychologiques ou psychiatriques, il les manipulent complètement ; moi quand je vois des expertises psychiatriques de personnes que je connais ou de sectes que je connais, arriver avec ce que les experts, qui sont très bons par ailleurs, ont pu noté, c’est ahurissant, ils les ont roulés dans la farine. Ce sont des manipulateurs, c’est quand même leur fonction, il ne faut pas l’oublier.

Vuilque:

Par exemple, excusez-moi messieurs les collègues, je me lance, je vous donne la parole ensuite. Est-ce qu’en cas de divorce, il y a des enquêtes sociales qui sont faites ?

Jougla : Oui ça c’est fréquent.

Vuilque :

Et on s’aperçoit effectivement que ceux qui font les enquêtes sociales, vous allez peut-être me détromper ou abonder dans mon sens, ne sont pas non plus formés à l’approche sectaire et ça peut poser effectivement un certain nombre de soucis. Madame je ne vais pas plus loin, je vous ai simplement posé un première question qui pour moi est importante par rapport à votre pratique, je vous ai demandé comment qualifierez-vous la situation aujourd’hui ? Est-ce que dans votre pratique, vous pensez que la situation s’est maintenue ? Elle s’est dégradée ? Elle devient problématique ? C’est important pour nous de le savoir.

Jougla :

Alors ce qui me semble important donc sur une trentaine d’années puisque j’ai ce recul-là, c’est de voir qu’avant il y avait des espèces de grosses sectes comme ça, bien définies, bien claires, qu’on savait bien nommer ; dans telle secte il se passe ça, dans telle autre il se passe ça, bon. Des sectes un petit peu grosses, et maintenant …                           

Ce qu’il y a de terrible, c’est qu’il y a de petits groupuscules sectaires énormément, des petites sectes de 20 personnes pas plus. Dernièrement vous avez encore eu une secte de 20 personnes avec un mort, deux autres morts .... enfin deux tentatives de suicide, des personnes qu’on a vraiment rattrapé par les pieds ... Pardon? ... je ne sais pas si je peux me permettre de nommer les sectes, oui? ... Neophare il s’agit de Neophare

Brard:

Vous jurez de dire toute la vérité, rien que la vérité ...

Jougla:

Je vous dis toute la vérité mais je ne vous donne pas le nom ... la secte Néophare par exemple. C’est une secte qui avait 20 personnes. Alors, parlons de la Secte Néophare, un mort, deux personnes qui étaient vraiment prêtes à mourir, vous vous souvenez de l’histoire de la femme qui passe par la fenêtre, avec la tulipe toute nue enfin, on l’a rattrapée par les pieds ... les enfants elle et son mari pareil, où est-ce qu’ils sont ses enfants, je ne sais pas si je peux dire leur nom ... mais ces 2 enfants là qu’est-ce qu’ils sont devenus ... est- ce qu’il y a un contrôle par rapport à cela ... moi j’au eu en psychothérapie des enfants de cette secte, du gourou de cette secte, du frère du gourou de cette secte ... j’aimerais bien que ce soit pas ....

Brard :

Ils ont répété les noms des enfants cités, c’est dans les textes ... à oui c’est ....

Jougla:

Bref ces enfants là étaient dans la nature. Les gens ont fait appel à moi, quand on fait appel à moi, j’y vais. Mais quand on ne fait pas appel à moi ou à quelqu’un d’autre, il n’y a personne qui y va. C’est quand même très très grave. C’était par rapport à ?...

Oui alors maintenant il y a plein de petits groupuscules qui sont énormément, il y en a partout, ils sont partout. J’habite dans l’Hérault, j’habite à coté de Montpellier, c’est à foison, n’importe quel médecin, même des médecins diplômés se retrouvent avec des petits groupes comme ça de ....

pseudo thérapie, de ... pseudomachins et le bien être, l’épanouissement personnel, la rencontre de soi ... et ça fait un grabuge exactement équivalent aux très grandes sectes qu’on connaissait avant, un petit peu moins les grandes, il y en a encore quelques unes ... beaucoup d’enfants dont je vous ai parlé c’était des Témoins de Jéhovah puisque je vous les cite maintenant .... ces enfants là .... et puis il y en a si je vous dis pas leur nom vous saurez pas qui c’est, parce que ils ne sont pas répertoriés et par contre ils font partie de la mouvance new Age ou de Bouddhisme ou de .... d’autres  .....

Vuilque :

Dernière précision, vous parliez de devoir d’ingérence, alors question, vous savez que juridiquement, c’est normal puisque c’est notre conception du laïc, il n’y a pas de définition de la religion, il n’y a pas non  plus de définition de la secte, est-ce que vous pensez que néanmoins, nous devrions préciser les choses pour faire en sorte qu’il y ait un cadre un peu plus précis pour, notamment l’ensemble des intervenants, mais aussi permettre un éventuel devoir d’ingérence?

Sonya Jougla

Alors, y'a pas de définition de la secte. Je vais, je suis pas juriste, mais je vais vous dire quand même qu'avec la loi About-Picard, vous la reprenez dans l'autre sens, vous avez la définition de la secte. Depuis 2001 quand même on l'a la définition de la secte ! En tout cas, moi je m'appuie dessus et tous les juristes qui travaillent dans .... par rapport aux sectes, ils s'en servent. Pourquoi on continue à dire, je comprends pas pourquoi on continue à dire que “y'a pas de définition”, que “les gens qui rentrent dans les sectes ce sont des gens vulnérables”, qu'est ce qui y'a encore, “qu’il y a toujours des problèmes d'argent dans les sectes”, c'est pas vrai, à la secte « Néophare » par exemple ils ne demandaient pas un sou à ses adeptes. Et c'est une secte qui a été extrêmement dangereuse. 3 personnes sur 20 je trouve que ça fait vraiment beaucoup, hein, hein comme pourcentage ! C'est pas mal ! Et là y'a un, deux, trois, quatre, cinq ...

Voix masculine

Ah oui ...

Sonya Jougla

trois, quatre, cinq, six, sept enfants dans cette secte, ..., dans la nature.

Voix masculine

Euh, les psychothérapeutes ?

Sonya Jougla

Alors les psychothérapeutes, ça c'est un gros, gros problème. Parce que vous savez que psychothérapeute y'a toujours pas de diplôme pour l'instant, hein, on va voir ce qui va se passer après, avec la loi About-, euh, la loi Accoyer et tout ça, mais pour l'instant y'en a pas, et, euh, y'a n'importe qui peut s'installer comme psychothérapeute de ceci, de cela, enfin etcetera.

Hein, ça fait un grabuge absolument énorme, moi j'ai continuellement dans ma clientèle, alors pas forcément des gens de sectes, mais dans ma clientèle des gens qui débarquent, parce qu'ils ont été complètement abîmés par des pseudo-psychothérapeutes.

Les médecines alternatives alors y'en a qui sont très très bonnes, enfin quand même attention, n'importe qui soigne avec n'importe quoi.  La santé, j'vais pas rentrer dedans, mais, c'est quand même euh, faut quand même qui y'ait des contrôles, tous ces parents qui soignent leurs enfants de, de, de, comme ça, parce que tout d'un coup la mère elle a envie de guérir alors elle va chercher trois plantes, trois machins, elle a fait une formation pendant deux jours et puis elle va soigner ses enfants, bon et puis elle emmène bien sûr ses enfants dans le groupe après, bon.

Donc, y'en a beaucoup comme ça, c'est un gros, gros, gros problème. Hein, pour nous qui sommes, comment dire, professionnels euh, euh, avec un diplôme etcetera, c'est compliqué. Je, j'suis, ... , chargé de cours à la fac, et je vois, euh, en médecine légale hein, et je vois combien, .... en victimologie, en médecine légale, la plupart des gens bien qu'y soient, ou médecin, ou juriste, ou etcetera, continuent à croire, que tel euh, des croyances de euh, euh de tel soin qui va guérir le cancer, des gens qui sont quand même, euh, qui ont un état, de, de, de culture, qui ont une culture et des diplômes qui normalement devrait leur permettre de discerner un p'tit peu mieux. Alors comment voulez vous que, que ... Les problèmes des médecines alternatives et de, de, la, pseudo psy c'est très très compliqué.

Vuilque :

Merci Madame, Jean Pierre Brard.

Sonya Jougla :

Oui.

Jean Pierre Brard :

Merci Madame.

Vous avez beaucoup insisté sur la nécessité de la formation donc comment au niveau public peut-on envisager la formation de professionnels de la santé et de la justice? Qui doit assumer selon vous la formation des formateurs ?

Faut-il envisager une formation universitaire, moi je partage votre avis, que là, y'a le problème principal, même s'il arrive que des magistrats soient eux-mêmes dans des sectes, on se rappelle tous l'affaire de Lyon...

Sonya Jugla :

Oui

Jean Pierre Brard :

…de la cour d'appel de Lyon, où l'un des trois magistrats de la Cour d'appel était membre de l'Office Culturel de Cluny nous le savions, et ça a été attesté par l'un des deux autres lors d'un module de formation de l'Ecole Nationale de la Magistrature, mais ça c'est l'exception ...

Sonya Jougla :

Non.

Jean Pierre Brard :

... la règle, c'est plutôt l'absence de formation, alors est-ce que vous pouvez nous dire votre sentiment Madame, ça c'est ma première question.

Vous avez parlé de formatage des enfants et d'après le formatage vous pouvez identifier la secte.

Est-ce que vous pourriez nous décrire, sommairement, comment vous identifiez les enfants sortants des Témoins de Jéhovah, euh, troisièmement, vous avez dit le signalement ne peut se faire officiellement, vous parliez des instituteurs, qui repèrent quelque chose, bé, ils doivent, ils ont un devoir de signalement, non ? Mais vous me répondrez.

Bon, et les parents ont changé l'enfant d'école, euh, mais on peut si j'ose dire les suive à la trace, puisque, euh, s’ils ont d'école, y'z'ont dû bénéficier d'une dérogation, ou bien, donc on doit pouvoir les retrouver. Et, et si les parents les gardent chez eux, ils doivent avoir une autorisation, donc, est-ce que vous pouvez assouvir notre curiosité sur ces sujets ?

Sonya Jougla

Alors, y'a plusieurs choses différentes, je reprends la dernière chose que vous avez dite, euh, ces instituteurs qui de temps en temps me disent « voilà j'ai un problème avec un enfant », alors c'est euh, je pense à cet enfant Témoin de Jéhovah, … qui ne joue pas en classe, en en salle de récré, en cours de récréation, qui fait du prosélytisme continuellement avec ses, ses petits copains, … qui va pas aux anniversaires, enfin le coup classique quoi. Hein ? Il va pas en classe verte … y va pas aux anniversaires … il est habillé différemment … il pense différemment … il a dans la cour de récréation toujours ses petits bouquins …. machins pour les enfants, pour essayer de les accrocher, et donc, une, une maîtresse, ou d'autres maîtresses me signalent et me disent voilà il se passe ça, est-ce que vous pouvez voir l'enfant ?

Les parents sont très obéissants, ils prennent un rendez-vous, ils viennent me voir. Ils viennent me voir, je vois l'enfant qui … alors les parents ne parlent de rien, et je vois l'enfant après qui parle de la salle du royaume, du machin, du truc et que, donc, je revois les parents et je leur demande ce qui se passe, ils disent, « oui, oui, oui, bien sûr, on va emmener, oui bien sûr , notre enfant va aller faire la classe verte avec tous les autres enfants », etcetera et puis ils s'en vont. C'est fréquent. Alors comment je différencie ces enfants là des autres ? Vous m'aviez posé cette question aussi. C'est à dire que ce sont des enfants qui sont souvent, souvent très bien élevés, euh, très dociles, euh, très propres, impeccables, gentils, respectueux, qui ne vont certainement pas déranger quoi que ce soit, euh, dans mon cabinet, et puis quand euh je leur dit bien, euh, va jouer là par exemple avec des poupées, j'ai des espèces de poupées pour faire des tests, euh voilà, « euuuh, ah non ! Non ! J'peux pas ! - mais si puisque je te dis que tu peux le faire, on va le faire ».

Je vois, si vous voulez à des tas de petits symptômes comme ça, la façon dont l'enfant va dessiner, des enfants qui viennent de la Fraternité Blanche Universelle, n'ont pas le droit d'utiliser le marron et le noir, alors ils vont utiliser, ils vont faire des anges, toujours les mêmes dessins !, toujours les mêmes trucs. Alors je peux, je pourrais vous en parler longtemps, mais, euh, je sais pas, qu’elle est la précision de votre ...

Vuilque :

Si vous avez des documents Madame, sur la typologie par rapport à votre expérience, ça nous intéresse beaucoup.

 

Jougla :

C’est peut-être un petit peu systématique mais quand même, j’ai beaucoup de bouteille, ça fait 30 ans que je travaille, je le sens quand un enfant arrive ou quand un parent arrive qu’il fait partie d’une secte. Parce qu’il y a toujours un détail vestimentaire. Alors quelque fois il y a bien sûr une grande croix, mais même sans ça, on le voit quand même. Des enfants qui viennent de chez Raël, ils ont pas du tout la même attitude qu’un enfant qui vient de chez les Témoins de Jéhovah, il va au contraire être habillé de façon très marrante, très fantaisiste, un petit peu sexy, un petit peu comme ça, des petites filles avec des grands cheveux, des nœuds dans les cheveux etc. et elles vont être au contraire assez exubérantes et très dans la séduction, une petite fille Témoin de Jéhovah elle va pas être dans la séduction, du tout. C’est un peu ça si vous voulez que je peux vous dire. Mais il y a toujours par contre l’obéissance, cette espèce d’obéissance et de réserve quand même.

Brard :

Est-ce qu’on peut dire, Madame, la bouteille ne se voyait pas, si vous ne l’aviez pas dit. Mais est-ce qu’on peut dire, Madame, la façon dont on peut identifier ces enfants, vous les reconnaissez à des symptômes si j’ose dire, est-ce la preuve pour vous qu’on les a déjà coupé de la société ?

Jougla :

Alors, un enfant qui me dit, je ne veux pas jouer avec des Barbies, ce n’est pas très, très grave, on est bien d’accord, c’est pas très grave d’autant que c’est pas très joli les Barbies, c’est pas très grave. Un enfant qui dessine un truc stéréotypé c’est déjà un petit peu plus difficile. C’est-à-dire dans sa créativité, il est déjà un petit peu plus coupé. Et un enfant qui ne peut pas avoir de jugement sur quelque chose qui ne peut pas avoir un libre-arbitre, qui ne peut pas décider si je lui donne 2 choses et je lui dis « qu’est-ce que tu choisis » et qui me répond « pratiquement il faut que je demande à mon parent qui est dans la salle d’attente, ce qu’il faut que je fasse ou pas », on en est déjà un petit peu plus loin.

Un enfant qui est dans un espèce de délire hallucinatoire avec : Euh, je vois des anges … Alors j’ai des petites tourterelles qui viennent sur mon balcon chez moi et  ça veut dire que ce sont des anges et avec toute cette interprétation de grille interprétative. Si j’éternue, l’enfant va me dire : « mais vous changez de plan ». Alors je change de plan d’accord, parce que dans certaines sectes quand on éternue on change de plan c’est-à-dire tout va être passé dans tout va être passé comme ça dans un espèce de grille comme ça, interprétative.

Alors là voyez, il y a des graduations comme çà, les enfants qui vont depuis pas longtemps dans une secte, ils trouvent ça même rigolo, ils vont à la salle du royaume, c’est rigolo, il faut se taire, tout ça…et puis au bout d’un moment ils en ont tout de même un petit peu assez et puis à d’autres moments ils sont complètement coincés, confinés, les petites filles surtout, les femmes, les petites filles n’ont pas le droit de ceci, pas le droit de cela, pas le droit de mettre des pantalons, pas le droit… enfin, on s’en sort plus. Alors la contrainte elle est de plus en plus grande. Je ne sais pas si j’ai répondu à votre question ?

JP Brard :

Sur le plan universitaire, ça concerne plus la santé et la justice et les signalements donc, ils sont pas obligatoires les signalements quand un enseignant repère quelque chose… ?

Jougla :

Ils ne le font pas. Tout le monde a peur, tout le monde a peur de cette espèce de grosse nébuleuse de je sais pas quoi, qui s’appelle la secte. La secte fait peur à tout le monde parce que ça renvoie tout le monde à sa propre croyance, à ses propres croyances.

Moi j’ai vu quand même des avocats ou des magistrats ou des psys dans tous les domaines dirent : « non, moi je veux surtout pas m’en mêler parce qu’à partir du moment où on touche aux sectes, c’est une source à problèmes. On va avoir des ennuis alors surtout n’y allons pas, ne mettons pas un petit doigt là-dedans. Il va y avoir des représailles » et il y a la peur, une peur qui est un petit peu ancestrale, la peur que les sectes fassent, je ne sais pas quoi contre eux, c’est possible, mais aussi comme on ne sait pas ce qu’il s’y passe exactement, c’est l’inconnu.

Qu’est-ce que je vais pouvoir faire, pouvoir dire, pouvoir répondre, c’est pour ça qu’il faut qu’il y ait cette formation. Alors, comment faire la formation, c’est une formation, il y en avait une qu’on avait faite à Lyon et qui marchait très très bien, universitaire, avec toutes les disciplines confondues c’est-à-dire qu’il y avait des juristes, des assistants sociaux, des infirmiers, des enseignants, des médecins, des psychologues, des psychiatres enfin etc… qui étaient là dans cette formation. On a voulu déplacer la formation sur Paris, pour l’instant on a un petit peu de problèmes, vous imaginez pourquoi, nous avons quelques problèmes pour arriver à l’installer sur Paris, cette formation.

Brard :

Pourquoi ?

Jougla :

Parce que nous sommes, ça m’embête énormément de le dire, parce que le dire c’est donner raison aux sectes. On est barré par des sectes. Vous parliez tout d’un coup d’un magistrat qui était je sais pas quoi, puni, il y en a d’autres qui sont…, des doyens de fac qui sont Témoins de Jéhovah, vous en avez d’autres qui sont scientologues, vous en avez d’autres… et à chaque fois sur le plan universitaire, on est barré, alors qu’il est très important qu’il y ait un diplôme universitaire et que ce soit quelque chose de diplômant pour les gens qui vont faire cet effort.

Serge Blisko :

Je suis parisien, c’est pourquoi je me permets d’intervenir et mon collègue Jean-Pierre Brard, n’est pas loin non plus. Enfin si vraiment une formation n’arrive pas à venir à Paris parce qu’il y a des blocages de Président d’université, je demande en tout cas que les élus parisiens mais pas seulement les élus puissent le savoir et si vous avez des problèmes pour le dire, on peut se mettre à huit clos parce que ça c’est quand même invraisemblable. Je me tourne vers M. Vuilque parce qu’alors je découvre quelque chose qui…, je pensais que c’était un problème de salle et que vous alliez me dire : c’est le prix de l’immobilier à Paris qui nous bloque, c’est le prix de location des salles, ce que Madame Aurillac, Madame Aurillac députée de Paris, on aurait parfaitement compris, on aurait d’ailleurs rougi. Mais si c’est autre chose alors là ….

Vuilque :

Simplement, simplement, Mme Jougla nous donnera les éléments un petit peu plus tard, je vous le propose. Avant de passer la parole à Jean-Yves Hugon, Serge tu viens d’apprendre mais tu as peut-être encore des choses à dire, et à Philippe Vittel, j’ai encore une question avec une réponse très courte Madame, avez-vous déjà subi des pressions ?

Jougla :

Non

Vuilque :

Non ? Ni d’intimidations ?

Jougla :

Non, je vais vous dire pourquoi. Parce que moi, je ne m’occupe pas des sectes. J’allais dire, ça m’est complètement égal les sectes. Je ne m’occupe que d’aide aux victimes. Alors les pressions que je peux avoir, c’est du style de ce que je viens de vous dire, il y a 2 minutes. Comme par hasard quand on monte quelque chose, clac…, c’est compliqué, les dossiers qui se perdent, les gens qui retardent certaines choses, puis au dernier moment  … tout est monté, puis au dernier moment ah ! ben non, on va faire autrement, Voilà ! Ce ne sont pas des menaces.

Vuilque :

Nous aurons l’occasion d’en reparler …. Jean-Yves Hugon ?

Hugon :

Merci Monsieur le rapporteur. Je vais être très bref parce que j’avais une remarque, une question mais vous avez pratiquement répondu aux 2. La 1ère remarque, c’était un regret, pas du tout un reproche, Madame, lorsque vous avez parlé de certaines sectes, sans les nommer, je restais un petit peu sur ma faim, notamment vous avez parlé d’une petite fille de 3 ans qui a été éloignée pendant 1 mois par une grande secte, avez vous dit…

Jougla :

Les Témoins de Jéhovah !

Hugon :

… les Témoins de Jéhovah. Ma question, vous y avez également presque répondu. Vous avez dit à un moment qu’une des façons de repérer des enfants qui étaient dans des sectes, c’était notamment dans le cadre du milieu scolaire, c’était des enfants qui étaient à part, qui étaient isolés, qui étaient plus ou moins des têtes de turc, avez-vous dit. Alors je voulais savoir s’il y avait au service des enseignants, est-ce qu’il y avait d’autres repères qui pouvaient être mis au service des enseignants notamment ça peut-être dans le cadre d’une formation pourquoi pas, on parle beaucoup d’une refonte de la formation des IUFM notamment, dans le cadre de cette réforme qui va venir, peut-être pourrions nous, nous avoir un rôle à jouer, là. Je ne sais pas. Est-ce qu’il y a d’autres critères, vous en avez parlé assez longuement, d’autres critères qui peuvent permettre aux enseignants de repérer ces enfants là ?

Jougla :

Vous avez certains enfants qui sont complètement dans un état de …., ils parlent pas, ils disent rien, ils font rien, ils répondent à peine et qui sont avec, ça se voit aussi souvent, avec une anémie, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de manifestation d’expression sur leur visage.

Pas toujours, quelquefois il y a ça. Quelquefois vous avez des enfants qui parlent énormément et qui passent leur temps, comme des représentants de commerce, passent leur temps à raconter, surtout les petits enfants Témoins de Jéhovah, la salle du royaume, le machin, le truc…

Il y en a d’autres qui se prennent presque pour le sauveur du monde et qui ont besoin d’aller sauver un petit peu tout le monde, ce qui est bien en soi mais qui sont là pour sauver celui qui est le plus oppressé, la veuve et l’orphelin, dans les cours de recréation, c’est-à-dire « non il faut faire le bien » même sans dire par exemple, « il faut faire le bien parce que un tel l’a dit, ou tel gourou l’a dit, ou le Christ l’a dit » ou tout ça mais il faut faire le bien parce que c’est le bien qui est bien et le mal qui est mal enfin etc…. une espèce de langage comme ça qui sont pas les langages d’un enfant … je sais pas d’un enfant …. surtout de maternelle.

Voilà il y a ça et il y a aussi, les enfants "tête de Turc". Moi j'en ai vu énormément des enfants de secte être "tête de Turc". Ils sont la risée de tout le monde. J'ai encore entendu la semaine dernière, une personne qui a une trentaine d'années me raconter avec douleur et en pleurant, avec beaucoup de souffrance, en me disant "eh bien voilà moi j'étais toujours à part, j'étais toujours habillée autrement" parce qu'elle ne pouvait pas mettre les petits trucs à la mode "etc ... bon ... la mode c'est vraiment pas génial, je suis d'accord avec vous ; les machins de marque et tout ça c'est pas bien.

D'un autre côté, un enfant qui est tellement contre, alors ou il a des parents un peu….peut-être soixante-huitard attardés ou je ne sais pas mais quand même ce sont souvent les "contre la société", contre, contre quelque chose qui montre aussi…et contre d'une façon heu.. tellement définitive et déterminée.

Vous savez il y a un Gourou, c'est le Gourou de la Fraternité Blanche Universelle, qui dit "moi je détiens la Vérité véritablement véridique", comme cela on est tranquille, on est sûr que c'est vrai hein ? Et bien les enfants répètent ça, c'est à dire ils ne disent pas " j'ai la Vérité véritablement véridique" mais c'est du même ordre "puisque Omaya Imanoff (?) le dit moi je le dis et je suis sûr d'avoir la Vérité ; cette espèce d'enfant qui n'ont pas la possibilité de douter, de réfléchir, d'avoir un apport extérieur, cela peut venir de l'éducation sans que cela soit sectaire, on est d'accord.

Mais quand même .... quand même...et c'est sûr que les enseignants ils sont très très utiles pour nous. Et là on en avait dans notre formation à Lyon, et j'espère que l'on va pouvoir installer cette formation avec votre aide,  mais ..heu..et c'est ..c'est..c'est important tout...alors bien sûr on continue à faire de la formation au coup par coup avec les Rectorats, ce ne sont pas de vraies formations, ce sont des informations et là je crois qu'il ne faut pas se tromper là, hein ?

Vuilque :

Merci Madame. Serge Blisco ?

Serge Blisco :

Trois petites questions, techniques. Vous avez parlé d'enfants en état psychotiques avec une description d'une petite fille très malade d'état dissocié ... substances ...... (?) hallucinatoires. Est-ce que vous faites allusion au fait que des substances pourraient être administrées à des enfants aussi, ou bien c'est dans un ... un certain groupe ou milieu ? bon. Ca c'est une petite question technique. Deuxième question. Nous avons eu un exposé très intéressant mais fait par une victime si j'ose dire, grands parents, sur le faux souvenir induit. Est-ce que en tant que ... j'allais dire, en tant que professionnelle, vous pouvez nous en parler aussi de votre point de vue ? Et puis, troisième point : je me pose beaucoup de questions en voyant certaines enquêtes sociales que les magistrats du divorce demandent à certaines associations. J'ai l'impression qu'il faudrait que l'on regarde aussi, certaines enquêtes sociales sont très partiales.

On avait été très alerté par les pères qui trouvaient que c'était toujours très partial vis à vis des mamans. Mais çà c'est un autre problème ; on a l'impression que là aussi on a tout un milieu dans les enquêteurs sociaux de ces associations qui ont des services du secteur public, et la justice pour le faire, m'apparaissent très peu encadrés, en particulier soit passer à côté de choses énormes soit d'être manipulé soit par un des deux parents ou alors par des forces extérieures, excusez-moi pour le terme. Voilà.

Jougla :

Et même pour autre ...pour une autre raison aussi. Bon, il peuvent ne pas être informés, bon d'ailleurs il le font en toute bonne foi, etc.., ils peuvent être manipulés par la personne qui est adepte  mais ils peuvent aussi faire partie d'une secte....et c'est quand même assez fréquent...c'est comme dans les familles d'accueil.

Ca c'est quand même quelque chose qu'on rencontre tout le temps. Un enfant qui sort d'une famille d'accueil et qui a été adopté par un avocat et que cet enfant a mis le feu chez l'avocat, en disant … il sort de la famille ... des Témoins de Jéhovah, d'une famille d'accueil des Témoins de Jéhovah ; et il est allé mettre le feu chez cet avocat qui l'a adopté en lui disant "tu es le Démon, tu es le machin, tu n'as pas le droit d'exister, je te maudis"... etc. ... foutant le feu chez lui et etc. ... enfin c'est quand même un peu grave ... c'est quand même ... c'est quand même la preuve ... c'est un symptôme qui montre qu'il y a quelque chose qui ne va pas dans cette famille d'accueil qui par ailleurs était Témoin de Jéhovah … Je peux vous retrouver la date, mais je ne la sais pas de mémoire ... Je connais l'avocat qui vous le dira.

Vuilque :

....Sur la question de Mr BISCOT ? Sur le faux souvenir induit ?

Jougla :

Je n'ai pas fini.. oui..oui.. Alors les faux souvenirs, c'est vrai, il y a en ce moment toute une école de psys, de pseudos psys,qui ..heu...font croire....(intervention)...Pardon?

Vuilque :

C’est une école organisée ? C'est quelque chose d'organisé ? Vous parlez d'école … C'est un courant ? Chez les psychothérapeutes ?

Jougla :

J'entends des choses...Je...Je vais me permettre de nommer des choses encore ?..Mr Lampert par exemple, hein ? Vous avez dû en entendre parler.

Une école aussi de ...de...de Belgique ; je ne me souviens plus du nom de la personne. Ce qu'il y a d'intéressant, c'est que moi chaque fois que j'ai des personnes en psychothérapie, elles me racontent quand elles viennent de ce ... par rapport à un certain psychothérapeute qui induit ces faux souvenirs, quand moi j'ai cette personne là en psychothérapie après, parce qu'elle vient me voir : ils disent tous la même chose : tous qu'il y a eu à trois /quatre ans qu'ils ont été victimes d'inceste par le père bon etc. .... bon c'est tout de même un petit peu bizarre. Bon est-ce que ce n'est pas le fantasme du psychothérapeute là qui...qui débloque un petit peu. Les faux souvenirs il y en a très souvent avec toutes les écoles d'hypnose et bon ...... c'est de plus en plus fréquent. Ca il y a trente ans je n'avais jamais entendu et là je l'entends vraiment fréquemment.

Vuilque :

Avant de passer la parole à Mr Philippe Vittel. Quoi ? ...Pardon. Excusez-moi.

Jougla :

Oui il y avait d'autres questions. Il y avait deux autres questions. Oui … « expérience hallucinatoire », oui, j'ai plusieurs personnes qui ont des … des ... ce sont des familles qui viennent me voir parce qu'ils ont des personnes qui sont au Brésil ou en Amérique du Sud dont les enfants prennent donc des ....des hallucinogènes et il y a un petit enfant entre autre en danger à ce moment là et j'essaie d'aider les grands-parents par rapport à ça ; un petit enfant qui a deux ans. Et ça, ça arrive souvent, mais par contre ce dont je parlais moi ce n’était pas avec les hallucinogènes. Il y en a hein! il y en a beaucoup.

Mais j'ai surtout eu des enfants qui avaient vécu ….. des expériences hallucinatoires, c'est à dire par exemple des expériences de Channeling des choses comme ça,  tout d'un coup heu..le..le..Channeling,  Channeling c'est à dire le canal.....le canal qui reçoit directement les informations des êtres supérieurs Divins-machins et puis qui vont vous dire ce qu'il va falloir que vous fassiez.

Alors les adultes le font très souvent, chez Néo-phare, il y en partout, dans beaucoup beaucoup de sectes il y en a. Et là quelquefois ce sont les enfants qui vont  tout à coup vont dire "oh, j'ai envie de crayons !" OOOh. Ce sont sans doute les Maîtres invisibles qui lui ont dit qu'il devait avoir envie du crayon.

Et l'enfant va commencer comme cela avec un truc de rien du tout, parce qu'il a plutôt envie d'un bonbon on va dire quelque chose qui est un peu interdit. Et puis après cela va augmenter au fur et à mesure dans la tête de l'enfant qui va se prendre pour quelqu'un qui a des hallucinations qui vont être provoquées, c'est à dire qu'au départ ce sont des désirs on va dire hein de l'enfant, et puis petit à petit on va l'emmener dans des états hallucinatoires des … des … trucs plus ou moins d'hypnose et qui vont faire que ça va provoquer des états dissociatifs chez l'enfant. Alors bien sûr je vous raccourcie ça en deux secondes ça fait un peu court hein ? Il y a bien sûr des étapes à l'intérieur. Comme chez les adultes.  La même chose. Ce sont des expériences de médiumnité. Et l'enfant qui est un être pur ... qui n'est jamais ... la Vérité sort de la bouche des enfants etc., il est cru, il y a quelquefois dans certaines sectes comme ça des enfants qui mènent. j'allais dire ... qui mènent, qui mènent tout le monde parce que ils vont avoir une idée heueu...une idée qu'on va penser être une idée qui vient de l'Etre Supérieur.

Vuilque :

Merci Mme. Philippe Vittel et puis il y aura une dernière question Martine David, parce que le temps...

Vittel :

Deux questions assez courtes.

1ère question, dans le cadre de votre clientèle, avez-vous été confrontée à des patients étant victimes de séquelles psychologiques de sévices sexuels subis dans les sectes ? Et si oui, cela se rapproche-t-il d'une identification répétitive de ces sectes ?

2ème question, vous évoquez des structures sectaires en marge de groupes travaillant sur la philosophie bouddhique. Qu'en est-t-il ?

Jougla :

Oui … il y en a aussi … qui sont d'inspiration.

Alors, la sexualité dans les sectes, c'est comme l'argent. Pour moi, sexualité et argent ça peut exister dans une secte mais ça n'est pas toujours là. Certaines sectes même prônent la chasteté totale : la FBU sauf pour le Gourou hein, lui il avait le droit de faire ce qu'il voulait, mais par contre, chasteté totale pour les adeptes. Bon, chasteté totale pour moi, c'est quand même un problème de sexualité, on est bien d'accord. Bon  mais  quand même, il n'y avait pas donc d'obligation de sexualité entre les uns et les autres. Mais par contre heu.. vous avez parfois des ...des Gourous ou de la sexualité qui est imposée dans une secte mais c'est pas...c'est pas de la sexualité.

Quand vous êtes violé dans une secte, vous n'êtes pas violé, c'est l'intervention spirituelle divine qui va vous permettre d'accéder à un niveau d'évolution absolument supérieur et vous êtes très honoré d'avoir eu le droit de recevoir ou la semence du gourou, ce qui est absolument extraordinaire, ou ne serait-ce que ce contact du gourou qui va vous permettre à vous d’évoluer, ce n’est pas du tout un viol. Avant qu’une personne qui est en psychothérapie puisse dire j’ai été violée, je vous assure qu’il faut qu’elle fasse un grand chemin dans sa possibilité à elle de...euh...sa prise de conscience, ça va extrêmement long.

Les enfants, y’a des enfants qui sont touchés, manipulés, déjà, puis y’en a d’autres qui sont violés et y’a des sectes qui ont …. alors chez Sai Baba par exemple, vous avez cette secte qui...cet homme était lui, il était homosexuel pédophile, hein, et donc il aimait les tous petits garçons donc les petites filles, elles étaient absolument tranquilles et lui n’allait s’occuper que des garçons, des jeunes garçons évidemment, pas des vieux moches, des tous jeunes et tous beaux, il allait s’occuper de ces jeunes garçons. Et puis il avait la possibilité d’avoir son petit cheptel comme ça de petits jeunes au fur et à mesure, bon Sai Baba, y’a en plein d’autres qui le font comme ça sous couvert de spiritualité.

Alors y’a des sectes dans lesquelles j’ai jamais entendu de problèmes sexuels puis y’en a d’autres où y’en a toujours. Bien sûr Raël j’ai pas besoin de vous le dire, vous en avez assez entendu avec les enfants, la stimulation des bébés, chez Rael c’est archi connu et c’est vrai puisque des adeptes de cette secte m’en ont parlé en tant que victime et m’ont raconté ce qui leur était arrivé euh...voilà...

Ce qui me semble important aussi dans les petits groupuscules dont je vous ai parlé tout à l’heure, c’est de voir que très souvent, y’a euh...alors je vous disais tout à l’heure qu’il y a pas forcément de sexe ni d’argent dans les sectes, par contre y’a toujours du pouvoir, on l’oublie toujours, on parle toujours de l’argent, c’est pas toujours vrai mais y’a toujours un besoin de pouvoir du gourou, qui pour moi est toujours quelqu’un de très pathologique hein, il faut quand même qu’on soit un petit peu quand même dérangé pour pas dire d’autres mots pour que on ait besoin autant de pouvoir etc., ce sont des gens qui sont malades, hein quand même.

Vuilque: Martine David ?
Martine David:
Oui, je vais faire très vite parce que c’est vrai, je crois qu’on a débordé de notre cadre horaire mais c’était, c’est particulièrement intéressant de vous entendre. Je reviens un moment Philippe Vuilque vous a demandé heu votre appréciation sur l’actualité, sur les dérives sectaires à l’encontre des mineurs.
A vous entendre, alors c’est peut-être le fait de vous avoir entendue longtemps, moi j’en retire le sentiment que vous en rencontrez beaucoup. Est-ce que vous pouvez être un peu plus précise en terme de chiffres en terme de statistiques parce que, alors je retire peut-être à tort ce sentiment mais, est ce que dans votre clientèle quasiment vous ne voyez que ça ou est-ce qu’il y a bien d’autres choses, enfin je sais pas, j’ai cette interprétation qui est peut-être fausse, je l’espère d’ailleurs, mais bon, je me permets de vous poser cette question. La deuxième chose qui est très précise, est-ce que vous avez, compte tenu de votre expérience, que vous avez appelé autrement tout à l’heure, mais en tout cas que je considère comme une expérience importante, est-ce que vous avez des échanges, des dialogues avec d’autres collègues qui sont capables avec vous de confronter leurs expériences, leur vécu sur ces questions là, hein, je parle des dérives sectaires à l’encontre des mineurs et est-ce que à un moment donné, nos travaux pourraient en bénéficier d’une façon ou d’une autre, ou par écrit ou par un témoignage et est-ce que donc vous avez cette capacité à échanger avec d’autres de vos collègues sur cette question là ?
Jougla:
J’ai pas beaucoup de collègues qui fassent ça. La réponse, elle est un petit peu rapide. Nous sommes très peu en France, à l’extérieur j’en sais rien à l’étranger, nous sommes très peu en France à travailler sur l’emprise.
J’en sais rien mais très peu, quand il faut que j’envoie quelqu’un chez quelqu’un d’autre, j'ai toujours énormément de mal, alors il y a les gens que nous avons formés hein, déjà, c’est déjà des gens qui fonctionnent et puis, il y a certaines personnes, le problème aussi c’est que les personnes avec qui on travaillait, moi j’ai 61 ans hein, et donc les personnes avec qui on travaillait depuis 30 ans qu’on travaille, ces personnes là arrivent elles aussi à un âge où elles commencent à prendre leur retraite où elles commencent à partir, y’a pas de relève, c’est dramatique.
Mais nous allons changer ça, parce que si les sectes entendent ça, elles vont se dire youpi, on va y aller, on a de beaux jours devant nous et pas du tout, parce qu’on va quand même se dépêcher pour en former des gens. Deuxième chose, alors mon pourcentage, mon pourcentage y’en a deux, le 1er c’est, je suis psychologue clinicienne, c’est donc un diplôme, hein, et qui est, je reçois des gens du tout venant, c’est à dire des gens absolument normaux, avec ce qu’on trouve dans tous les cabinets de psy et parmi ces gens là, j’ai quelques personnes qui me sont envoyées spécifiquement parce que je m’occupe de victimes de sectes.
J’ai à peu près on va dire, 10% de personnes qui viennent, sur ma clientèle, qui viennent uniquement pour des histoires de sectes, 10%, des familles ou des adeptes parce qu’en général dans les associations, on ne voit que les familles. Moi je vois beaucoup d’adeptes.
Mais ce que j’ai de particulier aussi dans ma clientèle, - pardon? - d’anciens adeptes évidemment, certainement pas des adeptes …. j’ai eu trois gourous en 30 ans quand même, 3 gourous, ils ne sont pas venus longtemps mais j’ai eu quand même 3 gourous, c’est assez drôle hein, ils m’ont dit que ça les dérangeait tellement que il fallait pas qu’ils continuent à venir parce que ça les faisait trop prendre conscience des choses et donc qu’il fallait bien qu’ils choisissent une voie, ce qui était tout à fait normal.
Par contre dans ma clientèle de tout venant, c’est à dire les autres, les autres personnes, les 80% de personnes autres, les 90% de personnes autres, je n’ai pas fait de statistiques, mais je me rends compte, je suis certaine que si j’en faisais, j’aurais à peu près 45% de ma clientèle, donc de gens qui n’ont rien à voir avec les sectes, 45% de ma clientèle qui a subi des conséquences par rapport aux sectes ou parce qu’ils y sont eux-mêmes allés quand ils étaient enfants ou parce qu’ils ont un conjoint dans une secte ou parce qu’ils ont un enfant dans une secte, 45% je me demande même si je ne suis pas un petit peu en dessous de la vérité.
Je sais pas si vous vous rendez compte, c’est à dire c’est une population normale, je suis une psy normale qui est en province normalement, j’ai bien 45% de ma clientèle qui touche, qui subi les conséquences d’une secte.
Ca fait beaucoup quand même et là si vous demandez à mes collègues psy qui ne sont pas attentifs au problème de l’emprise sectaire et qui ne le connaissent pas, ils ont évidemment pas le même pourcentage.
Il est bien évident que moi je les repère et que quand quelqu’un me raconte quelque chose, en travaillant avec eux un petit peu plus, ils me disent …. oui j’ai été dans un groupe quand j’avais, euh, de 5 ans à dix ans, j’ai été dans un groupe, j’ai vécu ça, mais les symptômes, moi je les ai encore, je vous dis, 10, 20, 30 ans après.
 
Martine David:
La formation universitaire dont vous parler elle dure combien de temps?
Jougla:
Alors ça durait, elle n’y est plus, ça durait 1 an.
Martine David: ha elle n’y est plus? Elle était où, sur quelle université?
Jougla: Lyon 2, en médecine légale, chez Mme Daligan, hein, qui était quelque chose qui avait très très bien marché. Voilà, et donc c’était sur un an, sur un an avec on avait, je sais plus heu...140 heures de...heu...voilà avec des auditions de victimes, des victimes qui acceptaient de venir ou des gens qui était filmés et avec des professionnels de tous horizons, c’est à dire des psys, des avocats, des enseignants, des enfants qui venaient parler aussi, des enfants grands évidemment, c’était des gens qu’on connaissait et on allait pas faire venir n’importe qui hein, voilà, mais c’était quelque chose de très costaud, qui a très bien marché mais qui est forcément dérangeant pour un grand nombre de personnes.
Martine David: et ça n’existe plus alors?
Jougla:
Parce que nous avons voulu le mettre sur Paris pour que ce soit plus simple pour tout le monde.
Martine David: donc aujourd’hui y’a plus rien alors.
Jougla: y’aura, y’aura, y’aura
Martine David: ben j’espère bien
Jougla: mais en tout cas, aujourd’hui, à l’heure actuelle, ça devait commencer le mois prochain par exemple, ça a été coupé par des gens de sectes. Mais y’a des gens beaucoup de Belgique qui veulent venir faire cette formation, nous avions plein d’étudiants qui devaient venir là, et la formation qui commence au mois de novembre heu voilà, he bien elle commençait au mois de novembre et elle ne commencera pas au mois de novembre
Vuilque:
Nous arrivons au terme de votre très intéressante audition Madame, je vous en remercie au nom de tous mes collègues, nous allons faire une petite pause de 5mn avant d’entendre l’intervenant suivant.
Merci Madame et puis nous sommes intéressés par les documents que vous pourriez nous faire parvenir, merci encore.
Jougla: merci
 
CAPLC - CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction