Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience
Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version
CAP LC 2006
www.coordiap.com
 
 
 
 
shim  
 
Commission d'enquête relative à l'influence des mouvements à caractère sectaire et aux conséquences de leurs pratiques sur la santé physique et morale des mineurs
 


Sommaire des actualités

Retour aux auditions

Mardi 16 septembre 2006 à 16 h 30

Audition de : Jean-Philippe Parquet, addictologue et spécialiste de  l’enfance

Extraits

Intervention compléte

Extraits essentiels

 

Vuilque

…. tant dans la presse que précédemment. Monsieur, vous avez la parole pour un quart d’heure, 20 minutes et ensuite nous vous poserons un certain nombre de questions. Merci

 

Parquet

Monsieur le Président, Madame, Messieurs les députés, je vais d’abord essayer d’expliquer à partir de quelles connaissances des phénomènes de dommages infligés aux enfants par les mouvements à caractère sectaire ou des personnes ayant une activité qui s’assimile aux activités de ces structures, je vais donner à partir de quels témoignages, comment je peux poser ces témoignages là.

 

Je suis professeur de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent et il m’a été donné dans ma pratique de voir un certain nombre d’enfants qui présentaient des troubles et dont je n’arrivais pas à les identifier comme faisant partie des critères, des pathologies mentales, des pathologies affectives, qui sont communément admises par la communauté scientifique de psychiatrie.

 

Deuxième point c’est que j’ai été amené à voir très souvent un certain nombre d’enfants ayant des carences éducatives importantes et des enfants qui présentaient des troubles psychologiques majeurs qui étaient traités de manière tout à fait aberrante, en dehors de tous les critères des soins que nous apportons habituellement aux enfants et qui sont actuellement validés en psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent par la communauté internationale avec une grande uniformité.

 

Et puis j’ai la particularité de pouvoir voir un certain nombre de parents qui venaient me voir pour des troubles de leurs enfants et je repérais chez les parents un certain nombre de conduites, de comportements, d’idées qui m’avaient fait penser à cette manière de voir que les grandes organisations sectaires avaient l’habitude de diffuser dans le grand public.

 

J’étais donc dans une certaine singularité par rapport à la profession et une méconnaissance par rapport à ce qu’il en était des grandes organisations et des modalités des structures à caractère sectaire.

 

[…]

 

Les adolescents, adolescentes sont très sensibles à ce qui leur est proposé de l’extérieur. Ils sont très voraces de ce qui est proposé, ils sont très voraces des images emblématiques adultes et ceci passe tout à fait dans la culture.

 

Si l’on regarde un certain nombre de spots télévisés et en particulier sur des chanteurs, on s’aperçoit que la mise en scène est tout à fait classique et avec quelqu’un qui s’apparente à un gourou classique on pourrait dire un gourou de caricature avec toute une série d’âmes qui sont autour plus un certain nombre de décors et là on se trouve dans une atmosphère de propositions qui face aux adolescents, adolescentes est susceptible de leur montrer un monde qui peut poser problème.

 

 

[…]

 

Parquet

Effectivement Monsieur le député, il y a un bricolage des croyances et ce bricolage des croyances est quelque chose qui va être proposé à notre société et qui va être proposé aux adolescents et aux enfants.

 

Et ce bricolage des croyances, il va répondre à une aspiration très forte et spécialement des adolescents, adolescentes à comprendre, donner du sens, organiser leur présence au monde etc., etc. Et donc, la proposition que font ceux qui bricolent des croyances va répondre à un besoin considérable des adolescents, adolescentes.

 

Et si un certain nombre d’autres adultes, un certain nombre d’autres organisations, si la République est muette, si nous sommes tous muets et bien il n’y a plus qu’à aller s’approvisionner pour ses croyances que dans ce fond de commerce-là, dans un bricolage.

 

Et au moment où vous cherchez à donner du sens à votre vie, ce qui est la caractéristique de l’adolescence et d’un grand nombre d’entre nous, vous allez avoir là, on pourrait dire disponible comme dans le supermarché, sur le haut de la gondole, et vous allez prendre cela. Et ceci va imprégner… et vous n’allez pas prendre dans les croyances qui vous sont proposées, on pourrait dire, le kit tout fait, vous n’allez pas devenir adepte de telle ou telle organisation.

 

Vous allez picorer une des croyances et vous allez mettre ça à votre sauce et on va voir se construire des personnalités avec des systèmes de pensée, avec des systèmes de valeur extraordinairement hétérogènes qu’on attribuera pas à ce qu’est l’action des organisations à caractère sectaire et qui vont faire que l’on va avoir une culture qui est une culture largement imprégnée par ce bricolage des croyances.

 

Et ceci me semble tout à fait important, on le voit bien dans les costumes des adolescents, on le voit bien dans leurs références musicales, on le voit bien dans une référence comportemental, dans la nature des jeux vidéo qu’ils choisissent, on se trouve là devant quelque chose qui est une imprégnation avec in fine quelque chose qui ne va plus nous permettre d’identifier les choses comme appartenant aux organisations à dérive sectaire parce qu’on ne va pas avoir le corpus théorique complet qu’on s’attendait à trouver chez un adepte ou une adepte et c’est cela… cette culture-là est importante. Je pense que nous le sentons parfaitement bien dans notre pays.

 

[…]

 

Christian Vanneste

Et je retenais la formation des maîtres, la formation du jugement car dans ce monde-là, le seul moment où finalement on peut interpeller de façon mécanique et obligatoire, c’est au moment de la scolarité.

 

Et la formation des formateurs sur l’emprise mentale, j’écoutais avec intérêt bien sûr au niveau des thérapeutes, mais est-ce que le rôle de la commission ne serait pas d’autoriser des choses, d’aller plus loin, de recommander d’aller plus loin par exemple dans la formation et la sensibilisation des maîtres des enfants du Primaire.

 
CAPLC - CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction