Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
ONG avec statut consultatif spécial auprès de l'ONU
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version

Ecrivez-nous : 117, rue de Charenton, 75012 Paris

contact@coordiap.com
 
 

Pas de sépulture pour les hérétiques :

Le magazine Réforme révèle que, à la mort de Gilbert Bourdin, fondateur de la communauté spirituelle du Mandarom, toutes les communes avoisinantes refusèrent que sa dépouille mortelle soit enterrée sur leur sol. Les fidèles obtinrent après tractations que le corps puisse être temporairement transporté jusqu'à leur monastère. Ils furent abasourdis quand 70 gardes mobiles interceptèrent et détournèrent le convoi, pour que le corps soit finalement enterré de force dans le " cimetière de Castillon ", un lieu où furent inhumés les restes du cimetière du village avant que celui-ci ne soit englouti sous les eaux d'un barrage EDF - et où tout autre enterrement est interdit. Quasiment la fosse commune ! Il y a là un agissement discriminatoire caractérisé de la part d'élus et des plus inhumains.

----------------------

La vérité sort enfin de la bouche...de la MILS :

Le Tribunal Administratif de Rennes, le 21 février 2002, a rendu une décision selon laquelle la ville de Lorient ne pouvait pas refuser la location d'une salle aux Témoins de Jéhovah, précisant que le fait de s'appuyer sur " un rapport parlementaire dépourvu de valeur normative, est manifestement illégal ". Commentant cette décision, Alain Osmont, délégué général de la MILS déclare que cette décision ne le choque pas, car " en droit français, le mot secte n'existe pas. Par conséquent, on ne peut pas condamner une association qualifiée de " mouvement à dérive sectaire " par le rapport parlementaire de 1995. On ne peut juger des associations qu'en fonction d'actes qui seraient susceptibles de nuire à l'ordre public, par exemple. "
La Gazette des communes, 4 mars 2002.

----------------------

Le théâtre au service de la discrimination d'État :

La fameuse " laïcité ", dont se gargarisent certains, a bien vécu en France. En effet, c'est à une véritable propagande anti-religieuse que se livre maintenant l'Éducation Nationale au sein des établissements scolaires. Le but du spectacle proposé aux élèves depuis mars dernier par une petite troupe " d'État " est de déconsidérer tout groupe qui proposerait une voie de recherche sur le bonheur, la spiritualité, etc. toutes choses qui sont " comme chacun sait " inatteignables et donc parfaitement illusoires. Ce faisant, la troupe fait implicitement allusion aux nouvelles religions, dissuadant à l'avance les lycéens de s'intéresser à de telles activités. Ceci ne regarde que leur conscience et est une intrusion idéologique, qui viole le devoir de neutralité religieuse de l'État.

----------------------

Demande d'abrogation du décret créateur de la MILS :

Une demande d'abrogation du décret créateur de la MILS a été déposée par L'Église de Scientologie. Celle-ci invoque l'illégalité de cette Mission qui combat les " sectes " alors que le droit français n'en donne aucune définition !!!
En clair, le décret ne définit pas le propre objet de la MILS. Cette institution combattrait donc un fantôme juridique.
Depuis sa création, de nombreux observateurs ont mis en évidence que l'existence de la MILS contrarie en effet un certain nombre de normes fondamentales : la Constitution de la République Française qui est laïque et " respecte toutes les croyances ", la loi de séparation de l'Église et de l'État qui oblige ce dernier à une attitude neutre envers la religion, la Convention européenne des droits de l'homme qui protège la liberté de manifestation de la religion par les rites, enseignements et pratiques. Le Conseil d'État devrait donc se prononcer sur cette affaire.

----------------------

Une bonne nouvelle :

Signalons cette initiative du Ministre de l'Education J. Lang qui a entériné les recommandations du rapport de Régis Debray concernant la réintroduction de l'étude du fait religieux à l'école. L'Ecole pratique des Hautes études devrait fournir les compétences pour former les professeurs. Il y a là une chance historique pour faire reculer l'ignorance et les clichés sur le sujet en France.

----------------------

Témoignez !

Vous pratiquez un mode de médecine alternative et on vous accuse de faire partie d'une " secte " ?
Vous refusez la prise d'un vaccin et on vous accuse de faire partie d'une " secte " ?
Vous prônez un nouveau régime alimentaire et on vous accuse de faire partie d'une " secte " ?
Vous souhaitez développer votre spiritualité au sein d'un groupe et on vous accuse de faire partie d'une " secte " ?
La Coordination des Associations et Particuliers pour la liberté de conscience (CAP) est intéressée par votre témoignage.
ÉCRIVEZ-NOUS

----------------------

Haut de page