Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience
Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version
CAP LC 2012
www.coordiap.com

Ecrivez-nous : 37, rue St Léonard 44000 Nantes

contact@coordiap.com
 
 
shim  
 
ACTUALITÉS - NOVEMBRE 2002
 

 

CREATION DE LA MIVILUDES

A l'heure où nous mettions sous presse nous parvenaient le premiers éléments d'information sur la création de la MIVILUDES (Mission Interministérielle de Vigilance et de Lutte contre les Dérives Sectaires), qui prend donc la suite de la MILS restée sans tête depuis le départ d'Alain Vivien en Juin dernier.
Son nouveau directeur, Jean-Louis Langlois, inspecteur général de l'administration au Ministère de l'Intérieur, aurait été choisi volontairement hors des groupes anti-religieux, pour refléter une volonté du nouveau gouvernement de rompre avec les pratiques militantes de la MILS qui s'en prenaient à l'existence même des groupes spirituels et philosophiques minoritaires, sous les prétextes les plus détournés.
L'accent serait mis désormais sur les comportements plus que sur les groupes eux-mêmes, plaçant cette action " dans le champ des libertés publiques, et non plus dans celui d'un combat militant ".
Le nom même de l'organisme traduit ce changement. Lors d'une consultation récente, les ministères avaient en effet dénoncé le fonctionnement du " noyau dur " de la MILS autour de son président.
Outre une structure permanente composée d'un secrétaire général et de dix fonctionnaires, le dispositif comprendrait un comité opérationnel formé de représentants des ministères concernés, et un conseil d'orientation, constitué d'une vingtaine de personnalités qui auront pour tâche de nourrir la réflexion, en consultant entre autres les représentants des grandes religions, selon le souhait de Matignon.

Il est trop tôt pour réellement appréhender toutes les conséquences de ce changement, mais nous suivrons avec attention les premières manifestations de ce nouvel organisme, sachant que CAP continuera son combat jusqu'à la réalisation de ses objectifs majeurs.


Un nouveau livre de Bernard Lempert révèle les dessous du complot

"Ils sont une petite poignée, quelques parents soupçonnés de maltraitance, regroupés autour d'un vieux routier de l'extrême droite bretonne. Ils ont déclaré la guerre à une juge de Quimper, au service d'aide local à l'enfance, et à Bernard Lempert, psychothérapeute qui travaillait avec eux. Leur manoeuvre a presque réussi."
Ainsi débutait une chronique de Libération en 1998, autour de " l'affaire " dans laquelle l'ADFI et la commission parlementaire sur les 'sectes' avaient jeté le discrédit sur un thérapeute travaillant avec des enfants maltraités.
Aujourd'hui, Bernard Lempert nous révèle les dessous de cette affaire dans son livre
" Le retour de l'intolérance "
et dénonce les dangers que fait courir cette juridiction d'exception pour la vie démocratique française, faisant référence à différents précédents historiques.
Il montre également comment cette chasse aux sorcières a aveuglé les pouvoirs publics en les détournant des vrais problèmes.
Pour en finir avec l'irrationnel des campagnes de rumeurs.
Editions Bayard. Le retour de l'intolérance.

 


Le Conseil de l'Europe épingle la loi About-Picard

Le Conseil de l'Europe, créé en 1949, regroupe 40 pays Européens dans un but de surveiller et d'améliorer le fonctionnement démocratique des pays européens.
Lundi 18 Novembre 2002, son comité permanent se réunissait à Malte pour examiner, entre autres, un rapport sur " la liberté de religion et la situation des minorités religieuses en France ".
Après examen, la loi française promulguée en Juin 2001, dite " loi about-Picard ", a été épinglée dans une résolution adoptée à la majorité.
Ses conclusions sont les suivantes:
- Ce ne sont pas les "sectes" mais "les activités illégales des sectes" qui doivent être condamnées. - La législation actuelle est suffisante pour sanctionner ce type d'activités.
- L'existence de quelques mouvements dangereux ne suffit pas pour condamner l'ensemble d'un phénomène.
- Les termes "secte, dirigeant de fait, sujétion psychologique ou physique" ne sont pas définis par la loi.
- La dissolution d'une association pour un délit commis par le dirigeant de droit ou de fait de la secte s'oppose au caractère individuel des délits et est une sanction individuelle comme l'exil ou le bannissement.
Dans sa résolution, la Commission a invité le gouvernement français à "réexaminer" cette loi et à "clarifier" la définition des termes "infraction" et "auteur de l'infraction".
Cette loi avait été vivement critiquée pour son flou qui laissait place à un arbitraire de circonstance, à peine dissimulé dans les discours des auteurs de la loi.

Merci à tous ceux qui ont écrit au rapporteur de la commission, Cevdet Akçali (groupe des démocrates européens).


Pas de droits de l'homme sans liberté religieuse

Le 11 Novembre, le représentant du Pape aux Nations-Unies a prononcé un discours dans lequel il s'est dit particulièrement préoccupé par les lois intolérantes et discriminatoires contre les minorités religieuses.
Il a ajouté que " la pratique de toute foi est indissociable du respect d'autres pratiques religieuses. La liberté religieuse doit être fondée sur la conviction que Dieu souhaite être adoré par des êtres libres . . . Le droit à la liberté de religion est si étroitement lié aux autres droits fondamentaux que l'on peut affirmer que le respect des religions constitue, en quelque sorte, une mesure du respect des autres droits fondamentaux. "
L'Eglise Catholique, qui exerce un poids moral certain, prend donc fait et cause pour le pluralisme spirituel sans restrictions et en fait un baromètre des droits de l'homme dans un pays donné.

Vers un organisme de contrôle des psychologues

Une commission chargée de l'élaboration d'une fédération regroupant toutes les associations de psychologues et psychothérapeutes se réunira le 23 Novembre.
Or, de plus en plus de psychothérapeutes se font l'écho de pressions ou de campagnes, relayées par les patients ou des organismes, pour contrôler l'orthodoxie de leur pratique.

Le malheur est qu'on dénombre aujourd'hui près de 200 branches dérivées dans les différentes voies pratiques de la psychologie, et il est à craindre que, comme pour la médecine, un petit groupe d'experts auto-proclamés n'éliminent les trois quarts de ces spécialités, sur des critères tenant plus de l'idéologie que de l'efficacité et du bien-être qu'elles procurent aux usagers.


Réhabilitation du Pr Beljanski au Tribunal de Paris.

Les Editions TREDANIEL viennent d’inaugurer une nouvelle collection, " Guérisons illégales et survies interdites au pays des droits de l’homme ", avec " Enquête sur un survivant illégal " écrit par la journaliste Sophie CHERVET, qui raconte les attaques officielles contre le spécialiste anti-cancer Mirko Beljanski, et sa récente réhabilitation par la justice, grâce à l’appui de l’association CIRIS et à l’un de ses malades guéri du SIDA, Gérard WEIDLICH.
Après de nombreuses tracasseries, la mobilisation de centaines de gendarmes et l’opposition active de deux ministres de la santé, les découvertes et remèdes du ‘chercheur trouveur’ ont été reconnues efficaces par le Tribunal de Grande instance de Paris, annulant le précédent jugement de Créteil.
Cette réhabilitation est malheureusement posthume, le Pr Beljanski ayant contracté une leucémie peu après que son laboratoire ait été mis à sac par un commando du GIGN.


Ne pas tolérer l’intolérable

Une plainte a été déposée le 18 Octobre dernier au tribunal de Chicago (Illinois) contre Jiang Zemin, Secrétaire Général du Parti Communiste Chinois pour torture et génocide contre les membres du Falun Gong, et pour violation de la liberté de conscience et de religion.
A ce jour, après 3 ans de répression brutale, 100 000 pratiquants ont été envoyés dans des camps de travail sans aucun procès. Près d’un millier seraient morts sous la torture, le plus souvent dans des hôpitaux psychiatriques.


Dérapage à l’université de Lyon

L’ université Claude Bernard de Lyon I a créé cette année un cycle universitaire sur " la victimologie liée aux nuisances sectaires ".
Derrière ce joli nom se cache une série de cours dispensés par des militants " anti-cultistes ", n’ayant aucune caution de déontologie scientifique, répétant les thèses hautement diffamatoires des officines que nous connaissons. En particulier, un ‘spécialiste‘ chinois fera le voyage depuis Pékin pour apporter ses lumières sur " le totalitarisme sectaire " et " le négationnisme sectaire ".
On apprend également entre autres comment " repérer " et " signaler " les traits de non-conformismes, version noble de ce qui ressemble à s’y méprendre à de la délation.

Encore un dérapage qui va ternir la réputation, s’il était possible, de cette université déjà très controversée. Une protestation vigoureuse s’impose !


S’unir pour la liberté thérapeutique

L’UNACS (Union Nationale des Associations Citoyennes de Santé) vient de se créer pour regrouper toutes les associations de santé en France qui se battent pour promouvoir une véritable liberté et pluralité thérapeutique, hors des normes souvent dictées par les intérêts financiers.
Sa présidente, Sylvie Simon, a notamment publié cette année chez Marco Pietteur " Exercice illégal de la guérison ".


Des subventions multipliées par six pour le CCMM !

Tout un chacun peut demander l’accès aux montants des subventions reçues par tel ou tel organisme, ainsi qu’à l’utilisation de ces fonds.
L’examen des comptes du CCMM révèle qu’entre 1995 et 2000, les subventions ont été multipliées par six, en provenance de cinq ministères plus l’Assemblée nationale (!). Les dépenses dans le même temps ont littéralement explosé, avec une multiplication par dix du poste " déplacements-mission-réceptions ". Décidément, nos " anti-cultistes " français sont de grands voyageurs !



Vers un nouvel ordre mondial de la santé ?

De plus en plus d'études scientifiques (notamment celles du Dr Rath) ont prouvé qu'une alimentation saine et l'utilisation de divers remèdes naturels dont les vitamines pouvaient fortement éviter de nombreuses maladies dont le cancer et les maladies cardio-vasculaires.
Cela n'empêche pas la Commission Européenne de poursuivre sa campagne législative qui vise à interdire tout accès libre aux traitements naturels, et à réduire les doses des nutriments complémentaires à des doses totalement inefficaces. Le " Codex alimentarius ", organisation de régulation mondiale dépendant de l'OMS, se réunissait annuellement à Berlin du 4 au 9 Novembre.
Une forte mobilisation a eu lieu pour empêcher que ne soit d'adoptée une législation mondiale qui viserait à rayer progressivement tout traitement naturel de la surface de la planète.
Pour en savoir plus sur ce combat vital :
vita-news@free-access-to-vitamins.net et www.dr-rath-foundation.org

 

Le gouvernement allemand a joué aux apprentis sorciers

En 1998, 14% des allemands de l'Ouest estimaient que " l'influence des juifs est trop grande ", et 8% jugeaient que " les juifs ont davantage recours à des astuces douteuses pour parvenir à leurs fins. "
En 2002, ils sont respectivement 31% et 22% (Actualité des religions - Nov 2002).
Cette forte augmentation fait suite à cinq années de campagnes gouvernementales de discrimination des minorités religieuses et ethniques qui ont confiné parfois à l'hystérie.

Ceci devrait inciter le gouvernement français à mesurer les conséquences probables de son soutien envers des groupes appelant ouvertement à la discrimination en France.

Haut de page