Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
ONG avec statut consultatif spécial auprès de l'ONU
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version

Ecrivez-nous : 117, rue de Charenton, 75012 Paris

contact@coordiap.com
 
 
shim  
 
ACTUALITÉS - JUIN 2004
 

Éditorial juin 2004
Pétition à M. Le Premier Ministre fr gb

---------------------------------------------------------------------------

Report du procès de l'OTS à 2005

La cour d'appel de Grenoble a renvoyé lundi au 13 juin 2005 le procès en appel de Michel Tabachnik, 60 ans, poursuivi pour "association de malfaiteurs" dans le cadre de l'enquête sur la mort de 13 adeptes de l'Ordre du Temple solaire (OTS) et trois enfants en décembre 1995 dans le massif du Vercors (Isère).

Le président de la cour Jacques Buisson, qui avait initialement fixé ce renvoi à mars prochain, a précisé qu'il s'agissait d'un "ultime renvoi" parce que le prévenu "a le droit d'être jugé dans une ambiance sereine et dans un délai le plus rapide possible". Ceci faisait référence à une mise en examen de l'expert JM Abgrall pour violation du secret de l'instruction.

Me Francis Szpiner, l'avocat du chef d'orchestre franco-suisse qui s'est opposé, cette fois, à ce nouveau renvoi du dossier, s'est attaché à démontrer que les poursuites engagées à Paris ne remettaient pas en cause les résultats de l'expertise à charge pour Michel Tabachnik. "M. Abgrall n'a pas encore été jugé dans ce dossier et il y a toujours des possibilités de recours", a-t-il dit avant d'estimer "qu'au mieux, l'affaire (Abgrall) sera examinée dans deux ou trois ans".
(AFP 14/06/04)

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Repentance pour l'inquisition... 700 ans après

Le mardi 15 juin 2004, une lettre du pape a été lue lors d'une conférence de presse dans laquelle il demandait le pardon de l'humanité pour les crimes commis du temps de l'Inquisition. Furent notamment évoqués les procès en sorcellerie, les hérésies et les bûchers ..

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Pogroms médiatiques à l'appel d'élus parisiens

Au cours de la semaine électorale des européennes, une trentaine de personnes se sont rassemblées à Paris à l'appel d'une étrange association parisienne, " Attention enfants ", devant le siège de l'association La Nouvelle Acropole, sous le prétexte saugrenu de " protéger les enfants des sectes ".

La Nouvelle Acropole dispense des cours et séminaires philosophiques de haut niveau sur les traditions culturelles et spirituelles, peu susceptibles d'attirer les bambins des écoles.

Qu'à cela ne tienne, à la recherche probable de quelques dizaines de voix de plus, rien moins que trois élus parisiens, dont l'adjointe au maire de Paris Mme Hidalgo, Mme Rose, deux personnes portant ostensiblement des T-shirts de la Ligue Communiste Révolutionnaire (trotskyste), une personne arborant un autocollant pour une candidate politique, avaient fait le déplacement avec vingt cinq autres personnes, manifestement peu au courant de l'identité du groupe qu'ils venaient conspuer.

Ce n'est pas la première fois que cette association parisienne, à l'appel d'élus, cherche à ratisser des voix en tentant d'agiter des épouvantails, au milieu de l'indifférence de la population. Nous nous rangeons aux conclusions d'une commission parlementaire Européenne qui concluait que " Les partis politiques devraient s'interdire de chercher un avantage politique en se servant de la question des sectes ".

Il n'est en effet pas très responsable pour des partis prétendant accéder à des fonctions démocratiques de chercher à jeter le discrédit sur des groupes de citoyens au moyen de " pogroms médiatiques ", contredisant ainsi toutes les directives européennes visant à protéger les minorités de pensée.

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Contretemps pour la Fecris

La Fecris fut créée à Paris par l'UNADFI pour regrouper des associations similaires au niveau européen. Sa stratégie consiste entre autres à obtenir le statut d'organisation consultative au Conseil de l'Europe, d'où elle pourrait alors influer sur les lois et conventions européennes, qui lui sont peu favorables actuellement.
Le secrétaire général du Conseil de l'Europe a fini par approuver ce statut récemment. Mais, grâce à une contestation par certains membres du parlement européen, une commission a été nommée, qui a décidé à nouveau le 17 mai 2004 que la Fecris pouvait obtenir ce statut.

Le Bureau de l'Assemblée Parlementaire charger d’entériner la décision s'aperçut cependant que le rapporteur de la commission avait écarté volontairement un grand nombre de faits et documents, et envoya l'affaire devant le Comité des règles et procédures, pour examiner si la commission n'a pas violé les règles, d’où un nouvel ajournement et une annulation potentielle de cette décision.

En effet, en écartant arbitrairement une grande partie du dossier et des pièces à conviction, le rapport de la commission niait explicitement un certain nombre de faits, parmi lesquels :
- Les nombreuses condamnations de membres de la Fecris pour des actes illégaux.
- L'exposé par la Fecris de ses intentions, sur son site Web, qui violent l'article 1 de la constitution du Conseil de l'Europe.
- Le soutien du CCMM, membre de la Fecris à la politique de répression du Falun Gong en Chine.

Affaire à suivre de près.

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

L'étau se resserre sur Jean-Marie Abgrall

Jean-Marie Abgrall n'avait pas réalisé où il mettait les pieds lorsqu'il y a une dizaine d'années, il décidait de lier son sort à un petit groupe qui allait instiguer une chasse aux sorcières en France. Projeté en tant qu'expert officiel le lendemain (le jour même ?) de la découverte des 16 corps dans le drame de l'OTS du Vercors, il jouait tout d'abord le jeu en concluant très vite et très médiatiquement au suicide collectif.

Cependant, sentant qu'il risquait de devenir un fusible commode dans une affaire qui sentait de plus en plus le souffre, il se rétractait ensuite, confiant notamment le 15 février dernier à Nice matin : " C'est une vérité qui nous dépasse, qui va jusqu'au secret d'État. Je m'exprimerai un jour. Comme le juge, on a tous des versions officielles. Il y a eu une chape de plomb. Il y a trop d'enjeux, d'intérêts en jeu ".

C'était peut-être déjà trop tard. Selon une tactique désormais connue, une affaire sort tout juste dans la presse (28 mai, Le Parisien) pour tenter de le discréditer et le dissuader de faire des révélations lors de la réouverture du procès de l'OTS, le 16 juin prochain. Il aurait en effet effectué une prestation payante pour un mouvement listé dans le rapport parlementaire - ce qui n'est pas un délit - et ceux qui ne tiennent pas à ce que la vérité éclate montent cette affaire en épingle, à 15 jours du procès de l'OTS.

Pour la véritable genèse de la Liste noire www.coordiap.com/enq21.htm

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Offre 220 000 dollars à tout médecin diplômé qui boira cette fiole

Ce défi, qui précise " ou par un représentant d'une firme pharmaceutique " et dont la récompense est passée de 20 000 dollars à 220 000 dollars le 17 février 2001, n'a toujours pas été relevé. Au menu, le contenu habituel des vaccins administrés aux enfants, ramené au poids d'un adulte, à savoir du Thimerosal, de l'éthylène glycol, du phénol, du benzothénium chloride, du formaldéhyde et de l'hydroxyde d'aluminium. Aucun postulant ne s'est présenté.

La revue Morpheus de mai 2004, qui publie cette information, rappelle que plus de 2000 enfants entre 0 et 6 ans sont morts officiellement en 3 ans aux Etats unis des suites de vaccins, selon la très officielles Food and Drug Administration.

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Amnesty International publie un rapport sur la France

Dans un rapport de 150 pages publié le 26 mai, Amnesty international s'interroge sur le titre galvaudé de " Patrie des droits humains " que s'arroge volontiers la France. Entre autres, ce rapport pointe du doigt l'absence de contrôle parlementaire sur les ventes d'armes, et souligne " le manque d'intérêt du pouvoir législatif pour les droits humains, lorsqu'il s'agit de politique extérieure... Notre organisation est particulièrement déçue de l'attitude frileuse de la France devant les nombreuses violations des libertés fondamentales en Chine. " La Patrie des Droits humains est même plutôt chaleureuse envers le représentant de la Chine et les quelques marchés obtenus en échange.

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Les Renseignements Généraux seront plus rigoureux

Un peu de recentrage dans les us et coutumes des Renseignements Généraux, fleuron de la Patrie des Droits humains : leur nouveau Ministre de tutelle, D. de Villepin, vient de créer entre autres le 24 mai 2004 un nouvel " outil de synthèse et de gestion des crises", destiné à évaluer les nouvelles formes de contestation émergentes, parmi lesquelles les mouvements alter mondialistes.

Quant aux " notes blanches ", supprimées sous Nicolas Sarkozy, elles le restent, il n'y aura donc que des notes signées, qui devront être plus claires, sans propos allusifs, en séparant clairement les faits et les commentaires. Tout ceci doit renforcer " la crédibilité de leur travail ".

---------------------------------------------------------------------

Haut de page
Sommaire des actualités

CAPLC - CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction