Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
ONG avec statut consultatif spécial auprès de l'ONU
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version

Ecrivez-nous : 117, rue de Charenton, 75012 Paris

contact@coordiap.com
 
 
shim  
 
ACTUALITÉS - JUILLET 2004
 

 

Solidarité et bienfaisance interdites

Un des combats de l'ADFI, dûment relayé par certains ministères et la MIVILUDES, est de faire courir des rumeurs et de ternir la réputation d'associations d'entraide. Ainsi, l'association Kerjane, un groupe d'amis musiciens, donnait des concerts bénévoles dans les hôpitaux et établissements pour personne âgées.

L'ADFI de Rennes a bloqué tout le travail de l'association et lui a fait perdre ses subventions en prétextant des liens entre le mouvement IVI (ce qui n'est pas un délit) et l'une des membres du groupe - un lien qui appartient au passé, et qui de toutes façons ne remet pas en cause les lois sur la discrimination. (Rappelons que l'ADFI, elle, est largement subventionnée pour ce genre d'agissements). Un procès est en cours sur Rennes. (Source : Omnium des Libertés)

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Deux chefs d'entreprise assignent l'UNADFI devant le TGI de Paris

Le 9 juillet 2004, deux anciens chefs d'entreprise ont porté plainte contre l'UNADFI, au motif que des rumeurs propagées par cette association aurait conduit leur entreprise à la faillite. Ces entreprises étaient spécialisées dans l'organisation de stages de Yoga et dans des activités d'édition ou de ventes de produits liées à la santé naturelle.
La publication d'un article " Secte de la Mort, la filière bretonne " par Paris-Match, affirmant qu'il y avait un lien avec l'Ordre du Temple Solaire allait aboutir à la cessation d'activité des deux sociétés.

Alors que Paris-Match se dirigeait vers une condamnation certaine dans cette affaire de diffamation, son avocat a fait appel aux fichiers de l'UNADFI pour tenter d'étayer les rumeurs propagée dans cet article.
Pour les dommages subis dans cette affaire, M. Delli-Zotti et Latour récoltent 150 000 euros de dommages à l'UNADFI.
Ces deux plaintes contre l'UNADFI se joignent à 3 plaintes précédemment déposées en 2003 pour demander la dissolution de l'Association.

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Le métier de TF1 "c'est d'aider Coca-Cola à vendre son produit"
(...il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible...)

PARIS (AFP) - Patrick Le Lay, PDG de TF1, interrogé parmi d'autres patrons dans un ouvrage intitulé "Les dirigeants face au changement" (Editions du Huitième jour), livre sa conception de la télévision et estime que le métier de TF1 est d'"aider Coca Cola à vendre son produit".

Il y a beaucoup de façons de parler de la télévision. Mais dans une perspective " business ", soyons réaliste: à la base, le métier de TF1, c'est d'aider Coca-Cola, par exemple, à vendre son produit". "Or pour qu'un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible: c'est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages.
Ce que nous vendons à Coca-Cola, c'est du temps de cerveau humain disponible". "Rien n'est plus difficile, poursuit-il, que d'obtenir cette disponibilité. C'est là que se trouve le changement permanent. Il faut chercher en permanence les programmes qui marchent, suivre les modes, surfer sur les tendances, dans un contexte où l'information s'accélère, se multiplie et se banalise". "La télévision, c'est une activité sans mémoire.

Si l'on compare cette industrie à celle de l'automobile, par exemple, pour un constructeur d'autos, le processus de création est bien plus lent; et si son véhicule est un succès il aura au moins le loisir de le savourer. Nous, nous n'en aurons même pas le temps!" "Tout se joue chaque jour, sur les chiffres d'audience. Nous sommes le seul produit au monde où l'on " connaît " ses clients à la seconde, après un délai de 24 H."
Le livre, préfacé par le président du Medef Ernest-Antoine Seillière, a été publié en 2004.

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Requête contre le procureur de Bordeaux
( Affaire Loïc Le Ribault )

Considérant que le substitut du procureur de la République de Bordeaux en charge du procès de Loïc le Ribault (promoteur d'un produit de santé au silicium organique) avait fait usage d'insultes, de propos blessants et humiliants et de mensonges à l'égard du chercheur et des utilisateurs de ses produits, et que ces propos " nuisent gravement à la dignité de la Justice et à sa légitimité et mettent en péril les principes fondamentaux de l'État de Droit " ; que de même " l'insulte et le mensonge de la part d'un Procureur de la République ne sont pas compatibles avec la démocratie et la Déclaration des Droits de l'Homme de 1789 ".

Le Président de Politique de Vie, Christian Cotten, vient de faire parvenir au Procureur Général de Bordeaux une requête aux fins de saisie du Conseil Supérieur de la Magistrature, à l'encontre de Mme Maud Vignau, procureur à Bordeaux.
Texte de la requête :
politiquedevie.net/Loic%20LeRibault/RequeteCSMVignauLeRibault.htm

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

L'ADFI infiltrée ?

D'après un article du Point du 1er juillet 2004, certains membres de l'UNADFI ont des soupçons quant au fait que leur association serait prise d'assaut par les francs-maçons.
L'un d'eux confie : " On en parle entre nous, et encore, avec retenue. Car nous n'avons pas toujours de preuves formelles. Et, quand bien même nous en aurions, dénoncer cette mainmise serait perçu comme un procès en sorcellerie. Pourtant, ce n'est pas neutre. On assiste à des cooptations, au sein de nos structures, qui ne peuvent s'expliquer que par la variable fraternelle. "
Morale de cette histoire : il ne fallait pas demander autant de subventions !

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Un comité officiel des cultes contre l'intolérance

Le Ministre de l'Intérieur a annoncé le 14 juin à Strasbourg la création d'un " Comité des cultes contre l'intolérance ", regroupant tous les cultes et les représentants de l'Etat, à la suite de profanation de tombes. A cette occasion, il a déclaré :
" Il est important de prévoir des actions pédagogiques en faveur des plus jeunes. Nous voulons sensibiliser chacun à l'importance de cet esprit de tolérance."

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

L'ADFI conseillerait encore le deprogramming

Un couple avait un désaccord portant sur les convictions de la femme qui faisait partie d'un groupe utilisant la conscience de l'énergie. Ayant pris conseil auprès de l'ADFI de Marseillle, un membre de cette antenne a conseillé au mari de contacter Steve Hassan, un spécialiste américain du " déprogramming " - alors que la femme n'est absolument pas demandeuse et poursuit un travail dans l'enseignement. Selon ce dernier, le coût élevé de l'opération (20 à 30 000 $ pour trois jours) peut être couvert en prenant un travail d'appoint, ou en contractant un emprunt pour payer le tout. On croyait que, après en avoir fait la promotion enthousiaste, l'ADFI avait cessé tout contact officiel après les déboires judiciaires des tenants du " deprogramming "aux Etats unis.

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Projet de loi contre les propos homophobes ou sexistes

Le Premier Ministre a déposé un projet de loi concernant les propos homophobes ou sexistes. Considérant que " les comportements discriminatoires constituent dans une société démocratique des atteintes qui ne sauraient être tolérées parce qu'elles mettent directement en cause la dignité de la personne humaine dans ce qu'elle a de plus sacré.
Les violences et les discriminations qu'ils génèrent entraînent des préjudices individuels conséquents avec un coût social non négligeable.
.... Ces dispositions doivent toutefois être complétées afin de mieux réprimer, au delà des actes discriminatoires et violents, la diffusion de propos ou messages de même nature, qui présente en effet un caractère d'autant plus odieux que ces messages peuvent inciter à commettre de tels actes. "

Les auteurs de ces propos risqueront un an d'emprisonnement et 45 000 euros d'amende.

Ainsi, ce projet rappelle avec justesse que de simples propos sont de nature à inciter la société à des comportements discriminatoires et à les justifier, surtout lorsqu'ils émanent d'institutions, de commissions ou " d'associations d'utilité publique ". Nous attendons que la dignité des personnes ayant fait des choix personnels tant dans le domaine spirituel que thérapeutique soit officiellement protégée.

www.assemblee-nationale.fr/12/projets/pl1700.asp

---------------------------------------------------------------------

Haut de page
Éditorial juillet 2004
Sommaire des actualités

CAPLC - CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction