Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
ONG avec statut consultatif spécial auprès de l'ONU
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version

Ecrivez-nous : 117, rue de Charenton, 75012 Paris

contact@coordiap.com
 
 
shim  
 
ACTUALITÉS CAPLC - JANVIER 2005
 


Édito
rial de janvier 2005

--------------------------------------

La MIVILUDES publie son "MANUEL DE L’INQUISITEUR"

Le 13 janvier la MIVILUDES a publié le « Guide de l’agent public face aux dérives sectaires », une brochure de 120 pages publiée à 20 000 exemplaires, qui devrait être diffusée dans toutes les administrations françaises.

Comment ne pas comparer ce Guide au Manuel de l’Inquisiteur de Bernard Guy, moine dominicain du 14ème siècle qui remplissait les fonctions d’inquisiteur. Selon l’historienne Thérèse Jamin, « Dans ce Manuel [de l’Inquisiteur] il traite des différentes formes d’hérésies et enseigne l’art de les reconnaître, de démasquer et de condamner un hérétique. » Le Guide n’a-t-il pas la même fonction ? On y découvre que chaque fonctionnaire devra faire du « signalement ». Pourtant, selon la MIVILUDES, « La notion de signalement ne figure pas dans les textes légaux et réglementaires » (page 42). Le Guide nous offre malgré tout le moyen de débusquer les fautifs avec la « Fiche-type d’un signalement » (page 51).

Toujours selon Thérèse Jamin, « Les tribunaux de l’inquisition ont été conçus par le pape Innocent III : ceux-ci avaient pour but de débusquer les hérétiques, les mettre en accusation [...] l’inquisiteur se déplaçait et recherchait les hérétiques ». Dans son Guide, la MIVILUDES déplore le peu de procédures en cours : « il n’en demeure pas moins que les procédures sont en nombre limité. Cela s’explique, notamment, par la rareté des plaintes et par l’absence de signalements » (Page 24). Le Guide rejoint là aussi le Manuel de Bernard Guy et donne « Des outils pour l’action. Douze thèmes pour tester un groupe qui inquiète » (page 47), par exemple : « Y apprend-on des choses sur le fonctionnement du monde ou de l’être humain, très différentes de ce qui est enseigné habituellement ?» (page 47). Ce serait effectivement une hérésie ! ! (Hérésie : idée, théorie, pratique qui heurte les opinions considérées comme justes et raisonnables. Dict. Larousse)

Les auteurs du Guide (Manuel ?) durent aussi relever un autre défi, définir l’objet et les limites de leur sujet : qu’est-ce qu’une secte ? Toujours selon Thérèse Jasmin, « Pour l’obtenir [la culpabilité], l’inquisiteur devait déjouer l’habilité de l’accusé ». La MIVILUDES parle elle de : « L’absence de définition juridique des sectes, une difficulté pour l’administration » (page 66). A croire que comme l’hérétique, le citoyen pourchassé par la MIVILUDES est assez habile pour disparaître juridiquement.

La brochure n’apporte donc aucun élément nouveau sur la situation actuelle des « créatifs culturels » qui sont, de fait, la cible unique du Guide. Les rédacteurs ont préféré conserver les bonnes vieilles recettes qui, depuis 30 ans, ont permis de créer le climat de paranoïa actuel contre certains groupes, dont le seul tort est d’insuffler des idées neuves dans la société. Une large part est donc faite aux rumeurs, amalgames, généralisations et réquisitoires à charge.

Alors qu’à l’occasion du Nouvel An, le président Jacques Chirac faisait des vœux pour que l’on permette « à l'Europe d'être plus démocratique, plus volontaire, plus puissante » et que l’on permette « à la France de peser davantage dans l'Union », ce guide est un bond en arrière dans le domaine de la liberté de conscience et fait appel à des méthodes d’un autre âge.

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

La Fecris à bruxelles

Le feuilleton continue. La Fecris (fédération européenne d’organismes comprenant l’UNADFI et d’autres organismes proches) essaie depuis deux ans d’obtenir un statut d’ONG consultante auprès de Bruxelles. Le 24 mai 2004, le rapporteur du Comité des Affaires Légales et des Droits de l’Homme, émit un avis favorable devant le Bureau de l’Assemblée Parlementaire. Mais celui-ci estima qu’il y avait des violations potentielles des procédures, incluant entre autres le fait d’ignorer une vingtaine de condamnations d’associations membres de la Fecris devant diverse cours de justices nationales.

Le rapport fut donc envoyé devant le Comité du Règlement et des Immunités, qui émit une opinion le 10 déc 2004. Le 10 janvier 2005, le Bureau de l’Assemblée examina ce nouveau rapport et le renvoya avec toutes les données cette fois-ci devant le comité des Affaires Légales et des Droits de l’Homme qui tiendra sa session du 24 janvier au 28 janvier 2004.

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Vers une éthique dans les médias ?

Une polémique est née à propos d’un documentaire réalisé par un journaliste algérien, Mohamed Sirfaoui, sur l’intellectuel musulman suisse Tariq Ramadan, celui-ci reprochant au reportage de prendre " des allures de procès d’intention ", arguant qu’il ne pouvait s’agir de reportage objectif, le journaliste ayant témoigné contre lui dans un procès en diffamation. Quel que soit le contenu et les idées en jeu, il est intéressant de savoir que la télévision romande a alors décidé d’annuler la diffusion de l’émission, au motif qu’elle constituait " un reportage à charge ", partant d’un " à priori partial ", soutenant ainsi une éthique du débat contradictoire. Il y a du chemin à parcourir en France !

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Les protestants de France s’élèvent contre les tracasseries et discriminations

Le président de la Fédération protestante de France, le pasteur Jean-Arnold de Clermont, a déploré mardi auprès de Jean-Pierre Raffarin les " tracasseries administratives " et " discriminations " qui visent, selon lui, les associations protestantes, soulignant qu’elles étaient bien plus fortes que pour les musulmans. Ainsi, par " zèle laïcard ", des fonctionnaires municipaux font des " difficultés " à des associations qui ont 40 ans, 50 ans d’existence " pour l’installation de lieux de culte ou l’octroi de certificats fiscaux relatifs à des dons et legs. " Des associations cultuelles se voient opposer des règlements d’urbanisme (exemple : pas assez de places de parking !) alors que dans le même temps, on fait tout ce qu’il faut pour permettre au culte musulman de trouver des mosquées, de s’implanter ici et là ", déclarait-il le 11 janvier, à l’issue de l’entretien qu’il avait sollicité. " Cela nous semble extrêmement grave ", a déclaré le pasteur en pointant les " effets collatéraux ", selon lui, du débat sur la laïcité en France.

Autre exemple : Des compagnies d’assurances résilient leurs contrats avec des associations cultuelles ou religieuses sous prétexte qu’ils ne veulent pas assurer " le risque religieux ".

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

La MIVILUDES sort un guide à l’usage des élus

La MIVILUDES, à l’occasion de la publication de son " Guide de l'agent public face aux dérives sectaires " - rien à voir avec l’argent public ? – attire l’attention sur " une évolution caractérisée par des groupes de plus en plus divers et atomisés. L'influence de la tendance new age n'y est sans doute pas étrangère ". Pas de liste, mais une mise en garde contre les " charlatans " qui se seraient lancés à l’assaut du secteur des ressources humaines.

Ce qui n’empêche pas, en matière de prévention, d’insister "sur la nécessaire protection des mineurs qui doivent être préservés des dommages occasionnés par des choix de vie auxquels ils sont étrangers ". De qui parle-t-on ? Vaste débat de société...

Les fonctionnaires et les administrations en particulier seraient visés, grâce à une mode inquiétante " du développement de soi, avec un discours d’autant plus dangereux qu’il est banalisé ". Effectivement, très dangereux.

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Pas de voile à l’usine ?

En Belgique, le patron d’une PME flamande a été menacé de mort parce qu’il tolérait le voile d’une employée, dans une région où un parti xénophobe est devenu la première formation politique, dépassant 25% des intentions de vote. Il a reçu déjà 5 lettres de menaces, la quatrième annonçant que 250 000 euros seront offerts à celui qui le tuera dans l’année. La cinquième contenait une balle, destinée, selon l’auteur, au patron de l’entreprise, Ledegem. Désormais, son entreprise et sa maison font l’objet d’une surveillance policière quasi permanente.

Malgré cela, le patron a refusé de licencier l’employée, et a même refusé sa démission. " Elle a besoin d’argent et, après toute son histoire, qui voudra l’embaucher ? ", s’emporte-t-il. " Je ne veux pas qu’elle reste chez elle, qu’elle n’ait plus de contacts sociaux ; ce n’est pas cela l’intégration ". " Il a reçu les encouragements de plus de 20 000 personnes, sur le site Web d’Unizo, une association de PME flamandes.

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Des enfants exclus des écoles pour préférence alimentaire

A Villefranche-sur-Saône, les parents d'élèves refusant de manger de la viande ont été avertis que leurs enfants pourraient être exclus de la cantine scolaire. Les parents des enfants de confession musulmane font valoir que la viande servie n'est pas halal (c’est-à-dire préparée selon le rite musulman). L'adjointe au maire chargée des affaires scolaires, Andrée Chambefort, s'est indignée qu'un enfant puisse
"rester à l'école de 08h 00 à 16h 30 avec seulement dans le ventre une orange".

Des parents ont organisé une pétition pour protester contre cette décision qui ne vise que les familles musulmanes. "Les enfants végétariens ne sont, eux, pas inquiétés : il y a des enfants qui ne mangent pas de légumes ou de poisson. Pourquoi on ne leur envoie pas de courrier?", s’indigne une mère, affirmant que ses enfants mangeaient à la cantine des légumes, des yaourts, des desserts, et de la viande halal le soir à la maison. "On n'a rien demandé. On n'a pas demandé de remplacer la viande (de la cantine) par du poisson ou par de la viande halal", insiste-t-elle.

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Reporters sans frontières soutient des dissidents de Fa lun Gong

Onze membres du mouvement spirituel Falungong ont été arrêtés, courant décembre, pour avoir diffusé sur le Net des documents témoignant de tortures subies en prison par certains d'entre eux. Reporters sans frontières s'insurge contre cette nouvelle atteinte à la liberté d'expression et rappelle que plus d'une vingtaine d'adeptes de ce groupe sont déjà incarcérés pour les même motifs.

"Dans un pays où la presse est sous la tutelle des autorités, les membres de Falungong n'ont d'autre choix que d'utiliser Internet pour dénoncer les atrocités dont ils sont victimes. Comme les dissidents politiques, ils sont dans la ligne de mire d'un régime qui ne tolère pas la contestation et contrôle étroitement les informations circulant sur la Toile", a déclaré l'organisation.

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Monsanto condamné pour corruption

La firme pharmaceutique Monsanto serait d’accord pour payer une amende de 1,5 million de dollars réclamée par le Ministère de la Justice américain pour avoir corrompu 140 personnes en Thaïlande. Monsanto avait en effet déguisé ces sommes sous des " frais de consultants ", cette pratique étant condamnable aux Etats-Unis d’après le Foreign Corrupt Practices Act. Il ne reste plus qu’à voter une loi similaire en France, où les pots de vins versés à l'étranger sont justement déductibles des impôts…sous l’étiquette " frais de consultants ".

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

La bourse n’aime plus les labos

De plus en plus d’études concernant les effets secondaires de médicaments commencent à être publiées, dans la mesure où la dissimulation de telles études pourraient coûter encore plus cher aux firmes pharmaceutiques. Les cours de bourse de grands labos chutent. Après l’anti-inflammatoire Vioxx (Merck), c’est au tour de Pfizer de suspendre la publicité de Celebrex concernant les risques cardio-vasculaires. Idem pour l’anti-cancéreux Iressa de AstraZenaca , et le Prozac est de plus en plus dans le collimateur pour ses effets suicidaires. Il reste à créer en France une instance vraiment indépendante de test et de suivi de médicaments.

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

La religion, remède contre le suicide ?

Selon une étude menée sur plusieurs centaines de patients psychiatriques par l'Université Columbia de New York, et parue dans le American Journal of Psychiatry, les tentatives de suicide sont beaucoup moins probables chez les hommes et femmes qui se disent affiliés à une religion que les autres, quelle que soit cette religion. Le sentiment de responsabilité, ainsi qu'une moindre addiction aux drogues semblent expliquer cela, outre la désapprobation morale attachée au suicide. " Ces résultats suggèrent que le fait d'interroger les patients sur le sujet et de favoriser leur implication dans une démarche religieuse pourrait protéger des conduites suicidaires ", conclut le Dr. Maria A. Oquendo, à l'origine de l'étude.

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Lettre du Dr Hamer à la Cour de Cassation

Près de 4000 emails ont été envoyés au Président de la République pour protester contre l'incarcération pure et simple du Dr Hamer sans la possibilité d'un véritable débat scientifique sur ses théories. Merci pour ces supports qui ne seront pas superflus, car la procédure du procès n'en finit pas de subir des entorses.

Ainsi, le Dr Hamer a adressé une lettre le 2 décembre pour protester contre le fait que le Ministère de la Justice n'a autorisé les visites de ses avocats qu'après 7 semaines et un jour, soit après le délai réglementaire pour se pourvoir en cassation, dans un but évident d’entrave à la justice. Dans cette lettre, il souligne son absence de France dans les 12 dernières années, rappelle les conclusions du tribunal du procureur Wiener Neustadt sur les pourcentages de guérison absolument hors normes obtenus par sa méthode et s'insurge sur les refus qu'il a essuyé de voir sa méthode testée.

Le texte de sa lettre (en anglais) : Gnews200412.htm

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

CHINE : une église démolie le 24 décembre

Une église clandestine a été détruite le jour du réveillon de Noël dans la province orientale du Zhejiang par 200 policiers qui ont également arrêté un prêtre catholique. La Chine a promulgué la semaine dernière de nouvelles règles régissant les pratiques religieuses qui, tout en offrant davantage de garanties aux cultes officiels contrôlés par le pouvoir communiste, donnent au gouvernement des pouvoirs accrus en termes d'interdictions et de sanctions.
(Le Figaro, 27 dec 2004)

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Un maire réprouvé pour discrimination

La Gazette des communes du 13 décembre 2004 mentionne que la location d’un stade ne peut être refusée pour motif " sectaire ". " En refusant la location d'un stade à une association au seul motif que des ‘dérives sectaires ‘ lui sont reprochées par des rapports d'enquêtes parlementaires, un maire viole gravement la liberté de réunion. Dès lors que la possibilité d'utilisation du stade pour des manifestations non sportives a été ouverte, seul le risque avéré de troubles à l'ordre public ou les nécessités liées à la gestion du stade peuvent permettre d'opposer un refus. "
- Tribunal administratif de Paris, 13 mai 2004 -

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Pas de voile à la préfecture

Le 21 décembre, cinq femmes ont été refoulées de la salle d’honneur de la préfecture, à Bobigny, lors de la cérémonie de remise des décrets de naturalisation aux nouveaux Français, dont trois directement concernées par leur propre accession à la nationalité française.

Les deux sous-préfets ont expliqué que " Cette cérémonie se veut à la fois solennelle et conviviale. Il y a des drapeaux, une Marianne, la Marseillaise est entonnée. Le respect du principe de neutralité est une nécessité pour éviter toute interprétation communautariste.

Les intéressées ont rétorqué qu’elles n’étaient pas à l’école et que la loi sur la laïcité ne s'appliquait pas. L'une d'elle commente : " On a fait comprendre à ma mère que si elle pénétrait dans la grande salle de la préfecture, elle ferait injure à la République. Elle vit en France depuis 1971 et son mari, mort en France, a travaillé pendant trente ans dans ce pays. On est en France, il y a des lois et je les respecte. Mais là, personne n'a pu me dire où était le texte qui interdisait à ma mère d'entrer. "(Le Monde / vendredi 24 décembre 2004)

--------------------------------------

Éditorial janvier 2005
Sommaire des actualités

Haut de page

CAPLC - CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction