Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
ONG avec statut consultatif spécial auprès de l'ONU
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version

Ecrivez-nous : 117, rue de Charenton, 75012 Paris

contact@coordiap.com
 
 
shim  
 
ACTUALITÉS - FÉVRIER 2005
 


Éditorial février 2005

----------------------------------------------------------------------------

Le premier ministre lance l'année anniversaire de la loi de 1905

" Les religions doivent jouer pleinement leur rôle social " a affirmé le Premier Ministre. "
La laïcité n'est pas l'opposition aux religions. La laïcité n'est pas un régime d'athéisme public. Notre responsabilité est d'éviter toute mauvaise appréciation sur le rôle des religions dans notre pays.
La laïcité juste est celle qui ne se veut pas militantisme antireligieux mais régime protecteur de la liberté de conscience. L'opposition simpliste entre espace public, qui relèverait de l'intervention des acteurs que nous sommes, et espace privé, qui serait réservé aux individus et aux relations avec les religions, doit évidemment être nuancée.

Dans les très douloureuses circonstances auxquelles nous avons été confrontés durant les derniers mois à propos des actes de racisme et d'antisémitisme, j'ai été frappé de la qualité de réaction de l'ensemble des religions qui ont toujours lancé des appels à l'apaisement, à la tolérance et au respect mutuel, dans le cadre d'un dialogue inter religieux et en concertation avec les pouvoirs publics.

En régime de laïcité, toutes les religions ont leur place, à égalité de droits, quel que soit leur statut, leur ancienneté ou le nombre de leurs fidèles... La neutralité de l'État ne peut être imposée au prix d'une impression de négation des consciences : toutes les religions méritent le respect."

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

La mairie de Mulhouse refuse la photo
d'un prêtre avec son col romain pour un passeport

La mairie de Mulhouse a refusé la photo d'un prêtre qui souhaitait faire renouveler son passeport sous prétexte que sur la photo il portait son col romain. "Sur le coup, j'ai été surpris et puis je suis allé faire de nouvelles photos sans col, sans rechigner. Mais après coup, je me suis demandé ce que la loi disait vraiment là dessus", a-t-il indiqué. Le secrétaire général de la sous-préfecture a déclaré que le prêtre " aurait pu avoir son passeport avec son col romain, il porte d'ailleurs ce col sur la photo de sa carte d'identité. L'agent a dû confondre avec le port des signes religieux à l'école, il a fait l'amalgame".

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Le maire de Montreuil fait irruption dans un office religieux

Manifestement décidé à en découdre, le maire de Montreuil J.Pierre Brard, membre de la MIVILUDES, a fait irruption le 6 février dernier en plein milieu de l' office d'une communauté protestante de sa commune, coupant le pasteur dans son homélie pour lui demander de remettre dans la demi-heure les papiers attestant de la conformité du temple aux règles de sécurité. Un membre de l'assistance, membre de la Fédération Protestante de France, alerta son président Jean-Arnold de Clermont, qui fit alors renoncer le maire à la descente de police programmée, et qui a demandé un rendez-vous d'urgence au ministre de l'Intérieur, ainsi qu'au préfet, rappelant que l'article 32 de la loi de 1905 punit "ceux qui auront empêché, retardé ou interrompu les exercices d'un culte ". Le Président de la FPF note que cet incident s'inscrit dans une série de dérapages : " les protestants évangéliques et l'islam sont aujourd'hui victimes de la même volonté de certains responsables politiques d'avoir en face d'eux des églises religieusement correctes".

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Photos d'identité : un Sikh proteste

M. Singh, un Sikh naturalisé français s'est vu refuser un duplicata de pièce d'identité au motif que la photo fournie devait le représenter tête nue. Il avait pourtant toujours obtenu dans le passé pour lui comme pour ses coreligionnaires l'autorisation de figurer sur ses papiers d'identité coiffé du turban sikh. Comme le précise UNITED SIKHS-FRANCE dans son communiqué, le recours déposé fait référence, concernant le traitement de M SINGH et donc des sikhs en général par l'État, à la notion de discrimination et de LEGISLATION DISCRIMINATOIRE telle qu'elle est précisée par une jurisprudence européenne relativement récente.

Devant le tribunal administratif de Cergy, son avocat a rappelé que " l'administration autorise depuis 1986 M. Singh à porter le turban sur tous ses titres d'identité. Il n'y a jamais eu de problème d'identification. Aujourd'hui, l'administration a changé d'avis. Pourtant la loi sur les signes religieux ne s'applique que dans l'enceinte scolaire".

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Refusée dans un commissariat

Le Mrap (Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples) a écrit au ministre de l'Intérieur, pour lui signaler un abus de pouvoir de policiers : " Les policiers de service ont refusé de prendre la plainte d'une femme au motif qu'elle était voilée ", explique le Mrap. Son secrétaire général, Mouloud Aounit, a d'ailleurs décidé d'accompagner l'intéressée au commissariat pour que sa plainte puisse être enregistrée. " Si le policier avait eu affaire à un évêque ou à une religieuse en tenue, son attitude aurait-il été la même ? Manifestement, il y a un détournement abusif de la loi. Et il serait utile que le ministre de l'Intérieur recadre les choses auprès des agents de l'Etat ".

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Un membre de la MIVILUDES succède à Régis Debray

En avril dernier, nous annoncions qu'un ancien membre de la MILS devenait président du CSA. Le 21 janvier, c'est au tour de Dominique Borne, membre du Conseil d'Orientation de la MIVILUDES, d'être nommé Président de l'IESR (Institut Européen en sciences des religions) où il remplacera Régis Debray, qui vient de démissionner pour protester contre le manque d'action du gouvernement pour mettre en place l'enseignement du fait religieux à l'école. Gageons qu'on va se hâter toujours aussi lentement dans ce domaine.

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Les policiers en formation continue sur l'Islam

Au Centre national d'études et de formation (CNEF) de la police, ce n'est pas sur l'Islam actuel que les policiers s'initient, mais sur les apports de la civilisation musulmane à la culture occidentale : algèbre, astronomie, le papier, la poudre, etc. Deux conférencières, Marie-Hélène Bayle et Yasmina Dahim, ont parlé de philosophie, d'Averroès ou du médecin Avicenne, symboles d'une ère musulmane florissante, celle du Moyen Age. Ces rencontres "permettent de montrer aux participants comment des attitudes racistes peuvent naître des préjugés", explique le directeur du CNEF, le commissaire Yves Nicolle. "Cela peut contribuer à améliorer l'accueil du public musulman dans les commissariats."

"Grâce à toutes ces informations, nous les comprendrons mieux, estime un officier des renseignements généraux de Nancy (Meurthe-et-Moselle), et nous pourrons échanger avec eux ; ces connaissances renforcent notre crédit auprès des associations avec lesquelles nous sommes régulièrement en contact."

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Manœuvres au festival international de littérature de la Haye

D'après le journal néerlandais Trouw, l'ambassadrice de France en Hollande, ainsi qu'un journaliste seraient intervenus pour faire annuler la participation de Tariq Ramadan à une table ronde le vendredi 21 janvier 2005 (L'Orient et l'Occident). Les organisateurs du festival auraient protesté contre ces ingérences, qui font suite à d'autres démarches similaires dans le passé. D'après le site oumma.com, de très nombreuses salles en France dans lesquelles cet orateur était annoncées auraient également été refusées à la dernière minute (suite à de pressions diverses), suivant un procédé que nous connaissons bien.

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Les catholiques cherchent leur place dans la société française

Entre le repli communautaire et la susceptibilité permanente, les évêques de France ont conseillé aux catholiques français de défendre la liberté d'expression et la liberté religieuse, que ce soit sur le sujet des aumôneries d'établissements scolaires - que certains remettent ouvertement en question -. " Il ne peut y avoir de liberté religieuse que s'il y a liberté d'_expression et possibilité de communication de sa pensée, non seulement dans les relations personnelles mais aussi dans l'espace social. " a affirmé Mgr Ricard, président de la commission des Evêques de Lourdes.

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Politiques discriminatoires en Allemagne

Un groupe chrétien, la Vie Universelle, une communauté qui affirme des convictions végétariennes en accord selon elle avec le Nouveau testament, dénonce dans un communiqué la discrimination dont ils seraient victimes, ave d'autres minorités, ont élaboré une communauté agricole vivant en bonne harmonie avec les animaux, demandant que les terres qu'ils exploitent et qui leur appartiennent soient préservées de la chasse, affirmant que personne n'a le droit d'être contraint à la chasse contre sa conscience. Les instances politiques en ont décidé autrement et ouvert leurs territoires à la chasse, pour abattre 120 sangliers.

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Intégrisme laïque : quand les assurances s'en mêlent

La Maif, organisme de droit privé, vient de refuser d'assurer l'Association Tutélaire de la Fédération Protestante des Œuvres au motif de l'identité confessionnelle de l'association. Et la laïcité dans tout cela ?

----------------------------------------------------------------------------

Sommaire des actualités

Haut de page

CAPLC - CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction