Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
ONG avec statut consultatif spécial auprès de l'ONU
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version

Ecrivez-nous : 117, rue de Charenton, 75012 Paris

contact@coordiap.com
 
 
shim  
 
ACTUALITÉS - AOUT 2005
 


Répression en Chine : l'attitude de la France en question

Un ex-policier chinois ayant fait défection, réfugié en Australie, a divulgué des documents
détaillant la structure d'une unité de la police chargée de surveiller les membres de Falun Gong exilés à l'étranger.

L'ancien policier chinois aurait travaillé pour ce bureau baptisé "6-10", en référence à la date du 10 juin 1999 où la Chine a déclaré "culte diabolique" le mouvement du Falun gong. Il affirme avoir été témoin de torture de membres de ce mouvement.

Son avocat australien a affirmé que "Les documents ont une immense valeur parce qu'ils démontrent des stratégies mondiales d'étroite surveillance du Falungong dans tous les pays, y compris la France"
(AFP, 21 juin 2005).

Il a également déclaré que ces documents ne seraient pas remis pour le moment au
gouvernement australien ou aux services de renseignements, en raison de leurs "contacts étroits
avec le bureau de sécurité chinois". Un ancien diplomate chinois, qui demande également l'asile
politique en Australie, a soutenu les accusations d'espionnage de Pékin de son compatriote.

Lors de la visite du Premier Ministre chinois à Paris en mars 2004 (voir nos actualités du mois en
question), la police, obéissant manifestement aux directives de Pékin, avait arrêté préventivement des dizaines de membres présumés de Falun Gong - dont certains sur le simple critère qu'ils portaient des vêtements ou écharpes jaunes.

Alors que le Congrès US, qui espère également faire du commerce avec la Chine, a publiquement condamné les exactions de gouvernement chinois, la France fait profil bas, et certaines agences collaborant étroitement avec l'Etat, telles le CCMM, font même ouvertement l'apologie de la répression sanglante et cruelle de ce mouvement dans les prisons chinoises.

---------------------------------------------------------------------

Haut de page
Éditorial août 2005
Sommaire des actualités

CAPLC - CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction