Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
ONG avec statut consultatif spécial auprès de l'ONU
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version

Ecrivez-nous : 117, rue de Charenton, 75012 Paris

contact@coordiap.com
 
 
shim  
 
ACTUALITÉS - OCTOBRE 2005
 


Voir l' Éditorial octobre 2005

---------------------------------------------------------

Une laïcité au goût étrange

C'est l'encyclopédie Le Quid qui nous l'apprend, la Libre Pensée est une association de tendance Trotskyste-Lambertiste, qui puise volontiers ses références dans la Commune et la révolution de 1789, et, selon son site web, veut " aller jusqu'au bout de l'œuvre de sécularisation entamée par la Révolution Française ". Pour ce faire, elle affirme qu'il faut effacer les communautés, sources d'enfermement pour que ne subsiste que l'Etat-nation. Constatant une " gigantesque offensive pour institutionnaliser le communautarisme dans notre pays ", elle affirme également que la notion de communautés est contradictoire avec l'existence des classes sociales, dont elle estime l'affrontement nécessaire.

Pour cette association, les gouvernements " violent délibérément la laïcité " en favorisant les religions, et la Libre Pensée fustige tout à la fois les ministres Chevènement, Rocard, Jospin, Lang, Bayrou, qui " ont porté atteinte de manière grave à la loi de 1905 ". Dans le collimateur, les écoles libres sous contrat. Dans son appel, elle demande d'étendre la loi de 1905, de supprimer l'école libre, et veut exporter " La laïcité sur le plan international ". Le 10 décembre, pour fêter les 10 ans des grandes grèves de 1995, la Libre Pensée organise une manifestation conduisant à l'Assemblée Nationale, pour demander entre autres " la restauration de la loi 1905 " et " l'abrogation de toutes les lois anti-laïques ".

Une petite musique que l'on entend parfois au sein du Conseil d'Orientation de la MIVILUDES.

Regrettons le temps où, au Sénat, des libres penseurs tels Clémenceau fustigeaient " L'Etat-Congrégation ", ou " l'Etat-Dieu " (discours de 1903), qui voulait régenter directement les citoyens en niant toute instance intermédiaire.

-------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Grippe aviaire, de l'huile dans les rouages

Alors que les communiqués sur la grippe aviaire se font de plus en plus menaçants, l'actualité met un bémol sur les manoeuvres des grands laboratoires et leurs super contrats en vue. En effet, une étude du Dr Tom Jefferson, (Cochrane Vaccine Field, Rome), portant sur 2,5 millions d'individus et 96 " saisons " grippales, montre que le vaccin anti-grippe n'agit que dans 23% des cas lorsqu'il s'attaque au bon virus, et est moins efficace que l'effet placebo dans le cas contraire. The Lancet, hebdomadaire médical britannique, renchérit en montrant que les vaccins anti-viraux utilisés depuis 30 ans sont de moins en moins efficaces, à cause du phénomène d'auto-sélection de virus mutants. Ceci est corroboré par l'OMS qui affirme quant à elle que la proportion de virus mutants / résistants est passée de 0,4% à 12,3 % de 1994 à 2004, soit une multiplication par 30 en dix ans ! Pour ce qui est de la grippe aviaire, on n'a pas d'anti-virus universel, d'où les programmes d'abattage.

A titre de comparaison nous citons une expérience relatée par le Dr Jean-Pierre Willem dans Biocontact de Mars 2003 menée au Cambodge par des médecins aux pieds nus (fondés par le même Dr Willem) sur des poulaillers contaminés et décimés par des maladies virales. En mélangeant un peu d'huiles essentielles dans les mangeoires, la maladie s'arrêta, et les médecins constatèrent que les poulets allaient instinctivement vers celles des mangeoires qui contenaient ces huiles, s'auto-guérissant. Deux médecines, deux approches radicalement opposées !

Les huiles essentielles, extraites à partir de plantes diverses et qui peuvent se fabriquer localement de façon artisanale dans de nombreux pays pauvres, semblent constituer actuellement un remède tout indiqué contre ce genre de grippe, d'où, comme le précise le Dr Willem sur son excellent site (www.agoravox.fr), une envolée vertigineuse à la Bourse des laboratoires fabricant des huiles essentielles !

-------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Polémique sur la Carte des sectes à Paris

Cap LC a publié il y a quelques mois une Carte de Sectes à Paris, dressée à la demande de la Mairie de Paris (voir www.coordiap.com/enq41.htm). Le journal La Vie Catholique N°3136 affirme que cette carte aurait été obtenue par des moyens détournés, et que CAP LC aurait également diffusé un tract " signé" par un comité de soutien à Mme hidalgo et reproduisant cette fameuse carte des Sectes.

CAP LC, directement mis en cause dans cet article, a demandé un droit de réponse à l'hebdomadaire, dans lequel il précise la source exacte de la Carte : l'APUR, (Agence parisienne d'Urbanisme). La communication du document proprement dite a été autorisée par la CADA, Commission d'Accès aux Documents Administratifs, au bénéfice du journal Ethique et Libertés le 4 avril 2005. Dans sa lettre, la CADA précise que " ce document administratif vous est en effet communicable de plein droit, en application de l'article 2 de la loi du 17 juillet 1978 modifiée ". Dans son correctif, CAP LC précise également qu'il n'a jamais publié le tract incriminé.

Il est d'ailleurs important de faire un large usage de cette loi sur la transparence administrative qui permet à tout citoyen ou association de se procurer une copie de documents concernant la gestion des affaires publiques. Nous invitons également Mme Hidalgo, à l'origine de cette carte, à consentir à plus de transparence quant à ses propres initiatives publiques.

-------------------------------------Haut de page--------------------------------------

La Kinésiologie a servi de bouc émissaire

Dans une lettre ouverte d'Août 2005, Yves Michel, éditeur de la kinésiologie depuis 1980 aux Editions du Souffle d'Or, revient sur cette affaire qui a vu cette technique clouée au pilori médiatique, et décriée lors d'un procès impliquant les deux parents d'un enfant décédé.

Il précise d'emblée que " la kinésiologie n'avait absolument rien à voir avec la mort de cet enfant. En réalité, ses causes restent non élucidées ; la thèse de la malnutrition peut être supplantée par celle de l'anorexie de l'enfant, ou même d'une maladie génétique ". Il regrette que " les gens qui s'intéressent aux médecines naturelles et autres techniques psycho-corporelles soient tournés en dérision et présentés comme devant être mis sous tutelle ; c'est exactement ce qui s'est déroulé lors de ce procès, et dans la condamnation. Ceci est très grave pour nos libertés civiques, tant individuelles que collectives.

...Si l'on fait le tour des pays d'Europe voisins, il n'y a qu'en France où l'on assiste à une persécution féroce des méthodes de bien-être et des médecines naturelles, lesquelles sont beaucoup mieux reconnues dans les autres pays, parois enseignées à l'Université, parfois remboursées par la Sécurité Sociale."

Il constate que " toutes démarche visant à diminuer la consommation médicamenteuse peut être traitée de démarche sectaires en France aujourd'hui. " Il déplore également que le gouvernement semble, pour traiter cette question, s'en remettre à " des associations privées, arrosées d'argent public ...Cela est accompagné d'appels à la délation et à la haine, avec inquisition : ainsi s'installe un climat de peur et de suspicion très vaste, où beaucoup de personnes doivent cacher leurs valeurs."

" A ce sujet, je trouve assourdissant le silence de la Ligue des Droits de l'Homme, qui avait pourtant appelé à une certaine prudence dans le cas de la pédophilie. " Et pour terminer : " Il s'agit de l'instrumentalisation de la peur pour maintenir un statut quo et des profits financiers pour quelques uns. Et on laisserait partir en fumée nos acquis civiques et nos libertés pour ça ? "

-------------------------------------Haut de page--------------------------------------

La Fédération Protestante inquiète pour la laïcité

Dans un interview accordé au monde du 21 octobre, le président de la Fédération Protestante de France, Jean Arnold de Clermont, revient sur l'application de la laïcité dans la France d'aujourd'hui. Il déplore que lorsqu'une communauté protestante se trouve à l'étroit dans un lieu de culte inadapté, qu'elle trouve un local plus grand de 500 m2 et décide de l'acheter, la municipalité refuse et use de son droit de préemption. Ainsi, en région parisienne, la Communauté des Eglises d'_expression africaine en France, riche de 40 communautés, n'obtient aucune autorisation alors qu'elle cherche douze nouveaux lieux de culte.

Il ajoute : " Je trouve tout à fait inappropriées les rodomontades de la Mairie de Paris, qui organise une manifestation devant les locaux de l'Eglise de Scientologie et diffuse une carte des " sectes à Paris ". La cartographie relève de la stigmatisation et de la culture de la peur. Ce n'est pas comme cela qu'on fait de la politique. "

-------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Mme Hidalgo contre les moulins à vent : un nouveau bide

On avait mis les moyens : deux jours avant, à la une de Métro, un gratuit distribué à plusieurs centaine de milliers d’exemplaires, le peuple de Paris était informé d’une manifestation « de nombreux élus de tous bords » conduite par Mme Hidalgo, adjointe au maire, devant un centre de Scientologie. Le samedi 8 octobre donc, on observe bien 8 cars de police et une cinquantaine de policiers, mais le peuple de Paris est probablement fatigué, ou plutôt, il n’est pas du côté où l’on croirait.

En effet, une trentaine de manifestants sont là, toujours les mêmes (soustraction faite des RGs, de 3 ou 4 badauds de passage), recrutés dans on ne sait quelles obscures associations. Ou plutôt, on commence à savoir : à côté d’ « Attention Enfants », qui sert régulièrement de porte-parole à Mme Hidalgo, on note un représentant de l’Union des Athées, qui explique à qui veut l’entendre qu’il milite pour insuffler une vision matérialiste dans l’école publique, également un membre de Handicap International (sic).

Catherine Picard, Président de l’UNADFI et consoeur d’Anne Hidalgo, est même venue prêter main forte.

Mais le spectacle est en face : sous l’œil un peu interloqué du petit groupe maintenu à distance par un cordon de policier, près de deux cent personnes ont déployé des ballons, une immense banderole, des panneaux qui scandent : « Paris Liberté ! », « Non au nouveau Maccarthysme », « Touche pas à ma religion ». Un accordéon à l’ancienne sert une ritournelle des rues, on chante, on réclame la Liberté pour Paris, et tout ce monde se met à danser. La manif se transforme en une véritable fête scientologue.

Clou de la matinée, après quelques défections, une vingtaine de manifestants restants se mettent en marche pour passer devant le centre de Scientologie. Et là, vision surréaliste (surnaturelle dirions-nous en face), Mme Picard et Hidalgo passent devant un panneau géant montrant un agrandissement de la « Carte des Sectes à Paris », que Mme Hidalgo tenait tant à garder secrète, panneau qui réclame justement la transparence administrative des actions de la mairie au regard de la loi de 1978 sur l’accès aux documents administratifs. Les élus trouvent ensuite sur leur chemin un autre panneau géant rappelant les principes de laïcité tels qu’énoncés dans la loi de 1905. Un peu dépassés, il passent au milieu d’une haie d’honneur joyeuse, nullement impressionnée, sur une musique de rap, qui les applaudit !

Echec et mat.

Communiqué de presse pdf

-------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Les méthodes de l’ADFI contestées au tribunal

Il y a deux ans, trois plaignants ayant eu maille à partir avec l’UNADFI et l’ADFI Nord, avaient assigné ces deux associations au tribunal, demandant leur dissolution. Dans le collimateur, leurs méthodes jugées en contradiction avec les principes constitutionnels de protection de la liberté de conscience, ainsi qu’avec leur objet qui est la défense de la famille et de l’individu. Les plaignants entendaient montrer que les campagnes initiées par les ADFI ont pour résultat des individus et des familles brisées, des réputations détruites.

Au fil des mois, six autres plaignants membres de mouvements ou pratiques ayant subi des discriminations se sont joints à l’action en justice, ainsi que deux associations de défense des victimes de chasses aux sorcières, donc CAP LC.

La presse nationale s’est faite l’écho de cette audience.

Lors de l’audience devant la 1re chambre civile du tribunal correctionnel de Paris qui s’est tenue le 20 septembre, « l'enceinte était judiciaire, mais c'est un débat politique » qui a eu lieu, comme le note Le Monde du 23 septembre. Le quotidien poursuit :

« ‘Bras armé de l'Etat’, ‘annexe des renseignements généraux’, ‘Big Brother’ ou ‘grand inquisiteur’, les expressions n'ont pas manqué, à l'audience, pour dénoncer les méthodes de l'Unadfi et de ses antennes, accusées de vouloir instituer une "police de la pensée" en matière de convictions religieuses ou philosophiques… Pour elle, la loi des suspects existe toujours’ » a observé Me Gérard Ducrey. »

« La révolte des suspects » titre quant à lui Le Point du 29 septembre.

Jugement le 15 novembre 2005.

-------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Les religions parlent pour la paix

Parmi les nombreuses prises de position répétées des religions en faveur de la paix et contre les solutions militaires, celle du Dalaï Lama qui, devant 36 000 jeunes américains réunis dans le New Jersey aux Etats-Unis, a donné une conférence intitulée « Paix, guerre et réconciliation » le 25 septembre dernier.

« Cette planète est nous. Par conséquent, la destruction d’une autre région est la destruction de nous-mêmes ». A-t-il développé. Selon lui, le rêve de cette société devrait être un monde délivré des armes nucléaires et biologiques, déplorant que certains Etats africains « ont une abondance d’armes, et pas assez de nourriture. »

-------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Le premier Ministre répond sur Amma

A la question du député Philippe Vuilque, président de la commission parlementaire sur les sectes, qui l’avait interpellé –se basant sur des données du journal La république du Centre ! –sur le fait que le mouvement Amrita qui suit l’enseignement d’Amma n’avait pas été mentionné à tort selon lui dans le rapport de la MIVILUDES, le Premier Ministre a répondu récemment (J.O. 20 septembre 2005).

Il précise ainsi que l’administration, dont l’inspection du travail, a fait des remarques auxquelles l’association a obtempéré, et conclut que la MIVILUDES n’a pas failli à sa mission. « La vigilance administrative a été exercée dans les conditions requises suivant les orientations données par le président de la mission. Si des agissements répréhensibles étaient signalés aux autorités, concernant par exemple l'exercice illégal de la médecine, ce dossier serait instruit avec la même attention. »

Ceci confirme donc un nouvel esprit au sein du gouvernement qui vise à un traitement équitable de tous les citoyens, quelles que soient leurs convictions.

-------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Une visite en France du rapporteur sur la liberté religieuse de l’ONU

Asma Jahangir, rapporteur spécial sur la liberté religieuse de la commission des droits de l'homme des Nations unies, a effectué une visite en France du 18 au 29 septembre, rencontrant des personnalités officielles mais aussi des responsables associatifs et des acteurs de terrain.

*Elle dit avoir choisi la France pour trois raisons : « D'abord, parce que le modèle français de laïcité est très singulier en Europe. Ensuite, parce que le rapport parlementaire de 1995 sur les sectes a suscité de nombreuses inquiétudes sur la liberté religieuse. Enfin, afin d'étudier les conséquences de la loi sur les signes religieux."

Elle dresse un bilan mitigé de l'application de la loi interdisant les signes religieux à l'école, qu'elle juge "à double tranchant, regrettant certains débordements et le risque d’humiliation qui peut provoquer une radicalisation religieuse.***

Sur la question des sectes, Mme Jahangir s’est dite satisfaite. "La situation s'est améliorée. La Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires a une attitude plus équilibrée."

-------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Le Premier Ministre répond sur la protection des enfants

Depuis quelques années, un certain nombre d’associations et de députés se réfugient derrière l’argument commode de « la protection des enfants » pour harasser un certain nombre de mouvements qui placent souvent l’éducation desdits enfants au sommet de leurs préoccupations. L’infatigable député Philippe Vuilque a posé une nouvelle question écrite au premier Ministre concernant le sort « de nombreux enfants victimes de dérives sectaires, que ce soit dans le cadre familial, ou dans le cadre extra-scolaire, voire scolaire.

Dans une nouvelle réponse édifiante le 6 septembre dernier, le Premier Ministre a rappelé que la France dispose déjà d’un arsenal conséquent de lois pour la protection de l’enfance concernant la moralité, la sécurité ou la santé des mineurs, que ce soit dans le droit civil ou pénal. Il a tenu toutefois à préciser à son interlocuteur que « les cas de maltraitance physiques ou psychologiques de mineurs en relation avec l’appartenance d’un ou des parents à un mouvement dit à caractère sectaire sont exceptionnels ».

-------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Éditorial octobre 2005
Sommaire des actualités

CAPLC - CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction