Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience
Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version
CAP LC 2012
www.coordiap.com

Ecrivez-nous : 37, rue St Léonard 44000 Nantes

contact@coordiap.com
 
 
shim  
   
humeur
 
BILLETS D'HUMEURS
 
Courrier à la Miviludes

M………...….
3 rue de la…...
07……………

4 janvier 2010
Monsieur le Président
Mesdames et Messieurs de la MIVILUDES

Objet : Notre fichage comme secte

Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs,

Votre organisme atypique vient de nous ficher comme « secte » et de m’attribuer le titre de « gourou ». Sachez qu’en bon français, profondément attachés à la défense de notre langue française, nous n’attachons, à votre différence, aucune connotation péjorative à ce terme.

En effet, le dictionnaire d’usage courant définit ainsi le mot secte : « groupe de personnes, notamment d’hérétiques, qui, à l’intérieur d’une religion professent les mêmes opinions particulières ».

Mais, nous nous devons de vous apporter quelques précisions sur « notre groupe » afin de corriger votre grave méprise.

Je me présente. J’ai épousé une veuve qui a une fille. Mon père a épousé cette fille et est devenu de ce fait mon gendre et, par voie de conséquence, ma belle fille est devenue ma belle mère. Vous me suivez ?

Avec ma femme, nous avons donné naissance à un fils. Ce dernier est donc le fils de la mère de la femme de mon père, donc le beau frère de mon père, mais aussi mon oncle puisqu’il est le frère de ma belle mère. Dès lors, mon fils est devenu mon oncle. Vous me suivez toujours ?

La femme de mon père (ma belle fille et belle mère), vient d’avoir un fils qui est mon petit fils puisqu’il est le fils de la fille de ma femme. Ma fille (issue de ma femme veuve) se trouve être ma mère puisqu’elle est la femme de mon père. Par conséquent, aussi curieux que cela puisse paraitre, je suis le frère de mon petit fils.

Vu que le mari de la mère d’une personne est le père de celle-ci, je suis donc le père de ma mère et le frère de mon fils. C’est ainsi, je n’y peux rien, ce n’est pas moi qui vote les lois.
Et, en espérant que vous n’avez pas décroché, je suis donc… mon propre grand père.

Vous le voyez, nous ne sommes qu’une simple famille, très soudée par ailleurs. Mon rôle central dans cette cellule familiale ne saurait me conférer le titre de gourou. Nous respectons la loi (tous les mariages ont été célébrés devant un officier d’état civil), nous ne troublons pas l’ordre public, nous payons nos impôts et nous contribuons largement à la démographie de la France.

Quant à ce que vous qualifiez la « bizarrerie de notre communauté », vous avouerez que cette caractéristique ne saurait conduire à retenir la qualification de secte à notre égard. A défaut, votre noble organisme atypique relève tout autant du bizarre et de l’insolite au regard de nos institutions et de notre tradition républicaine.

Nous vous serions dès lors reconnaissants de bien vouloir nous ôter de votre fichage. Avec un stock restant de 499 organisations dites sectaires, vous avez largement de quoi satisfaire votre féroce appétit liberticide et ainsi d’utiliser les fonds publics qui vous sont attribués. Fonds auxquels nous participons largement en qualité de contribuable.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs, l’expression de nos salutations familiales les plus empressées.

---------------------

 

Sommaire Haut de page