Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience
Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version
CAP LC 2012
www.coordiap.com

Ecrivez-nous : 37, rue St Léonard 44000 Nantes

contact@coordiap.com
 
 
shim  
 

ÉDITORIAL
CAPLC - Mai 2008

 

Dissuasion nucléaire…. et spiritualités.

Les plus hauts responsables militaires de notre pays, dans le souci louable d’éviter des guerres destructrices et d’assurer la sécurité du pays, ont élaboré et mis en place la fameuse doctrine de la dissuasion nucléaire. C’était au temps de la guerre froide quand notre planète était divisée en deux blocs antagonistes. Cette doctrine consistait à surarmer avec des armes destructrices capables de détruire n’importe quel ennemi et d’expliquer, urbi et orbi, que le dirigeant d’un pays agressé aura la volonté nécessaire pour déclencher le feu nucléaire en cas d’attaque sur son sol national.

Mais quelle relation entre cette doctrine et les minorités de conviction ?

Tout d’abord, l’appartenance de certaines personnalités anti-sectes à des comités officiels pour la sécurité nationale laisse à penser qu’il y a bien une relation. Ensuite, la doctrine de dissuasion est basée sur la peur inspirée à un ennemi potentiel. Sans peur, pas de dissuasion. Or, les minorités de conviction, comme toutes les religions d’ailleurs, sont souvent des organisations transnationales qui tissent des relations d’amitiés avec d’autres pays et, de ce fait, peuvent être perçues comme limitant l’effet de la dissuasion.

Il est couramment admis que la dissuasion nucléaire a permis d’éviter un affrontement fatal entre les blocs occidental et soviétique. Mais elle a aussi montré ses limites. De nombreux conflits se sont développés dans diverses régions du monde et perdurent encore aujourd’hui. Le terrorisme est de plus en plus présent et, face à des kamikazes fanatisés et des dirigeants démagogues insouciants de leur population, la dissuasion nucléaire est inopérante parce que basée sur une psychologie simpliste de l’individu, sans tenir compte des multiples facettes de la psyché humaine. Elle veut inspirer la crainte mais sème également la discorde et la haine et, en retour, génère des comportements agressifs et violents. Le recours aux armes conventionnelles et les progrès de la technologie ne permettent pas la résolution durable de cette violence. Des individus isolés et déterminés sont aussi dangereux que des armées. Les militaires impliqués dans ces guerres, les auteurs d’attentats, tous sont des êtres humains et, de leurs pensées et de leurs émotions, dépendent la vie et la mort de nombreuses personnes. Pour contenir les guerres actuelles, il devient nécessaire de trouver des solutions qui prennent en considération les réactions psychologiques des individus, leur humanité en somme.

C’est la nouvelle voie qu’il nous reste à explorer, sans doute le dernier recours, prendre en compte l’humanité de chaque personne, ses pensées, ses émotions et ses aspirations spirituelles. Il s’agit non plus de considérer ses adversaires comme des ennemis à abattre, mais comme des individus à comprendre et avec qui discuter afin de trouver un terrain d’entente. Peut-il exister une autre solution ? Nous pensons que pour trouver une paix totale, cette solution est la seule. Et c’est là que les minorités de conviction peuvent jouer un rôle important.

Et quel rôle jouer ? De même que les religions traditionnelles, les philosophes, les psychologues et les psychothérapeutes, les minorités de conviction sont familières des modes de penser, des aspirations humaines les plus intimes des personnes. Ceci leur permet d’écouter, d’entendre et de comprendre les souffrances et les espérances de tous les acteurs des nombreux conflits en cours. Mais parce que minorités de conviction, elles sont hors des grands courants traditionnels, d’où un gage de neutralité, et elles apportent des idées et des approches nouvelles. Et, de par leurs histoires et leurs origines diverses, elles sont à la croisée des chemins de nombreuses cultures, elles sont des ponts et des chemins de compréhension entre des croyances et des doctrines très diversifiées. Ce sont là des richesses et des compétences encore peu exploitées.

Notre monde est devenu une grande famille. Ignorer les malheurs et les aspirations des uns est source de malheurs et de conflits pour tous. Pour assurer le bonheur de nos enfants et petits-enfants, la seule solution est de prendre en compte les besoins de tous les humains.

Alors peur et confrontation, ou bien dialogue ? Nous, nous votons pour le dialogue.

Sommaire des actualités

CAPLC - CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction