Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience
Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version
CAP LC 2008
www.coordiap.com
 
 
 
shim  
 

ÉDITORIAL

A quoi sert la Miviludes ?
par Paul Vinel
CAP Liberté de Conscience - janvier 2012

 

 

« Dès que leur rapport [de la Miviludes] paraît, ses responsables sont menacés de poursuites, de procès, dont aucun n’aboutit. Ils sont soumis à des pressions désagréables, qui leur font perdre du temps. » Ainsi a parlé le sénateur Alain Anziani, et c’est la raison pour laquelle un projet de loi a été présenté pour accorder l’immunité aux responsables de la Miviludes pour les propos tenus dans leur rapport annuel. Mais à quoi donc la Miviludes utilise-t-elle son temps si précieux ? Que fait-elle donc de si important pour que les parlementaires français proposent une loi liberticide à seule fin de lui faire gagner du temps ? Quels actes remarquables justifient une telle attention ?

Toute l’année écoulée la Miviludes a continué à surfer sur ses discours stéréotypés favoris : attaque frontale contre les Témoins de Jéhovah, critiques insidieuses contre la Scientologie, alertes concernant de supposés enfants en danger et dérives sectaires dans les domaines médicaux et psychothérapeutiques. Sans oublier un thème d’actualité : la fin du monde !

L’année 2011 a été une année faste pour les Témoins de Jéhovah. Ils ont tout d’abord obtenu le droit pour leurs aumôniers de visiter leurs fidèles emprisonnés. Mais surtout, après quinze années de procédures juridiques, toutes perdues, ils viennent de gagner la manche finale contre l’Etat français qui leur réclamait la somme phénoménale de 45 millions d’euros au titre des impôts. C’est une défaite pour la France condamnée par les juges européens, mais cette défaite, notre pays la doit surtout aux jusqu’au-boutistes de la Miviludes et à leurs positions intransigeantes. Et cela fait grincer des dents les responsables de la Miviludes : « mon sentiment est que les responsables des Témoins de Jéhovah, par un abus d'interprétation de cette décision, considèrent qu'il s'agit d'une victoire, comme étant reconnus par la Cour de Strasbourg comme une religion. » déclarait M. Georges Fenech, président de la Miviludes. Et pourtant telle est bien la réalité.

Contre la Scientologie, la Miviludes a adopté une stratégie plus insidieuse. C’est avec sa collaboration que la Chancellerie a émis une circulaire sur « la vigilance et la lutte contre les dérives sectaires » et visant implicitement la Scientologie. Celle-ci a estimé que la séparation entre le pouvoir exécutif et le pouvoir judiciaire n’avait pas été respectée et a déposé plainte auprès du rapporteur spécial des Nations unies sur l'indépendance des juges. Une nouvelle condamnation de la France en perspective ? En début d’année la Miviludes avait également déclenché une tempête dans un verre d’eau en révélant une modification législative qui interdisait la dissolution d’une personne morale, donc de la Scientologie contre laquelle justement la dissolution était requise. La faute à la Scientologie tonnait M. Fenech : « à chaque procès de la scientologie, il se passe un événement hors norme... L'an dernier, c'est carrément la dissolution qui a disparu du Code pénal ! » Et c’est vrai qu’il y avait anomalie : déjà des années auparavant l’administration juridique avait égaré un dossier sensible, et cette fois les parlementaires ont voté une loi les yeux fermés sans vérifier son contenu.

Et il y a les enfants : selon M. Fenech plus de 50000 seraient victimes de violences sectaires. Déjà en 2006 M. Fenech avait présidé une commission parlementaire « enfants et sectes ». Les services de l’Etat interrogés avaient recensé moins de dix cas potentiels d’enfants en danger. M. Fenech généreux avait lui conclu à 80000 enfants en danger dans son rapport final. L’année écoulée, la France sous l’instigation de la Miviludes a obtenu du Conseil de l’Europe la mise en place d’une commission d’enquête sur « la protection des mineurs contre l’influence des sectes ». Celle-ci sera présidée par le député français Rudy Salles. Incontestablement une victoire pour les tentatives d’endoctrinement et les thèses stéréotypées de la Miviludes. Mais victoire décisive ou seulement victoire d’étape ? Nous espérons la deuxième alternative.

Egalement, il y a eu les nombreuses mises en garde contre les médecines alternatives alors même qu’en France la loi Kouchner garantit le libre accès à toutes les médecines. Et surtout, cerise sur le gâteau pour cause de calendrier maya, la Miviludes a participé au syndrome 2012. Sous le prétexte de mise en garde elle a tout fait pour populariser le thème éculé de la fin du monde. Pompier pyromane pour mieux faire parler d’elle !

Pourtant, malgré ses nombreux coups d’éclat médiatiques, la Miviludes est restée remarquablement silencieuse au sujet de plusieurs dossiers d’actualité en relation avec sa mission officielle. Citons tout d’abord le cas du proxénétisme, un cas typique d’abus de faiblesse de jeunes femmes sans défense par des voyous sans scrupule. Ce thème avait été évoqué lors de l’affaire du Carlton de Lille et lors de la proposition de loi de pénalisation des clients de prostituées. Silence de la Miviludes ! Silence encore au sujet de l’affaire Bettencourt. La fille de la femme la plus riche de France a accusé l’entourage de sa mère d’abus de faiblesse à l’écart de celle-ci. Silence pour l’affaire du Médiator et surtout silence et apathie totale pour ce qui est de donner une définition à la notion de « dérives sectaires ». Il en va pourtant de la mission officielle de la Miviludes !

En 2011 l’Allemagne a fortement réduit son chômage à son niveau le plus bas depuis 20 ans : 7,1 % pour 9 % en France. Aussi elle ne dispose pas d’une Miviludes qui invente de faux problèmes, génère la zizanie et diabolise les personnes innovantes.

Alors à quoi sert la Miviludes ?

 Partager

Sommaire des actualités

 

CAPLC -

 

 

CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de thérapeutique