Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience
Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version
CAP LC 2008
www.coordiap.com
 
 
 
shim  
 

ÉDITORIAL

Terre du Ciel, prélude au Quaternaire
par Paul Vinel
CAP Liberté de Conscience - mars 2010

 

Dans l’histoire des activités humaines et de leur organisation, le secteur primaire a été le premier à apparaître : les humains satisfaisaient leurs besoins essentiels grâce à la chasse, la cueillette et une agriculture naissante. Le secteur secondaire apparut longtemps après, quand le besoin en armes plus évoluées et en nouveaux outils agricoles se fit pressant. Certains se spécialisèrent dans ces nouvelles activités et devinrent artisans. Ils se développèrent et se diversifièrent et, leur nombre croissant, à nouveau des besoins inédits apparurent : s’organiser, commercer, légiférer. Des chefs de travaux, des entrepreneurs, des marchands puis des hommes de loi apparurent et se multiplièrent. Ceci marqua l’arrivée du secteur tertiaire. Aujourd’hui il est le secteur d’activités le plus important.

Ceci illustre qu’un nouveau secteur d’activités apparaît dès lors qu’il existe des nouveaux besoins non encore satisfaits. Aujourd’hui notre civilisation est en crise et se cherche un nouvel avenir, de nouvelles raisons d’exister. Ne seraient-ce les interminables conflits armés et les luttes de pouvoir, nous aurions la capacité de nourrir la population entière de notre planète, de lui fournir toute l’aisance matérielle qu’elle souhaite. Et cependant tel n’est pas le cas ! Chacun de nous ressent comme un besoin indéfini et inassouvi, l’envie d’une nouvelle civilisation qui nous permettrait de sortir de l’impasse actuelle où nous nous débattons. Nous savons que notre humanité est à un tournant de son évolution : disparaître ou évoluer, mais dans quelle direction ? De quoi avons-nous vraiment besoin ? Après avoir domestiqué et exploité la Terre de toutes les façons possibles, après avoir exploré toutes les contrées, après avoir voyagé dans l’espace, il est un domaine que nous ignorons : nous-mêmes, notre âme immatérielle ! Nous ne savons rien de notre nature profonde, ou si peu. Nous sommes insatisfaits mais ignorons même ce que nous recherchons. Coups de foudre et divorces se succèdent. Nous continuons jour après jour à être les jouets de nos envies, de nos peurs et de nos passions. Rares sont ceux capables de conduire leur propre vie, de résister à leurs pulsions et de se libérer de leurs addictions ! Nous sommes incapables de nous rendre heureux, et même de seulement vivre en paix et dans la tolérance avec nos voisins.

Toutes les conditions sont réunies pour l’émergence d’un nouveau secteur d’activités que nous appellerons secteur quaternaire tout naturellement. Il sera source d’emplois nouveaux et il devra permettre de mieux nous connaître et de nous domestiquer nous-mêmes pour trouver enfin en nous la recette de ce bonheur tant convoité. Cela fait écho à une vieille légende indienne : Brahma, le maître des dieux, décida de retirer aux hommes leurs pouvoirs divins parce qu’ils en avaient abusé, et de les leur cacher. Mais où ? Il choisit de les cacher au plus profond de l’homme lui-même, le seul endroit où il ne pensera jamais à les chercher. Et depuis ce temps-là, conclut la légende, l'homme explore, escalade, plonge et creuse, à la recherche de quelque chose qui se trouve en lui.

En fait ce secteur quaternaire a existé de tous temps, il a façonné de nombreuses civilisations dans le passé mais il est resté l’apanage d’une petite minorité. Il a été le domaine réservé des sorciers et des chamanes, des artistes, des religions et …des sectes. Mais aujourd’hui ce secteur quaternaire se popularise et tel un tsunami que rien ne pourra arrêter, s’étend partout et se répand dans tous les domaines de la vie, inéluctablement. L’évolution du paysage religieux, l’apparition de nouvelles sectes, les médecines parallèles, les nouvelles psychothérapies en sont quelques-unes des manifestations visibles. Terre du Ciel en est une autre et sa visite par des gendarmes armés témoigne de la peur de ceux qui observent ces changements et craignent pour leur pouvoir et leurs richesses. A ce propos Mme Catherine Picard avait déclaré : « Nous avons reçu des appels d'associations et d'élus qui se posent des questions sur ce centre [Terre du Ciel]. Celui-ci ne pose pas de problèmes en tant que tels. Mais, ce qui est très discutable, c'est la nature des propositions de stages comme la kinésiologie, le décodage biologique, ou bien la “mémoire cellulaire”. Des pratiques qui ont déjà défrayé la chronique judiciaire. » Justement les stages tels ceux de Terre du Ciel permettent d’explorer la nature « immatérielle » de l’humain. Les novateurs ont toujours dû faire face aux craintifs et aux peureux. Cela est resté vrai.

Brahma, le maître des dieux avait choisi de cacher la nature divine de l’homme au plus profond de lui-même, le seul endroit où il ne devait jamais penser à la chercher. Mais aujourd’hui, après avoir exploré, escaladé, plongé et creusé, des hommes se sont retournés sur eux-mêmes afin de se découvrir dans leur véritable réalité, une nouvelle révolution en marche.

 

 

 

Sommaire des actualités

 

CAPLC -

 

 

CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de thérapeutique