Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
ONG avec statut consultatif spécial auprès de l'ONU
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version

Ecrivez-nous : 117, rue de Charenton, 75012 Paris

contact@coordiap.com
 
 
shim  
 
ÉDITORIAL - MARS 2003
 


Panne démocratique

Alors que dans nos sociétés, tout le monde se réclame aujourd'hui de la démocratie, de façon souvent incantatoire, il convient de préciser que, au-delà des bulletins de vote, l'idée de démocratie est tout d'abord rattachée à la libre expression d'opinions, même minoritaires, et à un respect des choix de vie, surtout lorsqu'ils touchent à la conception spirituelle du monde.

Or, force est de constater qu'aujourd'hui en France, la plupart des minorités spirituelles sont attaquées, montrées du doigt et qu'elles se voient discriminées dans leurs activités les plus élémentaires (locations de salles, éducation, réunions) sans qu'elles aient le droit à la parole.
En effet, que ce soit dans les médias, à l'assemblée, au gouvernement ou au niveau local, on s'aperçoit que la libre expression leur est systématiquement refusée et que des commentateurs autorisés " interprètent " cette réalité pour le reste de la population. (Beaucoup de spécialistes indépendants témoignent également qu'ils se voient refuser la parole, quand celle-ci ne correspond pas à ce que l'on veut entendre). Nous assistons, selon la belle formule du Pasteur Dominique Kounkou, à une " panne démocratique ".

On pourrait remarquer que, très curieusement, cette prérogative que le pouvoir et les médias s'octroient sur les consciences touche de près à l'activité de guérison, qu'elle soit proprement physique dans le cas des médecines alternatives, ou plus spécifiquement d'origine spirituelle.
La religion et la médecine subissent la même volonté de contrôle et d'orthodoxie.
Ainsi, l'Etat, omniscient, omniprésent, voudrait savoir jusque dans le secret des cœurs et des foyers si ses sujets n'auraient pas fauté en cherchant le salut et la guérison hors des préceptes et des dogmes autorisés.

Il nous faut donc persévérer pour récupérer le droit fondamental d'exprimer librement, en paroles ou en actions, nos convictions et nos choix de vie, et pour que les aspirations croissantes de la population vers un renouveau du sens puissent s'orienter en fonction de l'ensemble des tendances et recherches, au-delà du Credo laïque qui " neutralise " par avance toute pensée hors norme.

Sommaire des actualités