Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
ONG avec statut consultatif spécial auprès de l'ONU
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version

Ecrivez-nous : 117, rue de Charenton, 75012 Paris

contact@coordiap.com
 
 
shim  
 
ÉDITORIAL - DÉCEMBRE 2003
 


De l'emprise mentale

Certains mènent en France une véritable chasse aux idées hors dogmes, recourant parfois à de véritables " dragonnades ", comme les descentes musclées des soldats de Louis XIV pour terroriser les hérétiques - voir nos enquêtes enq31.htm et enq32.htm.
Un argument souvent utilisé est le danger " d'emprise mentale " que pourraient engendrer certaines théories ou groupes (près d'un millier en France, au rythme ou vont les choses).

Et pourtant, plus on questionne certains choix officiels, plus on prend conscience combien les décideurs et leurs exécutants sont eux-mêmes imbibés d'une pensée dogmatique, peu curieuse, " cartésienne " comme on dit. Contrairement à ce qu'on pense, Descartes prônait la découverte de la vérité par le seul raisonnement, en partant de " vérités évidentes ", ce raisonnement " déductif " ne reposant pas sur des expériences concrètes.

Ainsi, des générations d'écoliers, au look de petits soldats, ont investi les écoles dont l'apparence, la pratique et les idées étaient calquées sur les casernes, dans le but d'apprendre ces " vérités évidentes " et leurs applications - vérités évidentes du XIXè siècle qui se révèlent fausses aujourd'hui les unes après les autres.

Si la France a du mal à se débarrasser de son centralisme laïco-cérébral, de " droit Républicain ", c'est que les enseignants eux-mêmes ont été élevés dans la vénération de cette grande tribu semi-paranoïaque et guerrière, colonialiste, plutôt raciste, la France de la fin du XIXè siècle.

Et pourtant, c'est sûrement dans le courant style " pensée unique " qu'il faut véritablement trouver l'archétype de " l'emprise mentale ". Tel homme politique n'osera pas proférer que certaines idées sont intéressantes par peur qu'on ne le " catalogue ". Tel présentateur ou journaliste s'auto-censure en permanence pour ne pas choquer sa direction - et garder son travail. Mais un fait plus horrible illustrant bien cette véritable emprise mentale omniprésente, nous est rapporté dans le livre " Histoire d'une fatwa scientifique " de Monique Beljanski :
un président local de l'Ordre des médecins utilisait pour sa femme les fameux produits du Pr Beljanski contre le cancer, avec de bons résultats. Quand il fut question de lui demander de témoigner, il prit alors ses distances tout d'un coup, sa femme arrêta son traitement et mourut peu de temps après. Telle était la force de cette pensée unique, que la perspective de la mort de son conjoint n'était pas suffisante pour avoir la force de dire " non " !

La Liberté de conscience, c'est la liberté personnelle de remettre en cause les vérités toutes faites et d'avoir le courage de dire ce que l'on croit. Comme disait André Gide : " Dans un monde où tout le monde triche, c'est l'homme vrai qui fait figure de charlatan."

Lettre d'info n°12 (fichier pdf)

Les actualités de décembre 2003

Sommaire des actualités