Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
ONG avec statut consultatif spécial auprès de l'ONU
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version

Ecrivez-nous : 117, rue de Charenton, 75012 Paris

contact@coordiap.com
 
 
shim  
 
ÉDITORIAL - OCTOBRE 2004
 

 

Pas de droit à la défense ?

Nous savions déjà que, à la différence de la plupart des pays occidentaux, la constitution de la France ne répond pas à la définition de démocratie, ayant placé la justice dans un statut qui la subordonne aux ordres et directives de l'exécutif (les fameux " procès sensibles "). Le remplacement récent de 12 magistrats supérieurs jugés peu dociles, toutes sensibilités politiques confondues, par le ministère de la Justice nous l'illustre encore s'il était permis d'en douter.

Mais s'il restait encore des juges intègres, respectueux des libertés de pensée et de conviction, alors la MIVILUDES est là pour saper toute velléité de résistance. Nous publions sur notre site une plaquette éditée par la MIVILUDES qui résume à merveille la stratégie de cet organisme, otage évident des plus enragés de l'hystérie contre les " dérives sectaires ". On y trouve clairement une stratégie de contournement de la justice, qui instaure une surveillance, appuyée sur une délation encouragée, doublée d'un harassement administratif et policier.

Cet organisme s'érige donc en tribunal " sauvage " rendant des sentences au gré des opinions et inimitiés d'une poignée de militants extrémistes, de faits souvent inventés, d'erreurs de noms et d'appartenances. Des messages et dossiers sont même transmis directement à la presse, qui violent allègrement notre constitution en diffamant et en s'affairant à créer dans la population un rejet non raisonné de centaines d'idées, philosophies, thérapies et croyances, suivant une rhétorique qui n'est pas sans rappeler les grands régimes totalitaires du XXè siècle.

Dans ce schéma, pas de doit à la défense, pas de contradiction entre accusés et accusateurs, simplement un diktat de mise à l'index qui vaut ruine et exclusion sociale dans bien des cas.

On a retrouvé cette absence de contradiction dans un " séminaire " sur 6 mois, transformé en tribune pour extrémistes. On retrouve cet extrémisme chez un membre phare de la MIVILUDES, J.P. Brard, qui, non content d'avoir essayé de salir la réputation d'un certain nombre d'artistes, de médecins et d'hommes politiques cet été, a eu tout récemment cette réaction digne des pays de l'Est - qu'il affectionnait tant autrefois - en signalant officiellement à la police et en menaçant un citoyen qui avait pris rendez-vous avec son député pour lui parler de ses problèmes de discrimination. La MIVILUDES est clairement engagée et mouillée quand elle tolère et couvre les comportements liberticides de ses membres.

Comme le rappelait la MIVILUDES dans l'introduction de son fameux séminaire, " la France est le pays de la Liberté de conscience absolue ".

Heureusement, parce que sinon...

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------
Les actualités d'octobre 2004
Sommaire des actualités

CAPLC - CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction