Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience
Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version
CAP LC 2012
www.coordiap.com

Ecrivez-nous : 37, rue St Léonard 44000 Nantes

contact@coordiap.com
 
 
shim  
 

ÉDITORIAL
CAPLC - septembre 2007

 

 

Ordre, quand tu nous tiens !

« Un médecin de la prison de Caen reconnaît avoir prescrit du Viagra au violeur pédophile » - Le Monde, 19/08/07… le conseil de l’ordre intervient pour rappeler le secret médical… et annonce qu’il convoque le médecin incriminé. Ce dernier recevra-t-il le même sort que les chirurgiens responsables du décès de Amélie Birembeaux ?

« Non-lieu "psychiatrique" pour Romain Dupuy, l'auteur présumé du double meurtre de Pau » - Le Monde 28/08/07. Sorti de l’hôpital psychiatrique (sur autorisation médicale), il y retourne et tue deux infirmières… il n’y aura pas de réparation pour les familles des victimes. Mais comment se discute la responsabilité des médecins qui ont autorisé la sortie de Romain Dupuy ? Rendront-ils compte de leur décision ?

« Du rififi au Conseil de l’ordre de Paris » titre le Parisien en février de cette année, s’alarmant des dérives financières du conseil départemental de Paris : luttes de pouvoir, malversations financières, indemnités énormes allouées à certains membres et notamment au président, sont le quotidien de cette institution qui se veut garante de l’ordre et de la probité !

« Le Conseil de l’Ordre est une institution fantoche arc-boutée sur l’intérêt des médecins. Ils ont blanchi leurs pairs, c’est scandaleux»… : mai 2007. Les chirurgiens responsables de la mort de cette fillette de 9ans, opérée d’une appendicite et victime « d’une vertigineuse chaîne de ratés médicaux » sont blanchis en appel au conseil national de l’ordre des médecins, malgré des expertises médicales irréfutables.

« 100 ans de Tour de France, un siècle de dopage » écrit le Suisse Alberto Montesissa en juin 2003 dans le journal de même nationalité Allez Savoir….produits thérapeutiques et produits dopants, où est la limite ? Quand les coureurs sont sanctionnés pour contrôle positif, quand ils meurent dans des conditions pitoyables, qu’en est-il des médecins qui leur ont prêté main forte dans leurs prescriptions, leurs injections, et les ont condamnés à la dépendance ?

Rappelons que les médecins incriminés dans le scandale du sang contaminé n’ont pas été sanctionnés non plus par le Conseil de l’Ordre ; y aurait-il un code déontologique à double entrée, une pour les médecins conventionnels, et une pour les autres ? Car si cela était, il s’agirait tout simplement de discrimination.

Et c’est un délit.

Sommaire des actualités

CAPLC - CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction