Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience
Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version
CAP LC 2012
www.coordiap.com

Ecrivez-nous : 37, rue St Léonard 44000 Nantes

contact@coordiap.com
 
 

Les Eglises chrétiennes
dans le collimateur en France

Un espionnage digne des ex-pays soviétiques : Selon un reportage de George Thomas sur CBN News, le 26 février 2002 : dans une des démocraties les plus anciennes en Europe, la France, les libertés religieuses sont de plus en plus violées.

Ainsi, dans cette église Evangélique de Mulhouse, des milliers de fidèles se réunissent le dimanche matin pour prier et entendre parler de Dieu. Cette scène est familière et se répète chaque semaine dans tout le pays et dans le monde entier. Mais en France, cette Église est depuis peu surveillée, espionnée. Le Pasteur Samuel P., missionnaire, confirme ensuite que " maintenant en France, il est très difficile de prêcher l'Évangile ". Des agents des Renseignements Généraux, s'introduisent dans les cérémonies de son église, ils surveillent, écoutent et notent ce qui est dit.

Les Églises Évangéliques ne sont pas les seules ainsi espionnées : l'émission cite les Églises Baptistes, les Protestants, les Mormons, les Témoins de Jéhovah qui seraient aussi surveillés par les Renseignements Généraux. "
A mon avis, le but de la nouvelle loi est l'achèvement de la Révolution française - l'extermination de la religion dans la vie publique en France et l'ouverture de la porte à une société purement laïque, " déclare Joël Thorton, du Centre européen pour la Loi et la Justice basé à Strasbourg. Thorton craint que la loi " anti-sectes " puisse même criminaliser l'Évangélisme en le considérant comme l'exercice de " pressions sérieuses et répétées. "
Le Pasteur Vince Easterman, dont l'Église Évangélique de Paris était parmi celles qui sont inscrites sur la liste noire, déclare enfin : " Les Églises qui aident traditionnellement les déshérités courent le risque d'être reconnues pénalement coupables. S'en prendre à la jeunesse est aussi illégal. Si nous voulons avoir une église pour enfants, une école du dimanche, ceci peut être interprété comme une influence sur des mineurs, " ajoute-t-il. " Si nous travaillons vraiment pour des vieillards, c'est s'attaquer à des personnes vulnérables. Si nous voulons avoir un moment de prière et de jeûne - cela est perçu comme une privation d'alimentation et de sommeil."

Les anti-religieux français lutteraient contre ... une conspiration (sic) : Interrogée par la même chaîne de télévision, Catherine Picard, auteur de la loi discriminatoire française, affirme contre toute évidence que " Le prosélytisme n'est pas autorisé par le gouvernement français. Quand des groupes religieux parlent d'avoir le droit de faire du prosélytisme - l'administration locale peut autoriser de telles activités mais en réalité de telles pratiques sont illégales. "
Elle devrait réviser sa Constitution qui affirme haut et fort le droit d'expression d'opinions et d'idées. Elle affirme également avoir rencontré le responsable des affaires religieuses en Chine dont on connaît la politique répressive inhumaine. " L'Europe est très concernée par la protection de ses démocraties, " continue-t-elle - là, on a du mal à suivre - les minorités religieuses constituent, selon elle, " une cabale contre les démocraties européennes. "

On commence à mieux saisir l'irrationalité complète dans laquelle baigne la croisade anti-religieuse actuelle. On n'est pas loin de la hantise du Diable au Moyen-âge.