Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience
Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version
CAP LC 2012
www.coordiap.com

Ecrivez-nous : 37, rue St Léonard 44000 Nantes

contact@coordiap.com
 
 
shim  
 

ENQUÊTES

 

Le jour où la République trembla.

D'après " Un ethnologue au Mandarom ", de Maurice Duval, puf.


Dans son livre, Maurice Duval raconte cette anecdote, caractéristique de la véritable psychose irrationnelle qui prévalait jusque tout récemment jusqu'à la tête de l'Etat français.

Le 29 Janvier 1998, les aumistes (adeptes du Mandarom) ont décidé de remettre un dossier prouvant leur bonne foi, contenant des preuves montrant qu'ils subissaient une discrimination, ainsi que des livres du fondateur.
Le groupe, composé de 6 membres dont 4 en habit d'évêques du Mandarom, arrive devant le Ministère de la Justice. Le dossier est déposé sans problème. Les membres de la délégation prennent ensuite le chemin de l'Elysée.

Ils sont interceptés par des policiers en civil qui les préviennent qu'ils seront arrêtés s'ils poursuivent leur démarche, pour manifestation non autorisée.

L'avocate demande alors à accomplir les démarches adéquates pour ne pas être en infraction. Tous les participants se rendent donc à la Préfecture de police, toujours escortés par deux policiers.
Ils sont bloqués un moment dans le sas d'entrée, puis sont conduits toujours sous escorte dans une salle où vient les rejoindre le sous-directeur à l'ordre public.
Celui-ci leur dit qu'ils sont en infraction pour avoir " manifesté sur la voie publique ".
La présidente du Mandarom propose de diminuer la délégation à trois personnes. Elle se voit répondre que " ce serait encore une manifestation ".
Elle suggère que deux personnes s'y rendent. " Ce serait encore une manifestation ". Elle propose alors d'y aller seule, accompagnée d'un huissier. On lui répond que ce serait encore une manifestation, et que ses habits sacerdotaux sont une circonstance aggravante.

Toute la scène se déroule sous la Déclaration des Droits de l'Homme, accrochée sur un mur.
Les aumistes renoncent et confient leur dossier au seul huissier qui dépose le dossier.
L'Elysée refuse de le prendre.