Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience
Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version
CAP LC 2012
www.coordiap.com

Ecrivez-nous : 37, rue St Léonard 44000 Nantes

contact@coordiap.com
 
 
shim  
 

belgique BELGIQUE :
POLITIQUES ET MOUVEMENTS RELIGIEUX CONTESTÉS
UNE ÉTUDE ESSENTIELLE

 
Le texte complet : enq socio belge.pdf pdf
 


Cette étude récente réalisée par le Centre de Psychologie de la Religion pour le compte de la Politique Scientifique Fédérale de Belgique porte sur les " MRC ", (Mouvements religieux contestés). L'objectif était d'éclairer des choix de conduite politique face à l'émergence de groupes spirituels non traditionnels.

L'enquête, qui a permis d'interroger quelques centaines de membres de groupes ou de personnes en quête sans appartenance, note d'emblée qu'il n'y a pas de techniques spécifiques de " manipulation ", qui seraient propres aux mouvements religieux, et que l'attractivité supposée des mouvements, leur emprise et les changements de personnalité souvent évoqués sont beaucoup plus faibles que supposés, comme attesté par le fort turn over.

Bien que l'on puisse regretter qu'elle reprenne la thèse des suicides collectifs(1), elle représente néanmoins un point de vue équilibré sur le sujet.

Adhésion à un mouvement

Pour ce qui est de l'adhésion, on retrouve les facteurs psychologiques classiques de la conversion aux religions traditionnelles : événement négatif marquant, besoin de repères clairs (un besoin de repères n'implique pas une pensée simpliste et peut s'accompagner de complexité).

Par statistiques, il apparaît que l'appartenance à un MRC a un effet positif sur le bien-être, que ce type de croyances favorise l'adaptation à la société et la confiance dans la bienveillance des autres, et qu'elle mène à une logique de justice. Ce type de croyances a également un rôle structurant, et engendre plus d'optimisme face au futur.

On note chez les membres de ces mouvements une amélioration des relations familiales ainsi qu'une qualité positive du rôle du couple. Plus généralement, l'appartenance à un tel mouvement a un impact positif sur la santé mentale, y compris sur les ex-membres (moindre fréquence de troubles mentaux que dans le reste de la population.)

Si l'on constate une tendance à un besoin de réponses claires et des codes de vie assez précis (" clôture cognitive " en jargon psychologique), le revers peut conduire à un besoin de groupes homogènes.

Sortie du mouvement

Si la sortie d'un groupe comportant de forts repères communs peut être déstabilisante, la plupart des ex-membres trouvent en général la force de reconstruire leur vie selon d'autres repères. Beaucoup ne vivent pas cette expérience passée dans le groupe comme négative, et la rupture s'apparente dans bien des cas à une rupture amoureuse, engendrée par des motifs éthiques et personnels plus que par un abandon de croyances : les ex-membres sont en général toujours " croyants ", portés sur la spiritualité, et envisagent même de nouvelles expériences similaires.

Attitude de la société

On trouve deux grandes tendance par rapport à ces mouvements :

1. Ceux qui s'appuient sur une logique de défense de l'ordre (sécuritaire) et d'autoprotection. Ceux-là prônent des mesures légales offensives.

2. Ceux qui se préoccupent plus de l'autonomie des individus. Ceux-là ne croient pas à l'utilité d'une loi

Etude des politiques antérieures face aux MRC

Vu la complexité et l'ambivalence de la réalité de ces mouvements contestés, la politique de stigmatisation semble contre-productive. Ce domaine se situe à l'intersection de dérives potentielles et de légitimité (liberté religieuse, liberté des cultes) et nécessite une approche fondée sur des incertitudes, plutôt que sur des approche dogmatiques (prévention par la stigmatisation).

Dans cette incertitude (dérives potentielles, mais facteurs de bien-être structurant des sujets, liberté de convictions), l'étude recommande un principe de précaution intelligent et une démocratisation des études sur le sujet. Une politique créant des dispositifs participatifs ouverts, établissant des passerelles entre les acteurs (groupes, membres, familles, gouvernants), des apprentissages collectifs, une coopération semble plus adaptée à résoudre les problèmes d'intégration de ces nouveaux mouvements et tendances. En résumé, établir des " dispositifs de démocratie incitative ", dans un esprit inclusif.

Vers des dispositifs de démocratie incitative

Les auteurs préconisent de transformer le 'Centre d'information et d'avis sur les organisations sectaires nuisibles' vers un Haut Conseil centré sur la liberté de religion et de convictions. Un certain nombre de dispositifs auraient pour but de stimuler les intéressés à la construction en commun de situations au moins partiellement partagées (les membres, ex-adeptes, familles, associations, défense des droits de l'homme, pouvoirs publics, experts), et d'abandonner le seul jeu des rapports de forces propre aux polémiques sociales.

Parallèlement, faire évoluer le régime belge des cultes pour en faire un instrument plus fin de gestion de la complexité, qui substituerait un régime plus ouvert, à plusieurs étages, au régime binaire actuel de cultes reconnus ou non.

Au niveau " micro-social ", les structures de médiation (familiale et interculturelle), reprenant les techniques de médiation familiale, permettrait de résoudre les tensions, rendant équitablement la parole à tous les intéressés. En contrepartie, inscrire la démarche des groupes spirituels dans une charte de conduite éthique et au sein de balises juridiques équilibrées qui respectent les droits de chaque partie.

Commentaire : une étude essentielle qui reprend nombre de thèmes et propositions que Cap LC promeut, s'appuyant sur une méthodologie propre à convaincre des instances politiques.

(1) Les publications de documents déclassés par l'armée américaine ont montré la forte implication des services secrets dans les deux supposés suicides collectifs de Guyana et de Waco. L'affaire du Temple Solaire semble mener à des conclusions similaires (voir par exemple le film de Yves Boisset diffusé sur FR 2 le 2 février 2006).

(1) Les publications de documents déclassés par l'armée américaine ont montré la forte implication de l'armée dans les deux supposés suicides collectifs de Guyana et de Waco. L'affaire du Temple Solaire semble mener à des conclusions similaires (voir par exemple le film de Yves Boisset diffusé sur FR 2 le 2 février 2006).

 

 

 

Sommaire des enquêtes
CAPLC - CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction