Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience
Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version
CAP LC 2012
www.coordiap.com

Ecrivez-nous : 37, rue St Léonard 44000 Nantes

contact@coordiap.com
 
 
shim  
 
discri
ACTUALITÉS SUR LE GRILL
 


Sommaire des actualités

--------------------------------------------------------------------

Collectif de parents pour la protection du droit de l’enfant et de la famille A la liberté de religion.

Un collectif de parents appartenant à différentes familles spirituelles et thérapeutique s'est constitué. Ces parents ont été très choqués par le questionnaire envoyé par la commission d’enquête parlementaire. Ils ont décidé de ce réunir dans un comité ad hoc pour faire valoir leur droit à éduquer leurs enfants dans les convictions de leur choix. Ce collectif a donc décidé de faire parvenir à son tour un questionnaire à la commission d’enquête. Vous pourrez trouver ce questionnaire sur le lien suivant :

http://collectifparents2006.blogspot.com/

Contact : collectifparents2006@yahoo.fr

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Communiqué de presse du 27/10/06

Une commission d’enquête parlementaire de trop !

La Commission d’enquête parlementaire sur les enfants au sein des minorités de conviction vient d’auditionner son dernier témoin le 25 octobre. Après les déclarations fracassantes de plusieurs représentants ministériels confirmant la vacuité du phénomène visé par la commission, on peut considérer que la représentation nationale a gaspillé à la fois son temps et l’argent du contribuable.

Espérant redynamiser la lutte contre les minorités de convictions, quelques députés avaient pensé bon d’utiliser l’Assemblée Nationale comme une tribune pour redonner vie au « mythe des sectes » qui s’essoufle depuis ces dernières années.

La cause était entendue et cette commission ne devait être qu’une formalité : aucun sociologue, aucun universitaire, aucun représentant religieux, aucun représentant des groupes visés par la commission, aucun représentant d’associations de Droits de l’Homme, ne fut entendu par la commission.

Tout cela était sans compter sur la ténacité des faits.
Des représentants ministériels parlant sous serment ont pourtant relaté cette réalité.

Déclarations de M. Dupuis, Inspecteur Général de l’Education nationale :
« Pour l’année scolaire écoulée les inspecteurs d’académie ou les recteurs ont procédé à 19 000 signalements auprès des Procureurs de la République, concernant des enfants que l’on estimait être en danger pour diverses raisons, physiques, morales, etc. ... Et lorsque nous avons demandé aux inspecteurs d’académie quels étaient, parmi ces enfants en danger, ceux qui l’étaient à cause de mouvements sectaires, ils nous ont répondu qu’il y en avait 8 » ! 8 sur 19 000 soit 0,0421 % des cas !!!!.

ou encore :
« J’ai l’habitude de dire pour l’Education Nationale que les enfants des Témoins de Jéhovah sont des … des élèves parfaits … ils sont parfaitement disciplinés, ils travaillent … c’est pas d’eux qu’on va avoir des problèmes »
Déclarations de Monsieur Polivka, Inspecteur Général de l’Education nationale,“Vous posez une question précise sur les Témoins de Jéhovah … je confirme ce que dit mon collègue … jamais nous n’avons eu de signalement d’enseignants, de parents d’élèves, d’élus nous alertant sur le comportement des enfants Témoins de Jéhovah”
Déclarations de Madame Le Bihan, Directrice adjointe du service des français à l’étranger, Ministère des affaires étrangères « J’ai recherché tout ce qui pouvait concerner ce qui vous intéresse aujourd’hui [les sectes]. J’ai trouvé présence ou trace d’un lien avec un comportement sectaire [dans] 2 cas. Dans le cadre de madame Gettliff, c’est elle qui les [les enfants] a enlevés finalement [à son mari membre d’une minorité religieuse] » Soit 1 cas pour 198 pays constituant la communauté internationale !!!

Déclarations de Monsieur Didier Leschi, Chef du Bureau central des cultes au Ministère de l’Intérieur :
En l’état actuel de la jurisprudence, ils [les Témoins de Jéhovah] ont le droit de bénéficier du statut d’association cultuelle” puis :
« Il faut y ajouter la Convention européenne des droits de l'homme qui indique que l'Etat respectera le droit des parents d'assurer cette éducation et cet enseignement conformément à leurs convictions religieuses ou philosophiques. Le cas échéant, le non respect de ces obligations pourrait constituer une atteinte aux personnes, susceptible de sanctions et un trouble à l'ordre public si ce non respect est systématisé dans un cadre associatif. »
Cependant, après ce fiasco, Martine David, l’une des principales activistes de la Commission,  déclarait que « les dérives sectaires INCONTESTABLEMENT existent » mais qu’il y a une certaine « difficulté à les prouver (sic)».
Pendant ce temps les banlieues brûlent, la violence envahit les écoles, le trafic de drogue prospère, la pornographie atteint les jeunes enfants, les adolescents se suicident….


La brochure Les anomalies d’une Commission d’enquête parlementaire est disponible en format pdf sur notre site internet.

Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience

Thierry Bécourt, porte-parole de CAPLC, tél. 06 84 52 76 29.

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

La Commission des Citoyens pour les Droits de l’Homme (CCDH)

nous informe qu’elle organise une marche pacifique sur le thème de : « La psychiatrie répressive utilisée pour contrôler la population ».

La Marche aura lieu le samedi 4 novembre de 13h à 15h,

lieu de départ : le parvis de la gare Montparnasse.

Pour tout renseignement : 01 40 01 09 70.

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

COMMUNIQUE

Le mythe “des sectes”, né dans les années 70, malmené à l’Assemblée Nationale.

Le 17 octobre 2006 a-t-il marqué la fin du mythe “des sectes” à l’Assemblée Nationale ? Alors même que la commission d’enquête parlementaire présidée par le député Georges Fenech était sensée alimentér le mythe “des sectes”, les déclarations de plusieurs représentants ministériels montrent que le “problème des sectes” n’est que le produit de l’imagination des quelques députés et agitateurs hostiles aux nouvelles spiritualités.

Mieux qu’une longue explication voici quelques extraits de déclarations faites sous serment au cours des derniers jours devant la commission d’enquête : Monsieur Dupuis, Inspecteur Général de l’Education nationale, entendu le 10 octobre 2006 “Pour l’année scolaire écoulée les inspecteurs d’académie ou les recteurs, ont procédé à 19 000 signalements auprès des Procureurs de la République, concernant des enfants que l’on estimait être en danger pour diverses raisons, physique, morales, etc. ... Et lorsque nous avons demandé aux inspecteurs d’académie quels étaient, parmi ces enfants en danger, ceux qui l’étaient à cause de mouvements sectaires, ils nous ont répondu qu’il y en avait 8” . « Non, j’ai l’habitude de dire … alors c’est vrai que c’est de la provocation … pour l’Education Nationale les enfants des Témoins de Jéhovah sont des … des élèves parfaits … ils sont parfaitement disciplinés, ils travaillent … c’est pas d’eux qu’on va avoir des problèmes ».

Monsieur Polivka, Inspecteur Général de l’Education nationale, entendu le 10 octobre 2006 “Vous posez un question précise sur les Témoins de Jéhovah … je confirme ce que dit mon collègue … jamais nous n’avons eu de signalement d’enseignants, de parents d’élèves, d’élus nous alertant sur le comportement des enfants Témoins de Jéhovah” Madame Le Bihan, Directrice adjointe du service des français à l’étranger, Ministères des affaires étrangères entendue le 17 octobre 2006 J’ai recherché tout ce qui pouvait concerner ce qui vous intéresse aujourd’hui [les sectes], .. j’ai touvé présence ou trace d’un lien avec un comportement sectaire [dans] 2 cas. Dans le cadre de madame Gettliff, c’est elle qui les [les enfants] a enlevés finalement [à son mari membre d’une minorité religieuse]

Monsieur Didier Leschi, Chef du Bureau central des cultes au Ministère de l’Intérieur entendu le 17 octobre 2006 “En l’état actuel de la jurisprudence, ils [les Témoins de Jéhovah] ont le droit de bénéficier du statut d’association cultuelle” Parlant de l’action de la MIVILUDES : « Je crains fort que cette stigmatisation (…) ne constitue à termes des troubles à l’ordre public, ou pour le moins des manifestations d’intolérance à l’égard de l’une des libertés les plus fondamentales de tout homme et de tout citoyen : la liberté de conscience ».

L’association CAP pour la Liberté de Conscience demande la fin de cette mascarade parlementaire menée par une poignée de parlementaires tels que les députés Fenech, Brard et Vuilques.

Notre association a publié un dossier Les anomalies d’une Commission d’enquête parlementaire démontrant l’absolue inutilité de cette Commission d’enquête parlementaire. Ce dossier très bien documenté, s’appuie essentiellement sur de nombreuses déclarations officielles, dont celle du Premier ministre, ainsi que sur des enquêtes concernant la situation des enfants au sein des mouvements thérapeutiques, spirituels et religieux. Ce document met en lumière le coup de bluff des députés initiateurs de cette Commission qui ne fait qu’alourdir un peu plus le budget de l’Assemblée Nationale déjà pharaonique : plus de 500 millions d’euros financés par le contribuable.

Comme le disait un député membre de la Commission des lois avant que celle-ci ne décide de la création de cette Commission surnuméraire : ces commissions « s’apparentent à un ‘marronnier’ parlementaire, comparable aux numéros que la presse consacre régulièrement au marché immobilier ou à la franc-maçonnerie. » Parmi les anomalies dévoilées par ce dossier :

* La précipitation pour créer la Commission : 24 heures
* Le nombre de députés ayant participé aux débats : 10 (soit 1,47 % des députés)
* Les députés votants se sont presque à l’unanimité proclamés membre de la Commission.
* Les enquêtes officielles démontrant l’inopportunité d’une telle Commission.
* En 11 ans, 26 Commissions d’enquête parlementaires ont vu le jour. 3 sur les mouvements thérapeutiques, spirituels et religieux, et 0 sur les sujets accablant les jeunes : drogues, pornographie sur Internet, suicide, pédophilie, violence dans les banlieues !

La brochure Les anomalies d’une Commission d’enquête parlementaire est disponible en format pdf sur notre site internet : http://www.coordiap.com

Pour toute info complémentaire:
http://www.coordiap.com
Thierry Bécourt, porte-parole de CAPLC, tél. 06 84 52 76 29.

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Fausse note à la commission parlementaire

C'est un représentant du gouvernement qui a apporté la première contradiction aux militants zélés et quelque peu interloqués de la commission parlementaire sur les enfants et les dérives sectaires.

En effet, dans le cadre des auditions qui ont débuté le 12 juillet dernier, M.Didier Leschi, chef du bureau central des cultes au Ministère de l'Intérieur, a expliqué que, s'appuyant sur la jurisprudence du Conseil d'Etat qui a statué à deux reprises, ses services accordaient "systématiquement le bénéfice des dispositions prévues pour les associations cultuelles aux associations des témoins de Jéhovah en abandonnant l'argument selon lequel leur doctrine était constitutive d'un trouble à l'ordre public".

A MM. Vuilque et Fenech qui se disaient " stupéfaits ", M. Leschi a indiqué qu'il n'a pas connaissance de plaintes ni de condamnations, que le défenseur des enfants n'avait saisi la justice d'aucun cas de maltraitance. Ignorant les arguments des membres de la commission, il a indiqué qu'il "appliquait le cadre juridique" et que le Bureau central des cultes n'était "pas chargé de la protection de l'enfance, ni de la PMI".

(Source AFP 17 octobre 2006)

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Polémique sur le rapport parlementaire

Les rapports parlementaires de 1996 et 1999 sur lesdites sectes s'étaient appuyés sur un certain nombre de notes et rapports émanant des RG, certains commandés pour la circonstance. Quelques mouvements incriminés qui avaient  demandé communication de ces documents s'étaient heurtés à des refus motivés par " les risques d'atteinte à la sécurité publique qu'une telle divulgation entraînerait ".

Ils avaient alors saisi le Tribunal Administratif pour contester ce refus, et celui-ci avait confirmé initialement la décision en assimilant ces rapports et notes à des documents de l'Assemblée Nationale, échappant donc à la loi du 17 juillet 1978 sur la transparence administrative. Par des arrêts rendus en 2004 et 2005, la Cour d'Appel a censuré ces jugements pour erreur de droit, estimant que les documents sollicités, émanant de la DCRG et détenus par elle au moment des faits, constituaient bien des documents administratifs au sens de la loi, autorisant ainsi la communication du contenu de ces rapports aux groupes concernés.

La cour de cassation a depuis confirmé cette dernière interprétation dans un jugement du 3 juillet 2006 lors d'un pourvoi du Ministre de l'intérieur, octroyant de surplus des dédommagements aux Témoins de Jéhovah et à l'Eglise Universelle du Royaume de Dieu.  

Pour en savoir plus: http://www.droitdesreligions.net/

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Les medias s'émancipent

Deux articles coup sur coup qui dénotent un ton plutôt libre dans les medias nationaux vis-à-vis des minorités de conviction.

Tout d'abord, un éditorial de Jean-Claude Guillebot dans l'hebdomadaire La Vie du 15 septembre 2006, qui regrette le conformisme et les amalgames des medias sur le sujet, ainsi que le harcèlement judiciaire auquel sont soumis ces groupes, et note l'hypocrisie selon laquelle les mêmes reproches pourraient être faits aux Eglises " reconnues". Ceci lui a d'ailleurs valu une réplique contrariée du Père Trouslard, grand pourfendeur catholique des sectes, ainsi désavoué sur ses terres.

D'autre part dans Le Monde du 1er octobre, il est fait mention d'un lecteur consterné que son journal ouvre " ses colonnes à une secte ", réagissant à une publicité émanant d'une chaîne de télévision privée. Patrick Jarreau, rédacteur en chef, à qui cette publicité avait été soumise, répond : " Nous avons vérifié l'existence légale de cette organisation. Le simple fait qu'elle figure sur une liste de sectes présumées ne suffit pas à la disqualifier. Son annonce ne contenait pas de propos inacceptables, à caractère violent ou raciste. " Si cela continue, on va finir par croire qu'on est en Etat de droit !

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------
Sectes et politique locale

Le maire d'Asnières avait du fil a retordre avec certaines associations de riverains opposées à ses projets urbains, notamment le programme immobilier de la ZAC Métro. Pour contrer l'une d'elles, la fondation Elahi, regroupant des membres d'une obédience soufiste et qui promeut l'"éthique et la solidarité humaine", la mairie avait cru bon d'utiliser des rapports de la DST et des RG, dont une des notes avait été pour la circonstance déclassée du " secret défense " (sic !), agitant le spectre d'une infiltration " sectaire ". En juin dernier, la fondation Elahi a obtenu gains de cause en première instance dans un procès en diffamation contre Francis Pourbagher, directeur de cabinet du maire, pour dénonciation calomnieuse. Il avait accusé à tort un membre de la Fondation Elahi de lui avoir foncé dessus en voiture. Le tribunal de Nanterre, assailli par les affaires asniéroises dont le maire n'est pas en reste, dénonçait alors une "instrumentalisation de l'autorité judiciaire". Pour la décision en appel le 28 octobre prochain, le tribunal a demandé un rapport à la Miviludes qui a remis une note ambiguë sur la fondation. Affaire à suivre.

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Vent de panique à l’ADFI Nord !!

Alors qu’une conférence de presse était prévue à l’ADFI Nord le 11 octobre dernier, un huissier, mandaté par la justice lilloise, a semé la panique amenant la présidente à annuler sa conférence de presse. L’huissier ne souhaitait pourtant qu’obtenir un enregistrement des déclarations de Madame Charline Delporte, présidente de l’ADFI Nord, à la demande du docteur Guéniot qui redoutait que les propos de la présidente de l’ADFI Nord à son encontre ne comportent de nombreux amalgames, inexactitudes et rumeurs.

Comment expliquer cette soudaine peur de la caméra d’un huissier, alors que Charline Delporte aime habituellement lancer moult accusations contre les mouvements thérapeutiques, spirituels et religieux devant les caméras …. des média ?

Madame Delporte a poussé de hauts cris d’indignation en prétendant qu’elle était contrainte de se taire alors que personne ne l’empêchait de tenir sa conférence de presse. Pourquoi la présence d’un huissier de justice gênait-elle l’ADFI au point qu’elle annule sa conférence ?

Est-ce que l’huissier est venu déranger une conférence « secrète » ?

La présidente de l’ADFI redoutait-elle que ses propos soient portés à la connaissance de la justice ? Comment concilier un tel manque de transparence avec le statut d’utilité publique que l’ADFI revendique ?

Les contribuables du Nord savent-ils que leurs impôts financent cette association privée à hauteur de 100 000 euros par an, alors que les cotisations des membres n’atteignent qu’environ 5 000 euros ?

Autant de questions auxquelles CAP souhaite qu’une réponse sera donnée dans un futur proche, la justice dut-ce-t-elle se saisir de cette affaire.

Pour toute info complémentaire:
Thierry Bécourt, porte-parole de CAPLC, tél. 06 84 52 76 29.

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Éditions L’Harmattan

Invitation Présentation du dernier livre de la collection « Théologie et Vie politique de la terre »

« Le Lavage de cerveau, mythe ou réalité ? »

par Dick Anthony et Massimo Introvigne par le Professeur Massimo Introvigne, fondateur et directeur du CESNUR (Centre d’études sur les nouvelles religions),il a écrit plus de quarante livres et plus d’une centaine d’articles parus dans des ouvrages collectifs ou des revues scientifiques de douze pays différents, sur le thème des nouveaux mouvements religieux et de la religiosité contemporaine en général. Membre du groupe « Religions » de l’Association italienne de sociologie, il a dirigé la monumentale enciclopedia delle religioni in Italia » (2001).


Le jeudi 9 Novembre 2006
Espace L’Harmattan 21 bis, rue des Ecoles 75005
Paris de 19 à 20 Heures Merci de confirmer votre présence à : colloqueblr@yahoo.fr

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Colloque des verts sur l'écomédecine

Organisé à Paris (2è arrondissement) par l'Association Sun Simiao, animée par Christian Portal, le colloque écomédecine a pour but de montrer l'opportunité de construire un système de santé écologique. L'idée est de promouvoir les médecines non conventionnelles en occident comme une alternative possible à la médecine actuelle qui repose essentiellement sur la chimie. Interviendront de nombreux acteurs promouvant une médecine alternative, tels des médecins, journalistes, usagers, organismes de certification du bio, députés européens.

Samedi 28 octobre 2006 de 9 h à 18h, Salle Jean-Dame 17, rue Léopold-Bellan 75002 Paris Inscriptions à www.mnc.ouvaton.org/IMG/pdf/plaquette.pdf

Renseignements : Christian Portal, 88 rue de Videlle 78830 Bullion 01 30 41 93 65 christian.portal@laposte.net


--------------------------------------
Haut de page--------------------------------------

La résistance de Falun Gong en Chine persiste

Alors que des dizaine de milliers de membres du mouvement Falun Gong, ont été discriminés, arrêtés, et/ou torturés à mort par le régime chinois, ses adhérents ont continué à pratiquer une résistance pacifique, appliquant le principe dit de "clarification de la vérité". Des milliers de fax ont été envoyés en Chine pour dénoncer cette répression inhumaine, et une grande campagne portant sur les Droits de l'homme invite à boycotter les Jeux Olympiques programmés en Chine pour 2008. Il semblerait que cette intense activité d'information commence à porter ses fruits, y compris dans la population chinoise, car, informés des tortures et des mensonges de la propagande gouvernementale, de plus en plus de gens ont commencé à protéger les pratiquants de Falun Gong et à les aider à propager la vérité. 12 millions de personnes auraient également démissionné du Parti Communiste en juin dernier.

Contacts et information : Groupe de travail sur les droits humains de Falun Gong
9974 Scripps Ranch Blvd. #228, San Diego, California, 92131, États-Unis
Téléphone: 619-280-5177, Télécopieur: 619-280-4931,
Courriel: french@falunhr.org,
project@consciencefoundation.org

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

L'ADFI Nord continue à sévir

La présidente de l'ADFI Nord, Charline Delporte, est intervenue pour faire exclure une association de yoga d'une fête annuelle locale, Bombaysers de Lille 3000. Le responsable de cette association présente depuis 20 ans dans la région commente ainsi : " cette crainte de l'Adfi me fait rigoler. On apprend aux adhérents à pratiquer le yoga. C'est ce qu'il y a de plus classique et c'est ce qui se pratique en Inde. Chacun a le droit d'avoir la conviction qu'il souhaite du moment qu'il ne dérange pas les autres ".

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Le Conseil de Paris soutient l'UNADFI, mais revoit ses ambitions à la baisse

Lors du conseil municipal de Paris des 12 et 13 juin, on aborda, comme chaque année le problème desdites dérives sectaires, sources " d'une emprise psychologique impitoyable. " Ici, point de précautions oratoires, on annonce clairement la couleur : " la liberté de conscience et de religion n'a pas lieu d'être évoquée ici ". Après avoir mis en garde contre ces mouvements qui " s'autoproclament nouvelle religion ou nouvelle spiritualité ", le tir se concentre curieusement sur un parti politique minoritaire; comprenne qui pourra. Bien que le Conseil auquel assiste de Mme Hidalgo, adjointe au maire, renouvelle sa subvention de 20 000 euros à l'UNADFI, on constate qu'il n'est plus question ici de manifestation dans les rues de Paris (la dernière d'Octobre 2005 s'était soldée par un véritable fiasco), ni de " carte des sectes ".

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Quand la religion fait progresser la science
(Agence Science-Presse)

Le refus obstiné des Témoins de Jéhovah à recevoir des transfusions force les médecins à développer de nouvelles approches. Des approches qui, en retour, bénéficient à tous, peu importe leur religion. " Plusieurs médecins refusent de traiter les Témoins de Jéhovah. Moi, j'y ai plutôt vu une opportunité d'améliorer nos pratiques. Opérer sans transfusion, c'est comme faire du trapèze sans filet : il faut être beaucoup plus prudent ", explique le Dr Nicolas Jabbour, qui dirige actuellement l'Institut de transplantation du Integris Baptist Medical Center, à Oklahoma City. Il y a six ans, la Southern California University lançait un programme de greffes du foie sans transfusion. Initialement destiné aux Témoins de Jéhovah, le programme a eu des résultats si positifs qu'il a été élargi à l'ensemble des patients, révèlent le Dr Jabbour et ses collègues dans l'édition du 18 septembre de la revue médicale Archives of Surgery. Il faut savoir que pendant une greffe de foie, les malades perdent généralement beaucoup de sang et nécessitent de nombreuses transfusions. Or, les patients qui perdent beaucoup de sang ont de moins bonnes chances de survie. Pour réduire le recours aux transfusions, les patients commencent par se constituer des "réserves" de globules rouges en prenant du fer et de l'EPO (érythropoïétine, l'hormone dopante des sports d'endurance) plusieurs semaines avant leur opération. Cela donne une meilleure marge de manœuvre aux médecins en cas d'hémorragie. Ensuite, durant la greffe elle-même, deux techniques permettent d'éviter le recours à des produits sanguins. Les médecins peuvent diluer le sang du patient avec un autre liquide, ce qui permet de maintenir la pression et la circulation dans le corps. Ils peuvent aussi réinjecter, une fois filtré, le sang perdu par le patient. " Ce sont des techniques simples, mais encore peu utilisées ", explique le Dr Jabbour. Elles sont jugées acceptables par les Témoins de Jéhovah, qui refusent de recevoir le sang d'autrui ou de stocker leur propre sang en prévision d'une opération. Qui plus est, cette chirurgie sans transfusion permet non seulement de diminuer les risques liés aux transfusions (réaction du système immunitaire, transmission de maladies), mais elle diminue aussi la demande auprès des banques de sang, soulignent le Dr Jabbour et ses collègues dans leur étude. Comme quoi science et religion font parfois bon ménage! Raphaëlle Derome

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Sommaire des actualités

CAPLC - CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction