Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience
Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version
CAP LC 2012
www.coordiap.com

Ecrivez-nous : 37, rue St Léonard 44000 Nantes

contact@coordiap.com
 
 
shim  
 
ACTUALITÉS SUR LE GRILL
 


Février 2007

--------------------------------------------------------------------

Amendements Accoyer : l'UNADFI désavouée par le Sénat

Il semble que sur les vrais sujets de société qui touchent la vie de chacun, les solidarités politiques ne jouent plus tout à fait comme avant. Ainsi, Catherine Picard, présidente de l'UNADFI et ex-députée - candidate à nouveau - avait envoyé une lettre officielle à tous les Sénateurs pour les exhorter à voter, en les durcissant au passage, deux nouveaux amendements présentés par le député Accoyer, sur les psychothérapeutes !

Apparemment peu attirés par ces sirènes anti-sectaires, les sénateurs ont voté le 31 janvier à l'unanimité le retrait de ces deux amendements, reconnaissant le rôle essentiel des écoles et Instituts de formation privés dans la formation des psychothérapeutes

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Sanctions pour l'obligation vaccinale : une pétition

Le projet de loi sur la Protection de l'Enfance, qui a été votée le 12 février par le Sénat, propose des sanctions aggravées pour les parents qui ne soumettraient pas les enfants aux vaccinations. Une pétition dénonce cette mesure, certains de ses initiateurs présentant leur histoire personnelle de victime de cette pratique. Pour beaucoup, il s'agit de professionnels de la santé qui ont contracté des maladies graves à la suite d'une vaccination obligatoire contre l'hépatite B, et qui donnent leur témoignage sur le site de la pétition :

"Après obligation vaccinale ( Engerix B SKB en 2000) pour ma profession en milieu médical, j'ai perdu la santé : je suis atteinte d'une myofasciite à macrophages, j'ai 41 ans et je viens d'être licenciée." (M. M.)

Ou encore : "Après obligation vaccinale (Engerix B SKB) en 1994 à l'école d'aide soignante, ma vie a basculé, sclérose en plaques, maladie de Behcet, fibromyalgie, je suis en longue maladie." (M.D.).

Adresse de la pétition : http://www.lapetition.com/sign1.cfm?numero=1182

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

140 000 tentatives de suicide chez les jeunes

Lors de la semaine sur le suicide qui vient de s'écouler, de nombreux chiffres et statistiques ont été révélés, notamment celui-ci qui a été complètement " oublié " par la Commission Parlementaire sur les enfants : d'après l'Institut national de la Santé et de la Recherche médicale, il y aurait eu 140 000 tentatives de suicides chez les 15-24 ans au cours de l'année 2005, celles-ci survenant de plus en plus tôt et se soldant par 600-800 décès effectifs.

Dans la mesure où la quasi-totalité de ces jeunes ont suivi un parcours scolaire classique, ceci souligne dramatiquement l'absence de repères et de perspectives offertes par l'éducation dite " classique ". Un sujet grave qui aurait dû, lui, être évoqué par nos députés qui se préoccupent tant des " enfants en danger ".

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Le Directeur du Bureau des Cultes revient sur la question de l'ordre public

Dans un interview à Témoignage Chrétien publié sur le site web http://www.blogdei.com/, le Directeur du Bureau des Cultes développe les positions qu'il a expliquées lors de la dernière Commission Parlementaire sur les enfants et les dérives sectaires, positions suivies selon lui par les quatre derniers Ministres de l'Intérieur.

Il explique qu'en matière d'ordre public, seuls les faits peuvent être pris en compte par un gouvernement, pas les pensées ou les opinions des gens ou groupements.

Il commence par rappeler que la loi de 1905 n'a pas pour but de renvoyer le religieux dans la " sphère privée ", bien au contraire. " On ne peut accorder les exonérations fiscales pour les bâtiments cultuels (taxe foncière et taxe d'habitation) que si ces bâtiments sont ouverts au public. C'est bien un exercice public du culte qui est exonéré fiscalement, ce n'est pas l'activité privée. " Rappelant que seuls des troubles à l'ordre publics pourraient justifier un refus d'exonération fiscales des activités cultuellez, il affirme : " dès lors qu'il n'y a pas de constatation de trouble à l'ordre public, il n'y a pas de raison, dans le cadre de la loi de 1905, de ne pas accorder à tel ou tel groupe cultuel les bénéfices liés au statut d'association cultuelle. Le Conseil d'État l'a rappelé à propos des Témoins de Jéhovah. C'est d'ailleurs sur cette base d'une absence de trouble à l'ordre public que la commission consultative des Cultes a émis en 2001 un avis permettant aux ministres du Culte des Témoins de Jéhovah d'intégrer la Cavimac (La Caisse d'assurance vieillesse, invalidité et maladie des cultes) ".

Précisant les limites de l'action publique, il précise enfin : " Mais si quelqu'un se trouve désespéré à l'idée d'avoir passé vingt ans dans un mouvement dont il ne partage plus les idées ou d'y avoir cotisé de manière exagérée, cela relève du problème de croyances immodérées. Cette douleur, de nombreux adhérents du Parti communiste ont indiqué l'avoir éprouvée. On n'en devait pas pour autant interdire le PC. "

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Le Sénat rejette à l'unanimité 2 nouveaux amendements Accoyer

Alors que le Gouvernement avait proposé la rédaction d'un décret d'application résultant de 2 ans de concertations avec diverses associations d'acteurs liés à l'activité de psychothérapie, le député Accoyer avait déposé deux nouveaux amendements qui auraient eu pour conséquence d'invalider les formations spécialisées dispensées par les instituts privés, et leur fermeture à terme.

Les associations en questions protestaient que, en ne privilégiant que la seule filière universitaire, on niait le fait que tous les tous les diplômés de l'université en psychopathologie, etc. faisaient des stages ou formations pouvant durer jusqu'à quatre ans.

Le mercredi 31 janvier, alors que se développait une forte mobilisation, le Sénat a voté à l'unanimité le retrait de ces amendements, reconnaissant le rôle essentiel des écoles et Instituts de formation privés.

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Arrestations de 4 personnes à propos de l'Iboga

L'Iboga, une plante poussant en Afrique Equatoriale, est citée dans le dernier rapport annuel de la MIVILUDES comme pouvant entraîner des dérives sectaires.

De fait, cette plante est utilisée dans des rites sacrés locaux. Des associations, telles le collectif Meyaya, mettent en garde contre ceux qui, par leurs actions, ternissent cette religion : " Notre association se bat pour une connaissance OBJECTIVE de l'iboga et du Bwiti, elle a repris l'action menée par Gérard Sestier et l'association "Ideesun" depuis 1995. "

Comme son communiqué le rappelle, on ne fait le "voyage d'Eboka" qu'une fois dans sa vie, s'il est réussi, il est totalement inutile de recommencer. "

Selon l'association l'Iboga, planté sacrée au c¦ur d'un rite millénaire, ne saurait être considérée comme un vulgaire stupéfiant.

Tout abus ou consommation individuelle de cette plante, notamment en milieu occidental, ne peut être associée au rite africain.

--------------------------------------Haut de page--------------------------------------

Sommaire des actualités

CAPLC - CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction