Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience
Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version
CAP LC 2012
www.coordiap.com

Ecrivez-nous : 37, rue St Léonard 44000 Nantes

contact@coordiap.com
 
 
shim  
 
ACTUALITÉS SUR LE GRILL
 


Sommaire des actualités
Janvier 2008
--------------------------------------------------------------------

Les vrais « sectaires » se démasquent ?

Après plusieurs condamnations par le tribunal administratif pour refus de location de salle, la mairie de Lyon a demandé au Conseil lyonnais pour le respect des droits (CLRD) de rédiger un code éthique qui permettrait à la mairie de faire une sélection dans les prétendants à la location. Le 14 janvier, le CLRD a présenté son code au conseil municipal de Lyon.

Les commentaires mitigés du conseil municipal sur la portée d’un tel code n’ont pas arrêté le président de la CLRD qui a déclaré : « Si la ville est condamnée, et il est des condamnations flatteuses, elle le sera sur des valeurs morales. ». Le maire de Lyon a, quant à lui, déclaré : « que le nouveau règlement intérieur des salles s’inspirerait largement du code éthique et que le débat n’était pas clos »

Pourtant, la décision rendue par le conseil d’Etat (304053) le 30 mars 2007, qui condamnait la ville de Lyon pour avoir refusé la location d’une salle à l’association des Témoins de Jéhovah,était suffisamment claire pour clore le débat.

Mais il est vrai que les « sectaires » se croient au-dessus des lois !

-------------------------------------- Haut de page--------------------------------------

La bible au secours de la justice

Jeudi dernier, un homme jugé en comparution immédiate au tribunal de Mulhouse a expliqué que, suite à la rencontre d’un témoin de Jéhovah et la lecture de la Bible, il avait décidé de se rendre au commissariat.

Cet homme, âgé de 35 ans, s’était rendu deux jours plutôt au commissariat pour avouer une série de délits qu’il avait commis en 2007. Ses aveux ont permis à la police (de) d’élucider six plaintes.

L’acte de cet homme illustre le débat du rôle positif des religions dans la société et montre que le retour à des valeurs spirituelles n’est pas impossible.

-------------------------------------- Haut de page--------------------------------------

Voici la réponse complète de Mme la ministre de l’Intérieur à l’Assemblée nationale, suite à une question du député Glavany sur le discours de Nicolas Sarkozy à Riyad.

Mme Michèle Alliot-Marie, ministre de l’Intérieur, de l’Outre-mer et des collectivités territoriales

– Oui, la laïcité est une grande et belle valeur de notre République. Nous pouvons nous retrouver sur ce point, mais nous divergeons sur le sens que nous lui donnons. Pour notre part, nous souhaitons reconnaître le rôle de toutes les spiritualités dans notre pays – Nous souhaitons reconnaître le rôle de la spiritualité sous toutes ses formes dans notre pays. Les Français y sont attachés. Un ancien président de la République ne disait-il d’ailleurs pas qu’il croyait aux « forces de l’esprit » ? C’est pour cette raison que nous souhaitons aider toutes les spiritualités, qu’elles soient religieuses ou non, notamment celles qui sont fondées sur l’athéisme ou le rationalisme. Comme l’a indiqué le président de la République à Riyad, nous croyons à la richesse et à la diversité de toutes les religions et des cultures. Vous vous demandiez, voilà quelques jours, ce que pouvait bien être la laïcité négative. Je peux vous répondre : c’est une attitude sectaire et fermée à l’égard des courants de pensée qui donnent leur sens et leur grandeur à notre pays. Et c’est votre attitude aujourd’hui.

-------------------------------------- Haut de page--------------------------------------

Suisse : Le Centre inter-cantonal d’information sur les croyances (CIC) vit ses derniers jours

Le 14 décembre dernier, le canton de Genève a coupé une subvention annuelle de 200 000 francs à l’association "anti-sectes" CIC (Centre inter-cantonal d’information sur les croyances). Eric Bertinat, auteur de la mention, estime que le CIC n’a plus de raison d’être et juge le travail du CIC durement : «Bien des renseignements sont directement pompés sur Internet.»

Le président du centre déclare que la perte de cette subvention publique va sûrement causer sa fermeture.

En Suisse comme en France, les associations « anti-sectes » vivent exclusivement des subventions que leur accorde l’Etat. Ils instrumentalisent Internet et les médias pour faire circuler les rumeurs les plus folles.

Peu d’enquêtes sérieuses sont effectuées et les sociologues des religions sont généralement considérés « persona non gratia ». Le financement de ces associations pourrait être remis en cause en France également.

-------------------------------------- Haut de page--------------------------------------



Sommaire des actualités

CAPLC - CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction