Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience
Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version
CAP LC 2012
www.coordiap.com

Ecrivez-nous : 37, rue St Léonard 44000 Nantes

contact@coordiap.com
 
 
PRISES DE POSITIONS DES EGLISES


" Récemment, le pape Jean Paul II a rappelé au nouvel ambassadeur de France au Vatican que la liberté religieuse concerne toutes les religions, y compris celles qui sont très minoritaires ".
(Reuters, 22 juin 2000)

Monseigneur Jean Vernette, délégué de l'épiscopat français pour la question des sectes :
" Si l'on introduit dans le code pénal ce type de disposition, qu'est-ce qui va faire la différence entre direction spirituelle et manipulation mentale ? ".
(La Croix, 22 juin 2000)

Monseigneur Jean Vernette dénonce un autre aspect de la proposition de loi qui concerne "la dissolution de certaines personnes morales" : " Je crois qu'il s'agit d'une loi de circonstance. Je crains qu'on tombe dans la législation d'exception. "
(La Croix, 22 juin 2000)

Père Laurent Fabre, supérieur général de la communauté du Chemin-Neuf :
" Les exercices spirituels de saint Ignace, ne seraient-ils pas une forme de manipulation mentale?" Le Père Laurent Fabre, supérieur général de la communauté du Chemin-Neuf n'hésite pas à pousser le trait pour pousser le message. "Pour moi en tant que jésuite, je considère ces exercices spirituels comme un accompagnement au service de la personne. Mais pour quelqu'un d'autre, cette pratique peut être interprétée exactement dans le sens inverse ".
(La Croix, 22 juin 2000)

Fernand Sanchez, modérateur général de la communauté des Béatitudes :
" Jusqu'à quel point peut-on protéger les gens contre eux-mêmes ? Est-ce au juge d'apprécier une personne qui fait des voeux monastiques ou décide d'entrer dans le noviciat ".
(La Croix, 22 juin 2000)

Pasteur Jean-Arnold de Clermont, Président de la Fédération Protestante de France :
" Où est la limite entre le discours convaincu, le sermon ardent et la manipulation mentale ? En réalité, derrière la lutte contre les sectes, c'est l'ensemble des courants religieux qui doit se sentir menacé ".
(La Croix, 22 juin 2000)

Le pasteur Jean Arnold de Clermont rappelle que la fédération protestante s'est également opposée, depuis longtemps, à une telle législation d'exception : " Les lois en vigueur permettent largement aux pouvoirs publics de lutter contre les sectes. La question est de savoir pourquoi les poursuites judiciaires n'ont pas lieu. Faut-il ajouter des lois à des lois qui ne s'appliquent pas ? "
(La Croix, 22 juin 2000)

Pour les protestants comme pour les responsables de l'Eglise catholique, cette définition légale du caractère sectaire apparaît comme un artifice. " Il n'y a pas de définition légale de ce qu'est une secte, affirme le pasteur de Clermont. Chez nous nous avons quelques repères. Des principes qui doivent être respectés comme la liberté d'entrer et de sortir. Tout groupement associatif doit avoir une expérience du pouvoir partagé, de la démocratie. "
(La Croix, 22 juin 2000)

Michel Bertrand, Président du Conseil National de l'Eglise réformée de France :
" Sous un couvert respectable de religieux, peuvent en effet se dissimuler des manipulations, des atteintes aux personnes. Pour les réprimer, la législation actuelle est pleinement suffisante, pour autant qu'elle soit appliquée à tous - et pas seulement aux associations religieuses.

Chaque être humain doit être respecté dans sa dignité, sa liberté de conscience, son droit à vivre dans un environnement de justice et d'équité. Voilà des droits fondamentaux. Nous y tenons : ils s'enracinent dans notre propre foi, même si nous n'en avons pas le monopole. Attention aux législations d'exception! Ce n'est pas par des mesures répressives que nous avancerons, ni par un soupçon généralisé sur tout le religieux ".
(Le Figaro, 23 juin 2000)

Henri-Louis Roche, chargé du dialogue inter religieux au sein du mouvement des Focolari :
" Quand, sous prétexte de lutte contre les sectes, certains en profitent pour lancer une chasse aux sorcières, je dis attention, danger ! Tout artiste, tout enseignant, tout courant qui vise à attirer l'opinion par des moyens qui touchent la sensibilité et l'intelligence, est potentiellement un manipulateur mental ".
(La Croix, 22 juin 2000)

Rabbin Haim Korsia, membre du cabinet du grand rabbin de France :
" L'arsenal législatif est très bien fait. Il y a tout pour contrecarrer l'action des sectes. Autrement dit, je ne suis pas certain que cette loi soit nécessaire. "
(La Croix, 22 juin 2000)

Nous livrons ci-après plusieurs extraits d'articles relatant les inquiétudes des représentants des grandes religions suscitées par la loi About-Picard :

· Article paru dans Le Monde du 23 mai
· Article paru dans Le Figaro du 25 mai
· Article paru dans La Croix du 30 mai
· Article paru dans Le Figaro du 31 mai
· Article paru dans Réforme du 31 mai
· Article paru dans Le Monde du 31 mai
· Article paru dans Le Figaro du 1er juin
· Article paru dans Ouest-France du 16 juin
· Articles parus dans Actualité des Religions n°29, juillet 2001


Haut de page      Sommaire