Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience
Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version
CAP LC 2012
www.coordiap.com

Ecrivez-nous : 37, rue St Léonard 44000 Nantes

contact@coordiap.com
 
 

Un numéro spécial de " Réforme " sur les sectes

Sous la double signature du président de la Conférence épiscopale des évêques de France, le cardinal Billé, et du président de la FPF, les responsables catholiques et protestants émettent trois réserves fondamentales sur la proposition de loi About-Picard, discutée cette semaine. Ils contestent tout d'abord la notion de secte et de regroupement sectaire.

L'hebdomadaire protestant s'interroge sur les effets de " panique " de l'opinion et les limites de la " gestion sécuritaire " de ce phénomène par l'état

Confronter des points de vue ne veut pas dire s'abstenir de prendre position. Dans l'éditorial de ce numéro spécial, le pasteur Jean-Luc Mouton, directeur de Réforme, n'hésite pas à parler d'une " hystérie française " à propos des sectes. Celle-ci est due à une " panique ", liée au développement d'affaires tragiques, amplifiée par les médias et les responsables politiques, autant qu'à une histoire hexagonale marquée par des affrontements religieux qui, aujourd'hui apaisés, laissent derrière eux une traînée de ressentiments et de suspicions. A cet égard, les pays anglo-saxons ont une attitude si " libérale " à l'égard des sectes que, de chaque côté de l'Atlantique, on se renvoie les accusations d'extrême laxisme - aux Etats-Unis - et de viol des libertés - en France.

" TOILETTER " LA LOI

Les éléments du débat sur la définition d'une " secte " et les limites de la répression sont connus. L'intérêt premier de ce hors-série de Réforme, à travers les contributions de Danièle et de Benoît Hervieu-Léger, Jean-Paul Willaime, Alain Boyer, jean Bauberot, est de démontrer une certaine incohérence des pouvoirs publics français. L'état ne viole-t-il pas sa propre règle de neutralité confessionnelle et ses propres lois (celles de 1901 sur les associations et de 1905 sur la séparation Eglise-Etat) quand il définit la " dangerosité " d'un groupe en fonction de son contenu religieux ? L'abus de pouvoir est évident dans la publication, selon une procédure non contradictoire, d'une liste de " sectes " (rapport parlementaire Gest-Guyard de 1996). Ou dans les restrictions apportées à l'accès au statut d'associations cultuelles loi 1905) par la Mission Vivien de lutte contre les sectes.

Faudra-t-il alors " toiletter ", à l'occasion de leur centenaire, les lois de 1901 et de 1905? Dans ce numéro de Réforme, interprètes d'une pensée protestante qui défend traditionnellement la laïcité et les minorités, plusieurs intervenants ne sont pas loin de souhaiter une telle mise à jour. Il s'agit, pour eux, de tenir compte de l'éclatement de la scène religieuse depuis un siècle (avec l'irruption de l'islam et des " nouveaux mouvements religieux ") et de sortir de la " gestion sécuritaire " (Jean-Paul Willaime), voire de la " vision thérapeutique " (Danièle Hervieu Léger) de la question des sectes, qui n'est qu'un phénomène classique de modernité religieuse. Mais les mêmes sont conscients des risques qu'il y aurait à soulever de tels monuments de la législation. Ce qui n'est pas une bonne raison pour ne rien faire.

- Henri Tincq

* Réforme. " Sectes... entre panique et confusion ". 53-55, avenue du Maine, 75015 Paris.

 

Extraits du journal  « Le Monde» du 31 mai 2001