Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience
Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version
CAP LC 2012
www.coordiap.com

Ecrivez-nous : 37, rue St Léonard 44000 Nantes

contact@coordiap.com
 
 
Catholiques et protestants opposés au texte

---------------------
Guillaume Perrault
---------------------

Catholiques et protestants demeurent clairement hostiles à la loi " antisectes "
adoptée par l'Assemblée nationale...

... Aujourd'hui, les Églises demeurent inquiètes. D'abord, le texte prévoit un délit " d'abus de faiblesse ou d'ignorance " qui reste vague. " Le juge va devoir apprécier les choix de vie des personnes selon des critères qui peuvent varier. Que pensera le magistrat de la vie en congrégation et ses contraintes (choix d'une retraite définitive, voeux d'obéissance et de chasteté, pratique du jeûne) ? La personne ayant fait ce choix paraîtra peut-être manipulée, et son consentement sans valeur ". s'inquiète Mgr Jean Vernette.

Ensuite, la loi permet aux juges de dissoudre une secte condamnée par les tribunaux. Motif : si elle " crée, maintient ou exploite la sujétion psychologique " d'un individu. " Ces termes sont ceux qui définissaient le délit de manipulation mentale, finalement écarté", s'étonne le pasteur Jean-Arnold de Clermont, président de la Fédération protestante de France. Le flou demeure donc.

Enfin, " cette loi a des effets pervers insoupçonnés ", poursuit-il. Depuis la loi de laïcité de 1905, l'État ne " reconnaît, salarie ou subventionne aucun culte ". Mais il " garantit le libre exercice des cultes " en accordant certaines facilités matérielles et peut subventionner les activités culturelles et sociales des Églises. Or, " des protestants irréprochables font déjà l'objet de mesures vexatoires. Certaines municipalités ont refusé de prêter une salle des fêtes ou d'accorder une subvention à des activités " classiques ".
La raison ? Le mot " Évangile " ou " évangélique " (2) leur paraît suspect ".

(2) Auquel fait référence le nom de la communauté.

Extraits du journal  « Le Figaro » du 31 mai 2001