Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience
Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version
CAP LC 2012
www.coordiap.com

Ecrivez-nous : 37, rue St Léonard 44000 Nantes

contact@coordiap.com
 
 
shim  
 

Quelle discussion pour un non-problème ?

Communiqué CAP LC : 23/02/08

 

A propos du non-problème des "sectes", M. Raffarin a déclaré : "je pense qu'il faut regarder ce sujet avec gravité et pas dans la polémique".

CAP Liberté de Conscience partage totalement ce point de vue et rappelle que ce non-problème n’a jamais été traité avec le sérieux qu’il mérite, que jamais les opinions des chercheurs sociologues n’ont été prises en compte, et que son traitement par la France a été critiqué par tous les pays démocratiques.

Notre association se félicite de la volonté affichée par le gouvernement de remettre à plat le problème des groupes dits "sectes" et de le traiter de manière impartiale. On notera particulièrement le fait de ne plus juger la dangerosité à priori mais à postériori, ainsi que la reconnaissance de toute croyance, mais aussi une évolution prévisible de la Miviludes et la révision des subventions des associations activistes… Tout cela nous semble être de nature à redonner à notre pays sa respectabilité perdue dans le domaine des libertés.

Cependant CAP LC tient à rappeler quelques principes élémentaires de bon sens et de démocratie mais qui jusqu’à aujourd’hui n’ont pas été respectés. Dits principes qui trouveraient sans doute leurs expression au sein d’un observatoire des minorités de convictions au sens large, que nous réclamons depuis 1996.

Le premier de ces principes est de donner une définition claire des mots utilisés, ou de n’utiliser que des mots dont la signification ne prête pas à confusion.

Le non-respect de cette règle élémentaire a entrainé une véritable cacophonie dans les débats et l’impossibilité de communiquer utilement. Ainsi le mot "secte" a-t-il une double signification, celle de minorité religieuse, et celle de groupe dangereux. Cette double signification a permis aux activistes antisectes de traiter les minorités religieuses comme des groupes dangereux alors qu’aucune réalité concrète ne le justifiait.

La Miviludes a utilisé 154 fois le terme « secte », et 466 fois le terme « sectaire » dans son rapport pour l’année 2006, mais jamais n’a donné de définition à ces mots. C’était pourtant son rôle.

Le deuxième de ces principes est le respect de la présomption d’innocence et le droit à la défense.

Chaque année dans son rapport, la Miviludes a cité nommément des groupements, les stigmatisant ainsi aux yeux de l’opinion publique, mais jamais ne leur a donné l’occasion de présenter leur défense.

Les médias ont prêté une oreille complaisante aux activistes antisectes et ont relayé leurs accusations gratuites. Mais ils n’ont pas donné les mêmes moyens aux minorités de conviction pour seulement s’expliquer.

En matière de croyances et de pratiques religieuses, spirituelles et thérapeutiques, CAP LC estime que le rôle de l’Etat n’est pas de se substituer au libre arbitre des citoyens et de penser à leur place, mais que son rôle est de veiller à la libre circulation des informations pour permettre à chacun de s’exprimer en toute transparence, et permettre ensuite à chaque citoyen de faire ses propres choix en son âme et conscience.

Enfin CAP LC rappelle qu’aucun pays ne peut rester grand en stigmatisant et diabolisant systématiquement ses minorités de conviction. Celles-ci ont existé de tous temps et sont souvent porteuses de solutions innovantes. Toutes les grandes découvertes, toutes les grandes inventions et tous les changements importants de société ont trouvé leurs sources dans des groupes minoritaires qui ont su dépasser les croyances et opinions communément admises de leur époque.

Les minorités de conviction d’aujourd’hui sont porteuses de solutions pour demain.

Sommaire

CAPLC - CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction