Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience
Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version
CAP LC 2012
www.coordiap.com

Ecrivez-nous : 37, rue St Léonard 44000 Nantes

contact@coordiap.com
 
 
shim  
 

 

Communiqué de l'AREFPPI:

Claude David libéré

Communiqué du 19/06/07

 

 

Communiqué de l'AREFPPI

Nous apprenons à l'instant que Claude David a été libéré hier soir, suite à une demande de mise en liberté de son avocat. Lire le communiqué de l'Arefppi ci-dessous.

Suite à des dénonciations d’anciens patients ou membres de la communauté qu’il anime, Claude David, psychanalyste, a été incarcéré depuis le 19 janvier 2007. A travers cet homme, dont l’œuvre est saluée par les grands noms de la psychothérapie institutionnelle, de la psychiatrie, par des penseurs et des artistes, ce qui est visé c’est la psychanalyse elle-même.

De quoi est accusé Claude David ?

Il est accusé d’avoir commis des abus de faiblesse, des abus d’autorité, des abus de fonction. Or, il est psychanalyste et les « victimes » supposées, prétendues, présumées, sont ses patients ou d’anciens patients, voire des psychologues en formation avec lui. Sa fonction est donc inséparable des poursuites engagées contre lui.

Il faut craindre ces témoignages et ces paroles de « victimes » lorsqu’ils s’insèrent dans le double contexte de la psychanalyse et de l’accusation de « secte. »

Les « victimes » sont peut-être aujourd’hui en souffrance, mais quelle est la véritable origine de cette souffrance ? N’est-elle pas à trouver dans leur instrumentalisation par des officines privées dont le rôle évident est de réveiller l’esprit d’inquisition et de délation et s’apparente dans bien des cas, aux procès en sorcellerie, où la rumeur tenait lieu de preuve ?

Le mécanisme utilisé est toujours le même : les témoignages, organisés, voire suscités par ces « défenseurs de la Société » contre la « dérive sectaire », sont présentés à la justice comme s’il s’agissait d’autant de preuves irréfutables, uniquement parce qu’il y a une rumeur de « secte . »

Par delà les attaques dont M. David fait l’objet, nous devons nous insurger contre la mise en place, sous le prétexte du « principe de précaution », d’une véritable « police de la pensée. »

Source : http://www.arefppi.fr/

Sommaire

CAPLC - CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction