Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience
Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version
CAP LC 2012
www.coordiap.com

Ecrivez-nous : 37, rue St Léonard 44000 Nantes

contact@coordiap.com
 
 
shim  
 

AFP
"Le président de la mission "anti-sectes" mis en examen pour diffamation"
23/10/2007

 

PARIS, 23 oct 2007 (AFP)

"Le président de la mission "anti-sectes" mis en examen pour diffamation"

Le président de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes), Jean-Michel Roulet, a été mis en examen pour diffamation à l'encontre du mouvement Tradition Famille Propriété (TFP), a-t-il indiqué mardi à l'AFP, confirmant une information du Monde.
La rapport 2006 de la Miviludes, publié en janvier 2007, consacre un chapitre à "Tradition Famille Propriété, une organisation dédiée à la collecte de fonds et à l'objet non identifié", soulignant le manque de transparence de la destination des sommes collectées.

Dans un reportage diffusé le 24 janvier dans le journal télévisé de la mi-journée de TF1, Jean-Michel Roulet avait résumé les arguments développés dans le rapport et déclaré que les fonds pouvaient "servir à tout et n'importe quoi". C'est cette phrase qui a fait l'objet de la plainte en diffamation de TFP.

Le président de la Miviludes a indiqué être par ailleurs cité comme témoin assisté dans le cadre de la plainte en diffamation déposée par les Témoins de Jéhovah. L'affaire concerne les travaux de la commission d'enquête parlementaire sur les "sectes" et leurs conséquences pour la santé physique et mentale des mineurs.

Cette commission a entendu plusieurs représentants de l'administration et d'anciens adeptes des Témoins de Jehovah, et a rendu compte des auditions dans son rapport de décembre 2006 au Premier ministre, intitulé "L'enfance volée, les mineurs victimes des sectes". A cette époque, les Témoins de Jéhovah s'étaient plaints d'être "la cible obsessionnelle" de la mission parlementaire.

Jean-Michel Roulet relève la multiplication des recours en justice de la part de mouvements considérés comme sectaires ou suspectés d'exercer une emprise excessive sur leurs adeptes. Il considère que c'est une "stratégie pour tenter de décrédibiliser" les associations et organisations officielles "anti-sectes".

 

Sommaire de la revue de presse

Haut de page

CAPLC - CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction