Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience
Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version
CAP LC 2012
www.coordiap.com

Ecrivez-nous : 37, rue St Léonard 44000 Nantes

contact@coordiap.com
 
 
shim  
 


Une loi intouchable ?
Libération

18/02/08

 

Claude Baty président de la Fédération protestante de France.
Libération : QUOTIDIEN : lundi 18 février 2008

Le président de la Fédération protestante de France fait une mise au point suite à la polémique autour d’une éventuelle réforme de la loi de 1905 :
[extrait]
S’il y a un consensus qui semble établi c’est celui de «l’intouchabilité» de la loi de séparation de 1905 ! Tout a été dit sur ce «monument» devenu de fait une véritable idole, un mythe ! Cette révérence est d’autant plus surprenante que personne ne s’émeut quand la Constitution est modifiée ! Alors qu’aujourd’hui on légifère pour un oui ou pour un non, on refuse d’admettre que cette loi a vieilli. Cette loi de 1905, en séparant les Eglises et l’Etat, a organisé les cultes protestant et israélite sous forme d’associations cultuelles (Titre IV). Dans un premier temps, l’Eglise catholique, qui n’avait pas accepté cette loi, a été organisée, en 1924 et après accord du Vatican, en associations diocésaines. Ajoutons qu’en Alsace-Moselle un régime «concordataire» demeure et que d’autres dispositions spécifiques ont été mises en place dans les DOM-TOM.[…]

[…]Sur ce point, les déclarations du président de la République sont encourageantes, mais elles n’impliquent pas que les religions revendiquent une place privilégiée, au prétexte qu’elles seraient plus sages. Dépassons les tentations d’amalgame et l’idée de croire que la laïcité et la loi de 1905 pourraient miraculeusement prémunir des dérives sectaires. Ne serait-ce que parce que la secte (qu’il faudrait définir) n’est pas une exclusivité religieuse. Parmi les nouvelles Eglises évangéliques, souvent issues de l’immigration, il y a une richesse humaine, sociale, spirituelle, dont il serait dommage de se priver et qu’il est grave de stigmatiser d’avance. Qualifier de "secte" tout ce qui est nouveau ou étrange ne relève pas de la laïcité, mais de l’ignorance et du dogmatisme. La laïcité permet à chacun, croyant ou non, de vivre et d’exprimer ses convictions dans le respect des autres. Ce qui implique que chacun est libre de pratiquer un culte ou pas et d’en changer sans être ostracisé.[…]

http://www.liberation.fr/rebonds/310575.FR.php


Sommaire de la revue de presse

Haut de page

CAPLC - CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction