Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience
Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version
CAP LC 2012
www.coordiap.com

Ecrivez-nous : 37, rue St Léonard 44000 Nantes

contact@coordiap.com
 
 
shim  
 
Vaccination contre l'hépatite B - Une nouvelle catastrophe sanitaire (Votre Santé - Janvier 2003)
 


Une nouvelle catastrophe sanitaire

Le 14 novembre 2002, la publication d'un rapport d'expertise judiciaire, commandé par la juge Marie-Odile Bertella-Geffroy qui instruit depuis quatre ans le dossier du vaccin contre l'hépatite B, a fait la une de la presse française.

Basé sur des documents saisis à l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé et au centre de pharmaco-vigilance de Strasbourg, ce rapport accablant de 450 pages dénonce les incohérences et défaillances notoires de la campagne de vaccination massive contre l'hépatite B qui a coûté 10 milliards de francs.

En fait, le Centre Technique des Vaccinations concluait déjà à l'époque que le risque d'être infecté dans notre pays était très faible. Depuis le retrait des lots de sang contaminé, ce taux a même été divisé par 10.
Alors que dans 95% des cas, cette maladie évolue spontanément vers la guérison et que ces sujets en seront immunisés à vie, un médecin lié à l'industrie pharmaceutique insistait récemment dans une émission de télévision sur la gravité de la situation.
De plus, le risque mortel, essentiellement dû à l'hépatite dite " fulminante ", ne serait que de 1 pour 50 millions de sujets. Passant outre ces faits, la vaccination obligatoire aurait fait entre 2000 victimes (cas déclarés) et 20 000 (cas probables).

On découvre dans la suite de l'article les liens entre les marchands de vaccins, le syndicat national des industries pharmaceutiques et le ministère de la santé de l'époque. Il est rappelé qu'un certain nombre d'agences de santé nationales " indépendantes " sont par exemple subventionnées par ces mêmes laboratoires. Sont évoqués ensuite les problèmes juridiques de l'Etat américain et les affaires de corruptions liées aux fabricants de vaccins en Italie (60 inculpés !). Quant à la France, les laboratoires ont préféré demander la révocation de l'expert du tribunal trop curieux.
C'est plus simple en effet.


Sommaire