Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience
Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version
CAP LC 2012
www.coordiap.com

Ecrivez-nous : 37, rue St Léonard 44000 Nantes

contact@coordiap.com
 
 
shim  
 

CAP LIBERTE DE CONSCIENCE
Revue de presse 2015

Il faut sauver M. Masato Ishibashi
ParLa Fédération européenne pour la liberté de croyance
(FOB - European Federation for Freedom of Belief)

 

 


La Fédération européenne pour la liberté de croyance (FOB - European Federation for Freedom of Belief) soutient la pétition de l’Association des victimes japonaises contre le kidnapping religieux et la conversion forcée en faveur de Masato Ishibashi (26 ans), membre de l’Église de l’Unification, qui a disparu en janvier 2014, alors qu’il rendait visite à ses parents dans la Préfecture de Chiba.

En quelques jours seulement, la pétition a été signée par plus de 3 000 personnes.

L’association affirme qu’étant donné les circonstances, il est tout à fait certain que la famille de M. Ishibashi l’a enfermé dans un lieu où il se trouve dans l’incapacité de contacter qui que ce soit à l’extérieur, et s’efforce de le persuader de renoncer à sa religion. Il s’agit du délit d’enlèvement et d’emprisonnement, et de conversion forcée. Chaque année, une dizaine de membres de l’Église de l’Unification en sont victimes.

L’association, fondée par Toru Goto, qui a été lui-même enlevé et détenu pendant 12 ans, a fait des demandes répétées à la police locale de Chiba afin qu’elle recherche et qu’elle libère M. Ishibashi ; à ce jour, néanmoins, ils n’ont pas vu d’actions dans ce sens.

Ce phénomène de kidnapping, d’emprisonnement et de conversion forcée s’est également produit dans le passé en France et en Italie. Dans les années 80, un membre de l’Église de Scientologie et plusieurs membres de la communauté Hare Krishna avaient été enlevés, cachés dans des lieux isolés et avaient subi de la déprogrammation.

Dans notre pays, quelques membres du Parlement ont déposé des demandes d’enquête afin de dénoncer ce phénomène.

Aujourd’hui, fidèle à ses buts, la fédération FOB s’engage à soutenir et à diffuser cette pétition, et invite tous ceux qui sont d’accord avec son objectif à la signer.

F.O.B. (Freedom of Belief) Board of Directors

European Federation for Freedom Of Belief

Rome 27 March, 2015

Voici la pétition. Vous pouvez la signer à cet URL:

Il faut sauver M. Masato Ishibashi !

M. Masato Ishibashi (26 ans), membre de l’Église de l’Unification, a disparu en janvier 2014, alors qu’il rendait visite à ses parents dans la Préfecture de Chiba [Japon]. Étant donné les circonstances, il est tout à fait certain que la famille de M. Ishibashi l’a enfermé dans un lieu où il se trouve dans l’incapacité de contacter qui que ce soit à l’extérieur, et s’efforce de le persuader de renoncer à sa religion. Il s’agit du délit d’enlèvement et d’emprisonnement, et de conversion forcée. Chaque année, une dizaine de membres de l’Église de l’Unification en sont victimes.

Nous avons fait des demandes répétées à la police locale de Chiba afin qu’elle recherche et qu’elle libère M. Ishibashi ; à ce jour, néanmoins, nous n’avons pas vu d’actions dans ce sens. Tout comme les violences domestiques et la maltraitance d’enfants qui sont des infractions pénales, l’enlèvement et l’emprisonnement, et la conversion forcée ne sont pas des « questions familiales », mais constituent clairement un délit pénal. A cause de l’inaction de la police, un cas d’enlèvement et d’emprisonnement illégal est négligé depuis plus d’un an et deux mois, alors que M. Ishibashi est privé de toute liberté et que ses droits fondamentaux sont bafoués.

Nous ne pouvons pas continuer à observer tranquillement cette situation et à la tolérer. Beaucoup de victimes, après avoir vu leur liberté de religion bafouée cruellement par une famille à laquelle elles faisaient confiance, souffrent de problèmes psychologiques tels que des troubles de stress post-traumatique. Il n’y a pas de temps à perdre.

Nous vous demandons de soutenir cette campagne pour venir d’urgence au secours de M. Ishibashi. Nous sommes convaincus que nous pouvons y arriver si nous collectons le plus grand nombre de voix possible.

Des cas d’enlèvement et de détention de membres de l’Église de l’Unification se produisent depuis presque cinquante ans, et environ 4 300 membres en ont été victimes. Parmi eux se trouvent une femme qui a été violée par un « déprogrammeur » à l’endroit où elle était retenue ; un homme qui, en tentant de s’échapper du sixième étage où on le détenait, est tombé de la véranda et a failli mourir de ses blessures ; et une femme qui a été conduite à se suicider de manière atroce en détention.

Vous vous demanderez peut-être si ces choses peuvent effectivement se produire dans ce pays pacifique qu’est le Japon. M. Toru Goto, qui représente notre association, a été kidnappé et détenu pendant une durée inimaginable de 12 ans et 5 mois, de 31 à 44 ans, pendant que sa famille exigeait qu’il quitte l’Église. En janvier 2011, M. Goto a déposé plainte contre les membres de sa famille qui avaient réalisé son kidnapping et sa détention, et contre les professionnels de la conversion forcée qui avaient dirigé ces actes en coulisses. En novembre 2014, la Haute Cour de Tokyo a confirmé les faits de kidnapping et d’emprisonnement, ainsi que les actions illégales des activistes de la conversion forcée, et a condamné la famille et ces autres personnes à verser des dommages et intérêts pour un total de 22 millions de yens (environ 220 000 €). (La famille a depuis fait appel auprès de la Cour Suprême.)

Depuis janvier 2010, les victimes de kidnapping et d’emprisonnement ont créé l’Association des victimes japonaises contre le kidnapping religieux et la conversion forcée, et effectuent diverses actions afin de venir à bout de ce problème au Japon. Néanmoins, les actions au seul niveau national ont des limites, et l’association a fait connaître la situation au Japon auprès de pays occidentaux ayant une forte prise de conscience des droits de l’homme, et a fait appel à leur coopération pour résoudre ce problème.

De ce fait, une ONG internationale de défense des droits de l’homme basée à Bruxelles (Belgique), nommée "Human Rights Without Frontiers International" (HRWF- Droits de l’homme sans frontières), a publié un rapport en décembre 2011, soulignant la réalité des actes de kidnapping et de détention des membres de l’Église de l’Unification. Ce rapport est mentionné dans le rapport international sur la liberté religieuse publié chaque année par le Département d’État américain. De plus, le Comité des droits de l’homme des Nations Unies, basé à Genève, Suisse, au siège européen des Nations Unies, a publié un rapport en juillet 2014, exprimant son inquiétude au sujet du kidnapping et de la détention de membres de l’Église de l’Unification au Japon, et recommandant au gouvernement japonais de prendre des mesures efficaces face à ce problème.

Nous ne pouvons plus tolérer ces délits de kidnapping/emprisonnement et de conversion forcée, dont les croyants de l’Église de l’Unification sont la cible. Nous sommes convaincus que cette action pour venir au secours de M. Ishibashi sera également un grand pas vers la résolution fondamentale de ce grave problème. Nous souhaitons demander aux gens du monde entier de coopérer avec cette campagne !

L’Association des victimes japonaises contre le kidnapping religieux et la conversion forcée

 Partager

Sommaire de la revue de presse

Haut de page

CAPLC - CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction