Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
ONG avec statut consultatif spécial auprès de l'ONU
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version
CAP LC 2016
www.coordiap.com

Ecrivez-nous : 25, rue du Mail
91600
Savigny sur orge

contact@coordiap.com
 
 
shim  
 

CIAOSN : Nous sommes tous des cibles potentielles
Source : La Dernière Heure


novembre 2016

 

« Nous sommes tous des cibles potentielles » est le titre alarmant de la Dernière Heure du 25 octobre.

C’est un triste constat, mais la vague d’attentats qui a touché la Belgique et la France ces deux dernières années ne peut que donner raison à la Dernière Heure.

Nous sommes tous des cibles potentielles, sur la Promenade des anglais, dans le métro, à la terrasse d’un café, dans un musée, à la messe, c’est la réalité avec laquelle nous devons vivre.

En fait, non la Dernière Heure ne titre pas que « nous sommes tous des cibles potentielles » à cause du risque d’attaques terroristes. Ce qui inquiète le journal, ce sont les nouveaux mouvements religieux et pour cela ils font appel à Sandrine Mathen qui est psychologue et analyste au CIAOSN (Centre d'information et d'avis sur les organisations sectaires nuisibles) pour nous expliquer de quoi nous sommes tous des victimes potentielles.

Alors voilà les propos de Sandrine Mathen rapportés dans le journal : « Pour elle, il n'existe pas de profil type en ce qui concerne les victimes de sectes. Elle distingue cependant plusieurs catégories de personnes qui peuvent présenter un risque accru de tomber sous l'emprise d'un groupe sectaire ».

Selon Sandrine Mathen, il n'existe pas de profil type en ce qui concerne les victimes de sectes, ce qui contredit les propos précédents : « elle distingue cependant plusieurs catégories de personnes qui peuvent présenter un risque accru de tomber sous l'emprise d'un groupe sectaire ».

Comme il n’y a ‘pas de profil’ mais que cependant elle en distingue plusieurs, voici le premier profil tel qu’il apparaît dans l’article :

« Elle évoque ainsi en premier lieu des personnes qui sont dans une phase de recherche spirituelle. "Ce sont des personnes qui souhaitent combler un besoin de croire. Elles ne présentent pas forcément de problème particulier mais peuvent, à travers des rencontres, établir des contacts qui peuvent paraître anodins dans un premier temps puis se révéler problématiques." »

C’est beaucoup d’imprécision pour dire que des personnes en recherche spirituelle qui se tournent vers des mouvements, que les universitaires du monde entier qualifient de nouveaux mouvements religieux et que seules la Belgique et la France qualifient de « sectes », peuvent poser un problème.

Dans le 2ème profil, Mme Mathen élargit le champ : « Un autre cas de figure évoqué par la psychologue et analyste est celui des personnes fragiles, soit momentanément parce qu'elles traversent une période difficile (par exemple lors d'un deuil, de difficultés professionnelles ou qui traversent une crise existentielle), soit de longue durée. "Ça peut concerner tout le monde. Ce sont des personnes fragiles qui peuvent se trouver à la merci d'une offre déviante. Ces personnes peuvent bien ou mal tomber selon les cas"… Nous sommes donc tous des cibles potentielles. »

Ne serait-il pas temps de cesser d’argumenter sur un « non problème » qui sert les intérêts particuliers de quelques personnes qui existent qu’au travers de cette chasse aux sorcières ?

Source : La Dernière Heure Mardi 25 octobre 2016

La Coordination des Assocations et des Particuliers pour la Liberté de Conscience est une ONG avec statut consultatif spécial auprès de l'ONU

 Partager

 

Sommaire de la revue de presse

Haut de page

CAPLC - CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction