Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
ONG avec statut consultatif spécial auprès de l'ONU
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version
CAP LC 2016
www.coordiap.com

Ecrivez-nous : 25, rue du Mail
91600
Savigny sur orge

contact@coordiap.com
 
 
shim  
 


Un témoin de Jéhovah, père d’un enfant « exclu », donne son point de vue

Source http://debredinoire.fr

janvier 2017

 

A la suite des deux articles précédents sur l’excommunication pratiquée par les témoins de Jéhovah sur certains des membres de leur communauté, voici, selon le papa, qui veut rester anonyme, d’un enfant « exclu », les raisons de cette pratique.

Ce témoin de Jéhovah parle d’« exclusion », mot « préférable à celui d’excommunication ».

Voici le sens que lui accordent les membres de sa congrégation : « Sois toujours prudent quand tu as affaire à ce genre d’individus [les exclus]. Dans la plupart des cas, ce sont des personnes qui ont été expulsées de l’organisation pour refus délibéré de se conformer aux règles de vie du christianisme.

» Ces personnes cherchent toujours des appuis extérieurs, une façon de se donner bonne conscience, de se présenter en victime et de donner du grain à moudre aux anti sectes

» Sur ce, l’expulsion chez les T de J peut intervenir pour des raisons que les personnes de l’extérieur vont qualifier de très graves, voire criminelles ou… ridicules.

» En effet, entre l’assassinat, le viol, la pédophilie et… le fait de fumer, la gravité des faits est extrêmement variable.

» Il serait donc judicieux de savoir à qui tu as affaire et dans quelle catégorie cet individu se situe. En 1991, le chroniqueur judiciaire de la défunte chaîne de télévision la Cinq a failli se faire piéger par un individu présenté par la présidente de l’Unadfi comme une victime des T des J. Or cet individu, en instance de divorce, avait violé sa femme à plusieurs reprises et massacré sa belle-mère. L’animateur de cette émission a été prévenu par l’avocat de cette femme, la vraie victime, 15 minutes... avant l’enregistrement de l’émission.

» Pour les faits moins graves (la cigarette, l’alcool, l’adultère…), il faut que l’attitude fautive soit habituelle, prolongée et que la personne dument avertie refuse obstinément d’abandonner ses pratiques. L’objectif prioritaire est d’aider avant tout cette personne. L’exclusion n’est prononcée que s’il n’y a pas d’autres possibilités.

Lire la suite sur Débredinoire



La Coordination des Assocations et des Particuliers pour la Liberté de Conscience est une ONG avec statut consultatif spécial auprès de l'ONU

 Partager

Sommaire de la revue de presse

PUBLICATION CAP LIBERTE DE CONSCIENCE

La sujétion psychologique » une mine flottante juridique

FECRIS : ONG ou ONG Gouvernementale ?

Liberté de conscience : un état des lieux troublant

Les fonds publics sont-ils utlisés dans l'intérêt général ?


Accès aux documents administratifs

brochure de CAP LC : Les sectes un non-problème

 

Haut de page

CAPLC - CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction