sectes

NICOLAS WALZER
Satan profane : Portrait d'une jeunesse enténébrés

Face à la multiplication des profanations de tombes, une mission parlementaire a été diligentée en mai 2008. Pointés du doigt, les satanistes sont-ils les responsables ? Pourquoi Satan intéresse-t-il la jeunesse ? Et qu’est-ce que le satanisme ? Le sociologue Nicolas Walzer a mené l’enquête. Son constat est déroutant.

Car les clichés à sensation des médias n’ont rien à voir avec la réalité. Aujourd’hui, on ne croit plus au diable : il est devenu un symbole de puissance d’une pratique soit culturelle, soit religieuse. « Le satanisme : une religion ? Absurde ! ». Quoiqu’il en soit, en 2004, la Marine britannique a reconnu le droit à un de ses marins de pratiquer ce culte en son sein. En effet, adhérer à une organisation sataniste n’est pas un délit. L’enjeu serait de découvrir dans le Mal, le bien dont il est également porteur.

L’album Antichrist Superstar publié en 1996 par Marilyn Manson a été prophétique. Le diable est devenu une Superstar dans notre société. Il est présent partout : du Demoniak Burger des fast food en passant par tous les films à imaginaire satanique jusqu'aux musiques métal/gothic des jeunes. Mais justement, quelle est cette jeunesse surprenante qui se confronte à Satan et à laquelle s’intéressent de plus en plus de prêtres (un moine italien est même devenu chanteur d’un groupe) ? N’a-t-elle pas paradoxalement quelque chose à nous apprendre en terme de spiritualité ? Peut-il exister une « spiritualité satanique » ?

Docteur en sociologie et chercheur au CEAQ (Paris V, Sorbonne), Nicolas Walzer a publié plusieurs ouvrages sur les nouvelles croyances de la jeunesse, notamment Anthropologie du métal extrême (Camion Blanc, 2007).

Nicolas Walzer s'est opposé avec trois autres chercheurs aux conclusions des organismes antisectes sur la question du satanisme dans Le satanisme. Quel danger pour la société ?. Il établit dans ses travaux une dichotomie fondamentale entre les imaginaires satanique et païen (de type culturel) mobilisés par les musiques gothic et metal, le cinéma, les BD... d’une part et le satanisme et le néopaganisme (de type religieux) d’autre part. Il s’agit de deux phénomènes différents, l’un culturel et l’autre religieux. En France, le premier est en forte augmentation à l'inverse du second (les satanistes ne sont pas plus d'une trentaine dans notre pays).

www.coordiap.com CAPLC - CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction