Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience
Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version
CAP LC 2012
www.coordiap.com

Ecrivez-nous : 37, rue St Léonard 44000 Nantes

contact@coordiap.com
 
 

TEMOIGNAGES DISCRIMINATIONS - CONCLUSION

...........................................

La Coordination des associations et particuliers pour la liberté de conscience a pu constater, au cours des séances d’audition qu’elle a organisées à travers la France, les ravages causés par la chasse aux sorcières qui sévit contre les nouveaux groupes religieux, et contre les groupes prônant une vie saine ou le recours aux médecines douces, et elle a collecté des centaines de témoignages.

Constatant que l’accusation de “secte” est devenue la nouvelle arme pour détruire toutes sortes de groupements ou d’associations, la Coordination des associations et particuliers pour la liberté de conscience énonce cinq propositions visant à faire cesser en France la chasse aux sorcières.

- Constitution de commissions d’enquête internationales sous l’égide d’organismes publics, tels que l’ONU ou l’OSCE, et d’organismes privés, tels que la Fédération internationale d’Helsinki, afin de diligenter des enquêtes auprès des membres des minorités spirituelles et thérapeutiques.

- Abrogation de toute loi d’exception comportant le mot “secte” ou “sectaire” dans son texte. En effet, il ne doit pas y avoir, en droit, de spécificité “sectaire”, et tous les groupements, tous les individus, doivent être traités de la même façon. Ainsi, le code pénal actuel est largement suffisant pour réprimer tout comportement abusif, qu’il soit le fait de groupements étiquetés comme “sectes” ou de religions établies, ou de tout autre groupement.

- Suppression des subventions publiques accordées aux associations militant contre des mouvements spirituels ou religieux.

- Dissolution de la MILS, car son objet même, “la lutte contre les sectes”, est un affront à la Constitution française qui garantit la neutralité religieuse de l’Etat et le principe de séparation des Eglises et de l’Etat.

- Création d’un observatoire des nouvelles formes de spiritualité et de religion, composé de spécialistes universitaires de ces questions, de sociologues des religions, de juristes, d’historiens et de personnalités religieuses. Son objectif serait d’informer le public et les autorités de la façon la plus objective et impartiale possible, dans un esprit d’ouverture et de tolérance et en respectant le principe des débats contradictoires. Cet observatoire mettrait à la disposition du public un centre de documentation sur les nouvelles formes de spiritualité et de religion. Il pourrait également servir d’instance de médiation en cas de conflit entre le membre d’un groupe et sa famille. Un tel organisme existe en Grande-Bretagne (INFORM) et au Canada (Centre d’information sur les nouvelles religions).

  Index des témoignages