Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience
Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version
CAP LC 2012
www.coordiap.com

Ecrivez-nous : 37, rue St Léonard 44000 Nantes

contact@coordiap.com
 
 

TYPE DE DISCRIMINATIONS :

Discrimination du GOUVERNEMENT

TEMOIGNAGE N° 5

Paris, 3 mars 2000

Pendant dix ans, j’ai été considérée par mon entourage comme la victime d’une "secte".

Anne est une sportive de niveau international. Entraîneur dans un club d’athlétisme, elle a dû faire face à un harcèlement professionnel de la part de l’administration.

"J’ai une passion : le sport. A l'âge de 13 ans je suis championne de France du 80 mètres haies, puis plusieurs fois championne sur 100 et 60 mètres haies. A 17 ans, je suis troisième au championnat d'Europe junior. Je décide à ce moment-là de monter à Paris à l'INS – l'Institut national des sports – pour suivre un entraînement plus intensif. En 1985 commence ma carrière internationale en senior. Je suis troisième aux jeux mondiaux en salle à Bercy, puis cinquième en 87, aux championnat du monde, toujours sur 100 mètres haies.

Aux alentours de Noël 87, je suis convoquée chez le responsable des athlètes de haut niveau à l'INSEP. Au bout de la discussion, il me dit : “Si jamais j'entends quoi que ce soit te concernant au sujet de la Scientologie, si jamais tu en parles, tu es renvoyée de l'INS.”

J'ai vu qu'il avait beaucoup de documents mais je ne savais pas lesquels. Quand ça s'est passé, moi j'étais jeune scientologue. A part mes amis directs à qui j'en avais parlé, personne ne savait. Suite à cela, il prévient l'école de kiné de Saint-Maurice où je poursuivais mes études. Je suis convoquée par le directeur qui me fait le même genre de remarque. Mon comportement était passible de conseil de discipline et il ne voulait rien entendre de ma part.

Je poursuis ma carrière sportive : quart de finale aux jeux Olympiques de 88, puis d'autres médailles aux championnats d'Europe. En 90, nouveaux incidents, puisqu'un membre du ministère vient prévenir le directeur de mon club à Clermont-Ferrand auquel j'étais toujours restée fidèle. Ensuite la même personne prévient mon entraîneur. Pendant dix ans, j'ai été considérée par mon entourage comme la "victime d'une secte".

Après la fin de ma carrière, je décide, en 95, d'entraîner des jeunes. Je commence au PUC, le Paris Université Club, puis je décide d'entraîner aussi dans un club de banlieue. Là, je reçois en 1995 une convocation du ministère de la Jeunesse et des Sports pour participer à une commission de réflexion sur la réforme de la loi sur le sport en France. Je participe à la première réunion et je reçois quelques jours après un coup de téléphone d'un membre du ministère, qui me dit qu'on lui demande de m'enlever de la commission parce que je suis scientologue. Il me précise au téléphone : “Officiellement je dirai que tu n'as plus le temps, officieusement c'est parce que tu es scientologue.”"

Index des témoignages Haut de page