Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience
Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version
CAP LC 2012
www.coordiap.com

Ecrivez-nous : 37, rue St Léonard 44000 Nantes

contact@coordiap.com
 
 

TYPE DE DISCRIMINATIONS :

REFUS DE LOCATION DE SALLES

TEMOIGNAGE N° 33

Lyon, 28 avril 2000

Nous représentons un cas quasi unique en France, puisque nous sommes arrivés à obtenir par voie de justice le communiqué de notre dossier des Renseignements Généraux, qui est un ramassis d’imbécillités.  On a tenté de nous enlever nos enfants. Heureusement, l’assistante sociale du secteur nous connaissait et savait que les enfants allaient très bien.

Nelly : "la communauté de la Thébaïde a été fondée il y a 19 ans. Jusqu’à une époque récente nous étions neuf adultes et deux enfants. En 1998, cinq personnes et un enfant sont partis, pour des raisons personnelles, de sorte que nous sommes une petite communauté réduite à quatre adultes et un enfant.

Depuis vingt ans, beaucoup de textes expliquent en détail notre démarche révolutionnaire qui concerne tous les domaines. Nous avons défini sept espaces de révolution, à partir d’une révolution spirituelle fondamentale qui implique ensuite une révolution de la personne, une révolution affective, de type communautaire, qui a pour conséquence une révolution politique et sociale.

Nous représentons un cas unique ou quasi unique en France, puisque nous sommes arrivés à obtenir par voie de justice le communiqué de notre dossier des Renseignements généraux, qui est un ramassis d’imbécillités. Nous l’avons obtenu de la préfecture de l’Isère, suite à un procès, en menaçant d’un deuxième procès afin qu'ils exécutent la décision du tribunal.

La persécution a commencé avec l’arrivée du dernier membre de la communauté en septembre 90. Depuis, il y a eu des articles de journaux diffamatoires comme celui du 16 janvier 92 qui est un véritable appel au meurtre. A la suite de cet article, les esprits étaient chauffés à blanc. Nous habitons près d’une route et il y avait des mouvements incessants de voitures. Tous le monde venait voir “la maison de la secte”. Nous étions livrés totalement à la vindicte populaire. On nous lançait des injures. On nous jetait des pierres. Nous avons vécu pendant des mois dans une totale insécurité. Dans un tel climat, tout est possible. Il y a eu des coups de fils anonymes.

On a tenté de nous enlever nos enfants. Heureusement l’assistante sociale du secteur nous connaissait bien et savait que les enfants allaient très bien. Mais nous avons vécu pendant des semaines et des mois avec cette épée de Damoclès. Quand on est mère de famille, ce n’est pas facile à vivre ! Nous avons choisi de faire l’instruction à domicile en respectant scrupuleusement la réglementation. On ne peut plus sortir sans se faire insulter de toutes parts. Il est arrivé qu’un fonctionnaire mette en garde des parents pour empêcher que leurs enfants jouent avec les nôtres.

Toutes ces actions ont été menées sous la pression d'un père qui n’a pas supporté que son enfant vienne nous rejoindre. La MJC de Grenoble a refusé de nous louer une salle. Et cela alors même que cette MJC nous connaissait, puisqu’on avait déjà fait des conférences chez eux. Nous voulions faire une conférence pour protester contre le sort qui nous était réservé. Depuis, on sait qu'il n’y a pas moyen pour nous de louer une salle."

Index des témoignages Haut de page