Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience
Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version
CAP LC 2008
www.coordiap.com
 
 
 
shim  
 

CAP Liberté de Conscience - Liberté de religion - Liberté thérapeutique

sectes-tribune-libre CAP LC


Oui à l'information MAIS... laquelle ?
par CAP LIberté de Conscience
avril 2016

 

 

Dans un article du journal Ouest France publié le 9 avril 2016, le commandant Bonnet représentant de la Miviludes déclare :

« À choisir entre une addiction aux drogues dures ou une addiction aux mouvements sectaires, je prends l'addiction aux drogues dures. Et je suis sincère. Parce que là, au moins, on sait quoi faire. »

Suite aux propos du commandant Bonnet (membre de la Miviludes), nous avons reçu ce courrier que nous publions :

Oui à l'information MAIS... laquelle ?

En lisant dans Ouest France l'article "contre les sectes ..." du 9 avril 2016, je m'interroge sur la tendance actuelle d'exposer quelque chose avec des mots incompréhensibles pour la plupart des gens, volontairement ou pas.

Voyons par exemple dans l'article cité ci-dessus : le mot "secte" , on en fait des gorges chaudes alors qu'en bon français une secte, c'est juste un groupe de personnes professant une même doctrine. Point.(cf Larousse) Autrement dit : toutes les religions sont des sectes !! or la liberté de religion, la liberté de pensée existent (encore), fort heureusement.

Il y a bien sûr d'autres définitions approchées (voir les dictionnaires) mais, en parlant de "secte" d'une façon péjorative et globale, tout le monde est concerné! Qui n'a pas une religion, une philosophie, un club, une association (la CIPPAD citée dans l'article par exemple), un groupe quelconque dans lequel les gens se réunissent et ont des points communs ? Alors, plutôt que de faire un amalgame en mettant tout le monde dans le même panier, ne serait-il pas plus correct et aussi plus courageux de mettre des faits et des noms précis dans les informations plutôt que d'agiter le chiffon rouge des rumeurs pour recréer les guerres de religion ?

Cet amalgame est d'ailleurs une forme de manipulation mentale car, posons-nous encore une fois la question : Qui peut être manipulé mentalement ? bien évidemment celui qui ne comprend pas ce dont on parle et à qui on dicte sa conduite "vu à la télé , lu dans les journaux etc.!!!" .

On ne peut se faire sa propre opinion que sur des faits vrais, clairs et précis et non sur des insinuations très vagues. Je constate d'ailleurs que, dans cet article le commandant Christian Bonnet, conseiller sécurité à la Miviludes (mission interministerielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) souligne que (concernant la "problématique sectaire") "l'Etat est démuni parce qu'il y a une méconnaissance du sujet" .

Mais ce n'est pas à l'Etat de décider si une religion ou une philosophie est bonne ( Epicure, Platon, Descartes, Voltaire ... se retourneraient dans leur tombe) par contre, force est de constater que tout ce que l'on peut reprocher à un individu quel qu'il soit sont des délits de droit commun déjà pris en compte par la loi.

Le reste concerne la Liberté de l'individu.

Une dernière chose par rapport à cet article et pas des moindres : que le commandant Bonnet, conseiller de sécurité au gouvernement soit démuni devant les modes de pensées diverses des Hommes, cela peut se comprendre car ce n'est pas son domaine mais quand il affirme choisir — et on ne peut choisir qu'entre deux choses que l'on connait —" l'addiction aux drogues dures" []Parce que là au moins, on sait quoi faire" montre une méconnaissance totale aussi du second sujet parce que, là dessus non plus, le gouvernement ne sait pas quoi faire à part maintenir les drogués dans des salles de shoot jusqu'à ce que mort s'en suive. Seuls quelques groupes ont réussi dans le domaine de la réhabilitation des toxicomanes. Mais, ceux-là sont attaqués comme "sectes". Dites-nous pourquoi ?

Les voies de la politique et de l'économie sont impénétrables...

Mais l'information ne s'achète pas ; elle est ou elle n'est pas.

G.R.

 Partager

Sommaire tribune libre

CAPLC - CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction