Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience
Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version
CAP LC 2008
www.coordiap.com
 
 
 
shim  
 

CAP Liberté de Conscience - Liberté de religion - Liberté thérapeutique

sectes-tribune-libre CAP LC


Les dernières cartouches ?
Par Christian Paturel
avril 2014

 

 

France Inter, mercredi 30 avril à 10HOO début de l’émission « Service public ». Le sujet « Sectes, c’est où la porte de sortie ? »

« Radio Nostalgie » ?

Dans un premier temps, l’auditeur pense avoir affaire à une rétrospective des années 1970-2000, époque « que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître » et où la France subissait une fièvre phobique antisectes particulièrement virulente. Avec le centenaire de la déclaration de la guerre de 1914, les stations radios font revivre des épisodes de ce drame mondial sous forme de reportages. L’auditeur a l’impression d’être en direct, d’être au cœur d’évènements qui pourtant remontent à un siècle.

En ce mercredi 30 avril, tout donne effectivement l’impression qu’il s’agit d’une rediffusion, certes de très mauvais goût, mais d’une rediffusion, d’un « remake ».

Puis, très vite, l’auditeur découvre qu’il s’agit d’une émission qui, tout en étant un anachronisme, est bien en temps réel. Il est vrai qu’une telle erreur est compréhensible, légitime. En effet, tous les ingrédients de cette triste période 1970-2000 sont réunis :

La même « organisation » (sic) : absence complète de tout contradicteur pour réfuter les égarements, erreurs, contre vérités des acteurs. « On est tellement mieux entre nous », n’est-ce pas ?

Les mêmes acteurs : Miviludes, Unadfi, psychiatre, anciens adeptes participent à ce Grand Guignol

Le même type de journaliste animateur : ignorant des réalités juridiques (tant nationales qu’internationales), sociologiques, historiques, médicales…

Les mêmes amalgames : on démarre sur le viol d’enfants au sein de la communauté des Enfants de dieu, puis, de façon curieuse, étonnante, on dérive sur les chrétiens Témoins de Jéhovah. Chacun appréciera cet exercice de haute voltige

Les mêmes techniques de manipulation

Le même épouvantail qui est agité frénétiquement : « les sectes, danger pour l’ordre public »

Le tout agrémenté de la violation flagrante de la déontologie du journaliste

Soit dit en passant, je doute que le CSA apprécie cette « Chasse aux sorcières » « AH le bon vieux temps »

Cette triste émission qui ressasse les mêmes inepties occulte totalement tout ce qui a pu se passer en France et en Europe depuis, disons l’an 2000 :

Reconnaissance du statut d’associations cultuelles aux congrégations et association nationale des Témoins de Jéhovah

Les décisions de la Cour européenne des droits de l’Homme en faveur des Témoins de Jéhovah de France, de Grèce, de Russie…. ; de l’Eglise de Scientologie en Russie…

La toute récente délibération N° 1992 de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe condamnant la discrimination faite aux religions minoritaires et aux sectes et invitant les 47 Etats membres à se conformer au droit européen (voir article précédent : « le mauvais élève et le carnet de notes »)

La profonde lassitude du public quant au thème des sectes alors que la France est au bord de la faillite et croule sous le poids des problèmes non résolus

Le bon journalisme doit sonner à l’heure, et qui plus est il doit sonner juste. L’émission du 30 avril dernier est une caricature du journalisme. Visiblement France Inter a manqué le train de l’Histoire et est restée sur le quai.

On peut s’interroger sur la signification de cette émission du 30 avril :

S’agit-il des « Dernières Cartouches » tirées par les partisans de la pensée unique ?

Est-ce suscité par le manque d’imagination du journaliste ?

Est-ce la réponse (légère, mais alors très légère) à la délibération N° 1992 du Conseil de l’Europe (voir article précédent : « La médiacratie française »)

Est-ce…

« Sectes, c’est où la porte de sortie ? ». Le Directeur de France Inter pourrait fort bien l’indiquer à son imprudent et irresponsable journaliste lorsque le CSA sera intervenu.

A titre d’information, rappelons que le CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel) : « veille au respect de l’expression pluraliste des courants d’opinion sur les antennes »

« veille à la rigueur dans le traitement de l’information dans les médias audiovisuels »

Habituellement France Inter propose d’intéressantes émissions.

Dommage pour elle, pour les auditeurs et pour tous ceux qui se sont sentis agressés, atteints dans leur dignité, leurs croyances, leurs convictions

Sur ce, une seconde émission pourrait fort bien réparée ces dégâts.

Pourrait ? Non ! Elle s’impose. Une nouvelle émission respectant le contradictoire, « la rigueur du traitement de l’information » se doit d’être programmée.

Mais, ceci n’est pas de mon ressort…

Ah ! Les vertus du contradictoire ! Un excellent outil au service de la démocratie, même si quelques fois des dérapages sont à déplorer

 Partager

Sommaire tribune libre

CAPLC - CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction