Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience
Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version
CAP LC 2008
www.coordiap.com
 
 
 
shim  
 

CAP Liberté de Conscience - Liberté de religion - Liberté thérapeutique

sectes-tribune-libre CAP LC

L’Adfi Nord et la dignité humaine

Par Christian Coeur
mars 2011

 

 

Dans un communiqué, l’Adfi Nord annonçait la parution d’une BD présentant les « risques des dérives sectaires ». Ce projet de l’Adfi est soutenu par un représentant de la Miviludes, Monsieur Parquet, qui a aussi participé à la réalisation de ce document.

La Voix du Nord du 28 mars faisait écho à ce communiqué et signalait : « cet album qui sera présenté dans les collèges et lycées. ». Dans un reportage de FR3, on pouvait voir Mme Delporte, présidente de l’Adfi Nord, présenter la BD dans un lycée et mettre en cause les Témoins de Jéhovah.

L’Adfi Nord, aidée de la Miviludes, a décidé que cette BD serait diffusée dans les écoles et les lycées reprenant ainsi le thème des enfants dans les « sectes » qui était le sujet du dernier rapport de la Miviludes en octobre 2010.

L’Adfi Nord, financée à 90 % par des fonds publics, et la Miviludes continuent leur campagne de désinformation contre les minorités religieuses et la réalité des chiffres.

Lors de la commission d’enquête de 2006, dont l’actuel président de la Miviludes Monsieur Fenech était président, le représentant de l’Education nationale déclarait devant cette commission : « En prévision de notre audition par votre commission d’enquête, nous avons procédé très rapidement à une enquête auprès de tous les inspecteurs d’académie. Durant l’année scolaire écoulée, les inspecteurs d’académie ou les recteurs ont procédé à 19 000 signalements aux procureurs de la République, concernant des enfants qu’on estimait être en danger, pour diverses raisons.

Lorsque nous avons demandé aux inspecteurs d’académie quels étaient, parmi ces enfants en danger, ceux qui l’étaient à cause de mouvements sectaires, ils nous ont répondu qu’il y en avait huit ».

Et concernant les enfants des Témoins de Johavah voici l'échange entre M. Fenech et M. Dupuis :

« Fenech : Les enfants qui appartiennent à des familles de Témoins de Jéhovah ne font pas l’objet de signalement ?

Dupuis : Non, j’ai l’habitude de dire … alors c’est vrai que c’est de la provocation … pour l’Education Nationale les enfants des Témoins de Jéhovah sont des … des élèves parfaits … ils sont parfaitement disciplinés, ils travaillent … c’est pas d’eux qu’on va avoir des problèmes … »

Au cours de cette commission, les représentants des différents ministères ont déclaré que les problèmes liés aux enfants étaient quasiment inexistants (voir extrait des déclarations).

De plus, cette publication de l’Adfi Nord, par sa diffusion dans les lycées, est contraire aux principes de non-discriminations qui doivent être la règle au sein de l’Education nationale.

En décembre 2010 à Vienne, Monsieur Heiner Bielefeldt, le rapporteur spécial de l’ONU pour la liberté de religion et de croyance, rappelait le rôle de l’école de « protéger le droit à la liberté de religion et de croyance pour les étudiants, leur parents ».

Monsieur Bielefeldt rappelait aussi les différentes règles internationales qui devaient s’appliquer dans le cadre de la liberté de religion et de croyance et le droit à l’éducation.

- Articles 18 et 26 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme

- Article 18 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques

– Article 13 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels

– Articles 14 et 28 de la convention sur les droits des enfants

– 1981 déclarations sur l’élimination de toutes formes d’intolérance et de discrimination basées sur la religion ou la croyance.

Toutes ces conventions et déclarations ont été signées par la France.

CAP Liberté de Conscience demande que le ministère de l’Education nationale prenne ses responsabilités et qu’un tel document, pouvant choquer et discriminer les enfants et parents issus des minorités religieuses mises en cause, ne circule pas dans les écoles.

De plus, CAP Liberté de Conscience ne manquera pas de signaler au rapporteur spécial de l’ONU pour la liberté de religion et de croyance qu’un tel document circule au sein des écoles françaises.


Partager

Sommaire tribune libre

CAPLC - CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction