Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience
Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version
CAP LC 2008
www.coordiap.com
 
 
 
shim  
 

CAP Liberté de Conscience - Liberté de religion - Liberté thérapeutique

sectes-tribune-libre


L'Homme est-il un homo religiosus, voire un homo cosmicus ?
Par Odette Bélanger
juillet 2010

 

Cela est maintenant connu, les institutions religieuses, c'est du passé. Pourtant, comment expliquer la recrudescence des spiritualités ?

Indépendamment de toute croyance ou non-croyance, que l'on soit athée, agnostique, simple laïc ou religieux, il apparaît clairement que l'Homme est un homo religiosus vivant dans un homo cosmicus, c’est-à-dire dans un univers tout aussi vivant.

Le besoin de rites

Le besoin de rites semble intégré à la condition humaine, voire animale. En effet, un documentaire télévisuel nous montrant une harde d'éléphants revenant sur leurs pas pour retourner dans leur aire, s'arrêtent devant des ossements de leurs congénères, tournent autour, les soulèvent avec leur trompe en poussant des barrissements puissants, puis, cela étant fait, continuent leur route. Il y avait dans ce petit rituel, car c'en est un à ne pas douter, quelque chose d'absolument religieux puisqu'un récit s'en dégage (l'histoire de ces éléphants morts on ne sait comment) et qu'un rite s'y accole.

Chez les humains, ce besoin de rites se perpétuent depuis les origines. Les mythes et les rituels qui y sont connexes se répètent inlassablement au cours des ans et de l'histoire. En dépit de leurs tendances, les Hommes perpétuent ces gestes, sans même s’en rendre compte, en fêtant la Noël, la Saint-Jean, la Saint-Valentin, la fête de l'amour ou d’Éros, des fêtes juives, chrétiennes, bouddhistes, druidiques, celtiques, des fêtes dites païennes et bien d'autres, voire le simple repas pris en tête à tête avec un conjoint ou une conjointe, avec un ami ou une amie, des collègues. Certains et certaines iront encore plus loin en optant pour des signes qui les démarquent, pensons au rituel du tatouage ou du piercing.

Comme on le voit, l'humain cherche constamment à se différencier et à se particulariser; son désir de comprendre un monde qui lui échappe en apparence, celui de l'invisible, est plus fort que sa raison, plus fort que son savoir même. Va pour cet aspect qui semble irréfutable, l'Homme est foncièrement un Homo Religiosus. Mais qu'en est-il de l'Homo Cosmicus?L'interdépendance du microcosme et du macrocosme

Pour tenter ici une explication valable, on pourrait utiliser une métaphore. Un, deux, trois petits poissons ou plus nagent allègrement dans leur bocal où tout leur est donné. Leur environnement, c'est l'eau. Leur bocal, c'est la limite qu'ils ne peuvent dépasser. Et, ô magie, une main invisible leur donne une nourriture quotidienne, venant comme du ciel des poissons. Voilà leur univers.

L'Homme, lui, vit également dans un univers qui lui est propre. Son environnement, c'est l'air. L'univers est sa limite qu'il ne peut dépasser puisque l'univers est infini et, pour l'instant, en perpétuelle expansion. Sa nourriture lui vient de la terre même, mais on dirait parfois qu'une main invisible la lui fournit, car il la reçoit en abondance, à l’exemple de l’arbre, pour prendre une autre image.

L’arbre aux puissantes racines puise sa matière vitale dans les profondeurs du sol pour s'en nourrir et générer en abondance des feuilles et encore des feuilles, parfois des fruits, saison après saison, à un rythme qui se répète inlassablement, du moins jusqu'à son propre déclin. L’Homme est donc un petit cosmos (un microcosme) vivant dans un grand univers (un macrocosme). L'un et l'autre sont donc interdépendants.

Le cosmos vu comme un être vivant a un nom

De la même manière, si l'on envisage le cosmos comme étant un être en soi, un Homo-Cosmicus (dit aussi Purusha) est :"

Un ensemble d'univers groupés, constituant une unité cosmique. Une planète est au Purusha, ce qu'une cellule microscopique est au corps physique. [...] Le Purusha est composé d'Étoiles, de Galaxies, d'Univers, d'Atomes :

1. Autour de chaque étoile, tournent au moins entre 10 à 12 planètes, dont une ou deux sont habitées (comme la Terre).

2. Une galaxie est composée d'au moins 100 milliards d'étoiles.

3. Un Univers est composé de 250 à 300 milliards de galaxies.

4. Un atome du Purusha est composé de 250 à 300 milliards d'univers.

5. Le Purusha cosmique est formé de 500 à 1000 milliards d'atomes cosmiques"

[1].L'Homo Religiosus au sein de l'Homo Cosmicus

Ainsi vit l'Homo Religiosus, l'Homme, au sein d'un Homo Cosmicus, lui-même vivant et les deux ne peuvent se passer l'un de l'autre.

L'Homme, tout comme les animaux, fait partie de cet univers. S'il est une poussière au sein de l'univers qui l'entoure, l'Univers, notre univers, est aussi une poussière au sein des univers à l'infini.

[1] HAMSAH MANARAH, S. (S.M. HAMSANANDA), Les combats du MESSIE attendu pour sauver la terre et la création, avril 1991, La-Baume-de-Castellane, éditions Le Mandarom, p. 160-161.

Tous droits réservés Odette Bélanger begin_of_the_skype_highlighting end_of_the_skype_highlighting. Demandez l'autorisation de l'auteur avant toute reproduction sur Internet ou dans la presse traditionnelle.


Partager

Sommaire tribune libre

CAPLC - CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction